Actualités



Accueil  | Activités et services  |  Actualités



   

Suivi COVID-19 ?24 mars 2021

SUIVI COVID-19
4 mai 2021 

Paliers d'alerte et mesures d'urgence

À compter de minuit, le mercredi 5 mai

La MRC du Granit, en Estrie, se voit contrainte aux mesures d'urgence. Les salles de spectacle devront donc fermer leurs portes pour une période indéterminée. 

À compter du 10 mai

Les mesures d'urgence seront levées pour l'agglomération de Québec, la MRC de l'Île-d'Orléans, la MRC de La Côte-de-Beaupré et la MRC de La Jacques-Cartier.

Les mesures prescrites en zone rouge s'appliqueront et les salles de spectacle pourront donc ouvrir à nouveau. 

La région de Chaudière-Appalaches passera en zone rouge, à l'exception des MRC de Beauce-Sartigan, des Etchemins et Robert-Cliche, qui conserveront les mesures d'urgence.

La région de l'Outaouais passera également en zone rouge, à l'exception des MRC Vallée-de-la-Gatineau et de Papineau. 

Dans la région du Bas-Saint-Laurent actuellement en zone rouge, les mesures d'urgence sont maintenues pour les MRC de Kamouraska, Les Basques, de Rimouski-Neigette, Rivière-du-Loup et de Témiscouata.

Le 10 mai marquera également le retour de l'Abitibi en zone jaune. 

Consultez la carte des paliers d'alerte

Port du masque

Malgré le port du masque obligatoire pour tous en milieu de travail, lors des représentations, les musiciens peuvent retirer leur masque sur scène une fois positionnés à leur place, le concert prêt à commencer.  Ils devront le remettre tout de suite après le concert, avant de sortir de scène.

Par ailleurs, lors des répétitions, le masque est de mise en tout temps pour ceux dont l'instrument n'interfère pas avec le port du masque.

_____________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
29 avril 2021

Mesures d’urgence
À compter de minuit vendredi soir 30 avril, la région du Bas-St-Laurent tombera sous les mesures d'urgence, à l'exception des MRC de Matane, La Mitis et La Matapédia.

Les mesures qui s'appliqueront seront celles des régions déjà sous les mesures d'urgence, aussi les salles de spectacle devront fermer leurs portes, tout comme les commerces non essentiels. Le couvre-feu débutera à 20h.

Les mesures spéciales d'urgence sont toujours en vigueur jusqu'au 9 mai inclusivement pour :

  • l’agglomération de Québec, la MRC de L’Île-d’Orléans, la MRC de La Côte-de-Beaupré et la MRC de La Jacques-Cartier
  • la région de Chaudière-Appalaches
  • la région de l’Outaouais

 _____________________________________________________________________________________________


SUIVI COVID-19
27 avril 2021

Couvre-feu
Le couvre-feu pour Montréal et Laval est repoussé à 21h30 à compter du 3 mai prochain.

Retour de la mesure Exploration et déploiement numérique du CALQ
Le CALQ annonce aujourd'hui la réactivation de la mesure Exploration et déploiement numérique. Cette mesure a pour objectif d'encourager les artistes, les écrivain(e)s, ainsi que les organismes artistiques et littéraires, à utiliser les technologies numériques à leur plein potentiel et de permettre la réalisation de projets visant le développement d'expertises en matière de recherche, de création, de production, de diffusion et de rayonnement de contenus numériques.

Date limite :

• Artistes : n'importe quand avant le début du projet (jusqu'à épuisement des fonds disponibles)

• Organismes : 9 septembre 2021

www.calq.gouv.qc.ca/aide-financiere/coronavirus/info/plan-de-relance-mesures/

_____________________________________________________________________________________________

SUIVI COVID-19
21 avril 2021

Prolongement des mesures d’urgence
Le premier ministre Legault a annoncé le 20 avril le prolongement des mesures d’urgence jusqu’au dimanche 2 mai inclusivement pour les trois régions concernées, soit la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et l'Outaouais. Les salles de spectacle y demeurent donc fermées jusqu’au 3 mai.

Précisions pour les lieux de culte
Même si, depuis le 8 avril, la capacité d’accueil des lieux de culte, tant en zone rouge qu’en zone orange, a été limitée, nous tenons à préciser que les restrictions dans les lieux de culte ne tiennent pas au lieu lui-même, mais aux activités qui s'y tiennent. Les églises qui reçoivent des concerts doivent suivre les consignes émises pour les salles de spectacle.

Circulation d’une zone à l’autre ou d’une province à l’autre
Les déplacements d’une zone à l’autre ou d’une province à l’autre sont permis s’ils sont incontournables et essentiels dans le cadre du travail. Les employeurs du Québec ou des autres provinces doivent remplir le formulaire d’attestation pour justifier les déplacements des musiciens et autres personnes essentielles au déroulement de l’activité professionnelle.

La personne qui se déplace doit respecter les mesures de sa zone d’origine si celles-ci sont plus restrictives que celles en vigueur dans les zones visitées.

Pendant les déplacements, il est recommandé de ne pas être plus de deux personnes par voiture. Le port du masque est obligatoire dans le véhicule. Le véhicule doit être bien aéré.

Cours de musique et écoles de musique privées
Dans les zones d'urgence et les zones rouges, les activités de loisirs qui ont lieu à l'intérieur sont toujours suspendues. Les activités extérieures peuvent regrouper jusqu'à 9 personnes incluant le professeur. La distanciation de 2 mètres entre les personnes ou les bulles familiales est obligatoire.

En zone orange, les cours de musique à l'intérieur sont permis s'ils sont réalisés individuellement, à deux ou par les occupants d'une même résidence, dans le respect des mesures sanitaires (distanciation et port du couvre-visage).

En zone rouge et orange
Les cours individuels ou aux occupants d'une même résidence privée peuvent être offerts à domicile.

Si le couvre-visage ne peut être porté (ex: dans le cours de saxophone), une barrière physique doit être installée entre le formateur et l'élève, tout en conservant la distance de 2 mètres entre les personnes.


UDA et GMMQ
Fonds d’aide psychosocial

Coordonné par l’Union des artistes et la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec, ce fonds vise à donner accès à des services d’aide psychosociale aux artistes, artisans et travailleurs professionnels du milieu culturel qui vivent de la détresse psychologique. La pandémie a mis ces professionnels à rude épreuve en les isolant, mais surtout, en les privant de leur gagne-pain pendant plusieurs mois.
Le Conseil des arts et des lettres du Québec, appuyé par le ministère de la Culture et des Communications du Québec, met à leur disposition un fonds pour payer les honoraires de consultation auprès d’intervenants psychosociaux tels des psychologues, travailleurs sociaux, médiateurs, planificateurs financiers, conseillers juridiques, etc. La liste détaillée des intervenants se trouve ci-dessous. Un maximum de 10 rencontres est prévu pour chaque personne.

fondationdesartistes.ca

Programme du CALQ
Présentation de spectacles en distanciation physique
Fort des résultats de l’été dernier, le programme Présentation de spectacles en distanciation physique est reconduit cette année. Dotée d’une enveloppe de 5M$, cette mesure vise à permettre la présentation de spectacles vivants devant public dans des contextes de diffusion qui respectent les restrictions de rassemblement émises par le gouvernement dans le contexte pandémique et qui excluent les salles de spectacle. Cette mesure est accessible aux organismes et aux artistes professionnels de tous les domaines soutenus par le CALQ qui souhaitent participer à la rencontre du public avec les arts vivants. Les projets devront se dérouler entre le 12 mai et le 31 octobre 2021.
L’heure limite de dépôt de la demande est fixée à 11 heures du matin, le 12 mai 2021.

www.calq.gouv.qc.ca

Budget fédéral
Ottawa a annoncé vouloir investir 1,9 milliard de dollars d’ici 2025-2026 pour le rétablissement du tourisme, des arts, de la culture et du sport. Au cours des deux prochaines années, 300 millions seront accordés à Patrimoine canadien. Une nouvelle enveloppe de 70 millions est allouée au Fonds de la musique du Canada sur trois ans et jusqu’a` 50 millions pourront être dépensés en 2021-2022, notamment pour le secteur du spectacle durement affecté par la pandémie. Ces sommes s’ajoutent aux montants annoncés le 30 novembre 2020, dont le prolongement du financement supplémentaire de 10 millions de dollars destinés au Fonds de la musique du Canada pour 2021-2022. D’autres mesures, dont une aide de 200 millions de dollars prévue pour les grands festivals, ont également été annoncées.

Planification stratégique du CAC
Le 15 avril dernier, le Conseil des arts du Canada a rendu public son plan stratégique 2021-2026 intitulé L’Art, plus que jamais.

Conçu pendant la pandémie, ce plan est un appel collectif à rebâtir un secteur plus fort, plus durable, plus résilient et plus équitable. Ses orientations misent sur la force d’innovation, l’impact social et le leadership des artistes, des travailleuses et travailleurs culturels, des groupes et des organismes artistiques.

Trois grandes orientations balisent L’art, plus que jamais :

  • investir dans la reconstruction et l’innovation ;
  • accroître les bénéfices des arts pour la société ;
  • encourager et accentuer la collaboration et les partenariats.

L’objectif pour les cinq prochaines années : l’émergence d’un secteur solidement soutenu, reconnu, résilient, accessible, équitable et inclusif.

La planification stratégique ne précise pas quelles seront les actions concrètes qui seront posées afin d’atteindre cet objectif ni comment les trois grandes orientations s’incarneront dans les programmes et leurs critères d’évaluation.

conseildesarts.ca

 _____________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19
9 avril 2021

Dès le 8 avril, dans les salles de spectacle, tant en zone orange qu'en zone rouge, la distanciation physique entre les spectateurs ou les bulles familiales doit être de deux mètres, calculés de tête à tête, sans précision sur le nombre de sièges ou de rangées à laisser libres.

À compter du dimanche 11 avril, le couvre-feu, uniquement pour l'Île de Montréal et Laval, passe de 21h30 à 20h. Pour les autres villes de la Communauté urbaine de Montréal ainsi que les autres régions en zones rouge et orange, le couvre-feu demeure inchangé.

Port du masque
Nouvelle obligation de port du masque de procédure pour tous les travailleurs, y compris les musiciens pendant les répétitions et les prestations. Une exception est accordée aux arts de la scène et aux tournages, pour les artistes qui pratiquent une activité qui nécessite de l'enlever, assis à deux mètres de toute personne. Cette obligation s'ajoute aux directives précisées dans le guide de la CNESST pour les arts de la scène.

Déplacements interrégionaux
Les déplacements entre régions restent toujours possibles pour les artistes qui doivent honorer un contrat de travail.

Loisirs culturels et cours privés de musique
En zone orange : les loisirs culturels sont autorisés à l'intérieur, en duo ou en bulle familiale. Le port du couvre-visage en tout temps est obligatoire, mais peut être retiré en fonction des exceptions prévues lors de la pratique d'une activité qui nécessite de l'enlever si on est assis à deux mètres de toute personne. À l'extérieur, les activités peuvent réunir jusqu'à 12 personnes + 1 entraîneur. Le port du couvre-visage est obligatoire en tout temps sauf lorsqu'assis à deux mètres de toute personne.

En zone rouge : les loisirs culturels sont suspendus à l'intérieur dès le 8 avril. À l'extérieur, les regroupements jusqu'à 8 personnes +1 sont possibles et le port du couvre-visage est obligatoire. Ainsi, les cours privés de musique donnés à l'intérieur ne sont pas permis. Cette information a été confirmée au CQM le 8 avril à la suite de précisions demandées au sujet de messages contradictoires sur le site du gouvernement du Québec sous la rubrique « Loisirs et sports ».

Sorties scolaires
Les sorties scolaires sont maintenues en zones rouge et orange.

Activités parascolaires
Activités parascolaires sont suspendues à compter du 12 avril.

Précisions concernant la prolongation du Soutien à la diffusion de spectacles québécois
Le CALQ rendra disponible dès que possible le formulaire de demande d'aide financière concernant cette mesure. Il confirme toutefois dès maintenant les règles suivantes qui lui permettront d'adapter ses interventions en tenant compte de l'évolution de la situation et des annonces gouvernementales en matière de normes sanitaires :
• Les représentations qui n'ont pu être reprogrammées en fonction des horaires prescrits et qui ont dû être annulées sont admissibles ;
• Dans le cas d'une incertitude concernant la tenue d'une représentation, une période de grâce sera accordée pour compenser des annulations de représentation. Cette période est de quatre semaines avant la date prévue de la représentation et de quatre semaines après les annonces de la santé publique visant des ajustements aux règles sanitaires.

Ainsi, si les mesures en place sont trop contraignantes et entraînent une jauge trop petite en raison de la distanciation de deux mètres, ou l'incapacité d'offrir des spectacles en raison d'un couvre-feu à 20h, un diffuseur peut annuler un spectacle sans pénalité et bénéficier du soutien.

Ce programme a été mis en place afin de s'assurer que les musiciens soient payés malgré l'annulation de concerts. Les délais de paiement pouvant être importants, le CQM encourage les producteurs qui reçoivent le paiement pour les spectacles annulés à payer le cachet aux musiciens sans délai.

_____________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-10
7 avril 2021

Lors de la conférence de presse du mardi 6 avril, le premier ministre François Legault a annoncé le resserrement des mesures sanitaires :

À compter de jeudi 8 avril 
en zone rouge :

• La capacité d’accueil permise dans les salles de spectacle demeure à 250 personnes toutefois, la distance à respecter entre les spectateurs ou les bulles familiales passe de 1.5m à 2m.
• Fermeture des centres de conditionnement physique
• Limitation des activités sportives à l’extérieure
• Les lieux de culte ne pourront accueillir que 25 personnes


À compter de lundi 12 avril :

En zone rouge
• Retour de l’alternance pour les élèves du secondaire niveau 3-4-5
• Annulation des activités parascolaires (sportives et culturelles)

En zone orange
• Masque obligatoire au primaire pour tous les élèves
• Les lieux de culte ne pourront accueillir que 100 personnes.

Considérant que les salles de spectacle observent rigoureusement les mesures sanitaires et qu’aucun cas n’y a été recensé, les salles de spectacles en zones orange et rouge demeurent ouvertes.
• Les autres mesures sanitaires déjà en place demeurent en vigueur.
• Les gestes barrières sont particulièrement encouragés

• Lavage des mains
• Masque de procédure en tout temps
• Distanciation physique de 2m

• La période du couvre-feu demeure de 21h30 à 5h.

Notons que les mesures temporaires d’urgence déjà en place dans les régions la MRC de Gatineau et la MRC des Collines ainsi que la Communauté urbaine de Québec (Québec, Lévis et
environs) 
demeurent inchangées jusqu’au 12 avril. Des précisions suivront quant aux mesures qui s’appliqueront au-delà du 12 avril dans ces régions.

Les informations entourant la prolongation de la mesure de soutien pour le spectacle québécois du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) ne sont pas encore disponibles. Toutefois, la mesure est en vigueur tant pour les organismes déjà soutenus que pour les nouveaux demandeurs admissibles. Surveillez le site du CALQ pour les mises à jour.

_____________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
1er avril 2021

Mesures temporaires d'urgence pour des secteurs isolés
De récentes éclosions de la COVID-19 dans certaines régions forcent le gouvernement à adopter des mesures temporaires d'urgence pour contrer la propagation dans certains secteurs spécifiques. Ces mesures temporaires n'affectent pas les paliers d'alertes.

Ainsi, un resserrement strict des mesures sanitaires sera en vigueur pour SEULEMENT la MRC de Gatineau et LA MRC des Collines ainsi que la Communauté urbaine de Québec (Québec, Lévis et environs).

À compter du jeudi 1er avril 20h, jusqu'au lundi 12 avril, les salles de spectacle seront fermées, tout comme les musées, les restaurants, les commerces non essentiels et les écoles. 

La période du couvre-feu sera de 20h à 5h à compter du 1er avril.

Le télétravail est de mise pour tout employé dont la présence n'est pas essentielle sur le lieu de travail.

Les tournages, les captations et les répétitions peuvent se poursuivre. Les mesures à observer en milieu de travail demeurent les mêmes (Guide de la CNESST pour le secteur des arts de la scène, du spectacle et du cinéma).  

Dans le cas d'une activité qui doit absolument se dérouler pendant l'horaire du couvre-feu, par exemple la captation et la diffusion d'un concert en direct, l'employeur doit fournir une attestation à chacun des employés afin que ceux-ci puissent circuler pendant le couvre-feu. Ces attestations doivent indiquer la raison, préciser les dates et les heures visées ainsi que le nom et les coordonnées d'un répondant.

Les déplacements interrégionaux, y compris dans les secteurs visés par les mesures temporaires d'urgence, ne sont pas encouragés, mais sont permis.

Dans tous les autres endroits qui ne sont pas visés par les mesures temporaires d'urgence, les mesures préalablement établies, tant en zone orange qu'en zone rouge, se poursuivent pour le moment. 

La Santé publique demeure sur le pied d'alerte et suit l'évolution de la situation partout au Québec. Espérons que cette approche d'imposition de mesures temporaires d'urgence sur des secteurs ciblés permettra d'éviter un reconfinement généralisé sur l'ensemble du territoire. 

 _____________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 
26 mars 2021

Budget du Québec 2021-2022

Le Conseil québécois de la musique accueille fort positivement les annonces du ministre des Finances Éric Girard concernant la culture faites lors de la lecture du budget 2021-2022, hier, le 25 mars. La culture, considérée comme un moteur économique important et comme le fondement même de l'identité québécoise, est citée parmi les priorités prépondérantes du gouvernement.

Rappelons d'entrée de jeu que le budget de l'an dernier présenté le 10 mars 2020, tout juste avant que le monde bascule en confinement, se démarquait de ceux des dernières années avec une véritable croissance des dépenses consacrées aux arts et à la culture. À ce budget, 200 M$ supplémentaires ont été investis au cours de l'année 20-21 pour amenuiser les effets de la pandémie sur le secteur culturel. 

Avec des dépenses pour soutenir le milieu artistique totalisant 483 M$, le budget 2021-2022 maintient l'engagement du gouvernement envers les arts et la culture et reconnaît les efforts que doit déployer un milieu cultuel fragilisé par la pandémie pour reprendre ses activités. 

Soutien à la reprise des activités culturelles
392 M$ répartis sur 5 ans s'ajoutent à ce qui a déjà été annoncé (18 M$ pour la mesure particulière d'aide aux spectacles québécois d'avril à juin), incluant 214 M$ pour sortir le secteur culturel de la crise et 147 M$ pour prolonger le plan de relance économique de deux ans. Ainsi, entre autres initiatives, le prolongement de mesures exceptionnelles visant la reprise des activités est assuré alors que la lancée numérique pourra se poursuivre. Les détails de ces initiatives seront annoncés ultérieurement par la ministre de la Culture et des Communications. 

La continuité des actions du CALQ et de la SODEC
Au moment d'écrire ces lignes, nous ne savons pas exactement quels sont les budgets alloués au Conseil des arts et des lettres du Québec et à la Société de développement des entreprises culturelles. Toutefois, l'augmentation du budget (passant de 400 M$ en 2020-2021 à 483 M$ en 2021-2022) nous laisse présager que les sociétés d'État consacrées aux arts et à la culture pourront inscrire leur mandat dans la continuité, notamment en ce qui a trait :

• à la diffusion du contenu culturel québécois;
• au soutien à la production cinématographique et télévisuelle;
• à l'appui aux entreprises et aux organismes culturels dans la reprise de leurs activités pour assurer leur pérennité;
• au soutien à l'innovation et la création dans le domaine des arts de la scène (théâtre, danse, cirque, musique, humour, etc.);
• à la réalisation des ambitions numériques du secteur culturel;
• au soutien des artistes et des écrivains dans leur création;
• à la relance des festivals et évènements artistiques et culturels;
• au soutien des producteurs et des diffuseurs de spectacles québécois dans toutes les régions du Québec.

Des crédits d'impôt additionnels 
Le régime fiscal québécois prévoit deux crédits d'impôt qui visent à soutenir l'industrie dans le processus de productions musicales, soit le crédit d'impôt pour la production d'enregistrements sonores, qui accorde une aide de 35 % applicable aux frais de main-d'oeuvre engagés dans la production d'enregistrements sonores par les maisons de disques, ainsi que le crédit d'impôt pour la production de spectacles, qui offre un appui correspondant à 35 % des frais de main-d'oeuvre engagés dans la production de spectacles, notamment les spectacles musicaux. Le gouvernement envisage, dans le cadre du budget 2020-2021, de majorer ces deux crédits d'impôt à 65 %.

L'accès numérique partout au Québec
Le budget affirme aussi la volonté de rendre accessible l'Internet haute vitesse sur tout le territoire québécois avec un investissement massif de 1,255 milliard $ d'ici la fin de 2022. Tous les Québécois auront ainsi accès aux productions artistiques numérisées.

Notons, en conclusion, que le lent retour à l'équilibre budgétaire qui s'échelonnera sur 7 ans ne prévoit pas de réduction des dépenses avant les élections de 2022. Le milieu dispose donc de deux années budgétaires pour effectuer un retour à la normale sans craindre de devoir composer avec des restrictions financières qu'un déficit budgétaire aussi important pourrait entraîner. 

 _____________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19
24 mars 2021

Ouverture des salles en zone rouge

À compter du 26 mars, en zone rouge :
• Ouverture des salles selon les directives de la Direction générale de la santé publique.
• Les bars qui ne servent pas d'alcool sont désormais autorisés à présenter des spectacles. 
• Auditoire de 250 personnes maximum, pas d'offre alimentaire, port du masque d'intervention obligatoire et distanciation physique entre les différentes bulles. Guide de la CNESST 

Tableau récapitulatif des ouvertures ou des suspensions des activités du milieu culturel en période de COVID-19 - Mise à jour en date du 17 mars 2021

Concerts dans les lieux de culte

 Après vérification auprès de la Santé publique, le MCCQ a confirmé au CQM qu'il est possible en zone orange, et aussi à partir du 26 mars en zone rouge, de présenter un concert dans une église sous les mêmes conditions que celles en vigueur dans les cinémas et salles de spectacle (1,5 mètre entre les bulles, 250 personnes maximum par salle, port du masque d'intervention obligatoire, pas d'offre alimentaire ni de consommation de boisson).

Les restrictions dans les lieux de culte ne tiennent pas au lieu lui-même, mais aux activités qui s'y tiennent. Aucune permission à demander ou aucun document d'autorisation à fournir.

Répétitions à domicile

Aux fins des décrets et arrêtés ministériels, une résidence privée s'entend du bâtiment et du terrain (et tout ce qui s'y trouve). Si votre résidence (ci-inclus votre garage) est un lieu de répétition, mais aucune entreprise n'est exploitée depuis ce lieu, les répétitions à domicile ne sont pas autorisées puisque dans une résidence privée ou ce qui en tient lieu, seuls les occupants peuvent s'y trouver. Toutefois, des exceptions existent pour les personnes résidentes seules. Conséquemment, il n'est pas permis de recevoir dans une résidence privée des personnes aux fins de répétitions, sauf pour une personne qui réside seule qui peut recevoir une seule personne.

En revanche, si vous exploitez une entreprise légalement enregistrée depuis votre résidence, vous pouvez continuer à y exercer les activités liées à cette entreprise avec vos collègues, en zone rouge ou en zone orange. Il demeure toutefois possible que ces personnes se fassent interpeller par les corps policiers alors qu'elles s'y trouvent. Elles seront alors tenues de démontrer la teneur et la nécessité de leurs activités professionnelles en groupe. Chaque situation constituera un cas d'espèce. Il serait alors prudent d'être muni de documents justifiant qu'il s'agit de répétitions en groupe essentielles à la poursuite de votre parcours professionnel. 

Parmi les documents déjà évoqués lors de discussions avec les instances, notons :

• L'immatriculation au registraire des entreprises du Québec pour laquelle le domicile privé fait office de lieu de travail. Pour les musiciens.
• Un contrat d'engagement professionnel, démontrant la nécessité des répétitions.
• Un contrat de location de studio d'enregistrement, démontrant la nécessité des répétitions.
• Un contrat de location de salle de spectacle, démontrant la nécessité des répétitions.

 Nous vous rappelons que les domiciles privés utilisés à titre de lieu de travail doivent être conformes aux mesures sanitaires telles que définies dans le guide la CNESST.

Loisirs culturels / écoles privées de musique

Voici les règles qui entreront en vigueur le 26 mars prochain pour les activités sportives et de loisirs, incluant les loisirs culturels:

En zone rouge à l'intérieur, les cours ou entraînements individuels (ou avec les personnes d'une même résidence) seront permis. 
En zone rouge à l'extérieur, la pratique libre et les cours seront permis individuellement, avec les personnes d'une même résidence ou avec un groupe réunissant un maximum de 8 personnes (plus une personne agissant comme responsable de la supervision). 
En zone orange à l'intérieur, un maximum de 8 personnes pourra désormais participer à un cours ou un entraînement (plus une personne agissant comme responsable de la supervision). 
En zone orange à l'extérieur, les cours seront permis individuellement, avec les personnes d'une même résidence ou avec un groupe réunissant un maximum de 12 personnes (plus une personne agissant comme responsable de la supervision). Rappelons que la pratique de toute activité doit être sans contact et adaptée pour respecter la distanciation physique de 2 mètres.

Foire aux questions

Vous trouverez dans la Foire aux questions du site quebec.ca (sous la première question) une mise à jour du tableau récapitulatif des mesures pour le milieu culturel à la suite des annonces du 12 et du 16 mars derniers.
Une nouvelle version est en cours de préparation pour les mesures qui concernent le palier d'alerte jaune entrant en vigueur le 26 mars.

 Activités parascolaires

Les mesures sanitaires à observer et les règles relatives aux sorties scolaires peuvent être consultées sur le site du MEQ. De manière générale, les mesures sanitaires qui s'appliquent lors des sorties scolaires sont celles qui prévalent dans les écoles.

En zone rouge,  le port du masque d'intervention est obligatoire en tout temps pour les élèves du primaire et du secondaire lors des activités réalisées à l'intérieur de l'institution visitée. 
En zone orange, le port du couvre-visage est obligatoire pour tous les élèves du primaire lors des activités intérieures, et les élèves du secondaire doivent porter le masque d'intervention.
Enfin, plusieurs bulles-classes d'une même école ou d'écoles différentes peuvent se trouver dans une même salle, dans la mesure où les mesures sanitaires sont respectées (distance, port du masque, etc.).

Précision sur les règles lors des sorties scolaires qui, de manière générale, sont celles qui prévalent dans les écoles: en ce qui concerne le port du couvre-visage pour les élèves du primaire en zone orange, les sorties scolaires se distinguent alors des règles en classe ou dans les auditoriums scolaires. Ainsi, le port du couvre-visage pour tous les élèves du primaire en zone orange est obligatoire lors des sorties scolaires à l'intérieur des institutions visitées. Vous pouvez trouver les références dans le décret 102-2021, tel que modifié par les arrêtés ministériels 2021-010 et 2021-013.

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
18 mars

Communiqué Plan de relance économique du milieu culturel



La ministre Nathalie Roy annonce un soutien additionnel de 18 M$ pour la diffusion de spectacles québécois

Québec, le 18 mars 2021. – La ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, annonce un montant supplémentaire de 18 M$ afin de poursuivre la mesure de soutien à la diffusion de spectacles québécois. Plus de 4700 représentations de spectacles québécois ont pu bénéficier jusqu'à présent d'une aide financière grâce à cette mesure.

Cette somme s'ajoute aux 50 M$ déjà annoncés le 2 octobre 2020 dans le cadre du Plan de relance économique du milieu culturel et permettra de prolonger dès maintenant, et pendant au moins 3 mois, l'aide dont bénéficie toute la chaîne de diffusion et qui permet de soutenir directement les artistes et les travailleurs culturels. La poursuite de cette mesure répond au besoin de prévisibilité du milieu de la diffusion en lui assurant un soutien le temps que s'organisent tous les préparatifs en vue de la diffusion des spectacles.

La mesure de soutien à la diffusion de spectacles québécois permet de verser une compensation pouvant atteindre jusqu'à 75 % des revenus de billetterie qui n'auront pas pu être perçus en raison des mesures sanitaires au cours de la période allant du 1er octobre 2020 au 30 juin 2021. L'aide permet par ailleurs d'indemniser les producteurs de spectacles pour une partie de leurs coûts de production.

Par cette aide supplémentaire, le gouvernement du Québec souhaite favoriser le développement et la diffusion de spectacles québécois dans les prochaines semaines et apporter son appui au secteur des arts de la scène durement touché par la pandémie.

Citation :
« Sensible aux difficultés que doit surmonter le secteur des arts de la scène en cette période trouble, notre gouvernement doit malgré tout continuer à protéger la santé des Québécoises et des Québécois. C'est pourquoi nous avons décidé de prolonger la mesure de soutien à la diffusion de spectacles québécois et d'y ajouter 18 M$ pour 3 mois, ce qui porte à près de 70 M$ le soutien accordé par le gouvernement du Québec à cet effet. Cette aide, entre autres destinée au remboursement d'une partie des billets invendus, s'inscrit dans le Plan de relance économique du milieu culturel, assorti d'un financement de 450 M$. La somme additionnelle annoncée aujourd'hui témoigne de notre engagement à soutenir les arts de la scène et à préserver la vitalité de cette culture dont nous sommes fiers. »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications
Québec

Liens connexes :
- Plan de relance économique du milieu culturel
- Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ)
- Société de développement des entreprises culturelles (SODEC)

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
16 mars

Ouverture des salles de spectacles en zone rouge

Aujourd'hui, 16 mars, le premier ministre François Legault a annoncé l'ouverture des salles de spectacles partout au Québec à compter du 26 mars. Le couvre-feu passera de 20h à 21h30, ce qui permettra de présenter des concerts en soirée tout en permettant aux spectateurs de rentrer à la maison avant 21h30. 

Ainsi, les salles de spectacles en zone rouge rejoignent les scènes en zone orange et pourront accueillir leur public en observant les mêmes mesures sanitaires:

• La jauge permise est de 250 spectateurs.
• La distanciation à observer est de 1,5 m entre les spectateurs ou les bulles familiales. La distance de 1.5 mètre se calcule de la tête à la tête. Dans les salles où les places sont fixes, la distance est calculée de façon latérale, à 180 degrés (salles à l'italienne). Il n'est pas impératif de laisser une rangée libre derrière, dans la mesure où la distance est respectée en prévoyant des diagonales au besoin.
• Le port du masque de procédure est obligatoire pendant toute la durée du spectacle et les spectateurs doivent demeurer silencieux. 
• Les places doivent être assignées et les spectateurs doivent éviter de se déplacer.
• Les sièges peuvent être mobiles, à condition que les spectateurs respectent la configuration de la salle conçue pour observer les critères de distanciation sociale (information confirmée par la Santé publique). Pour les salles où les places sont délimitées au sol, la distance de 1.5 m est calculée dans les deux sens, à 360 degrés.
• Les mesures sanitaires comme décrites dans le guide de la CNESST continuent de s'appliquer pour les musiciens sur scène et les travailleurs des lieux de diffusion. 

Mesure particulière pour le spectacle québécois du CALQ

La mesure particulière pour le spectacle québécois du CALQ a été adaptée afin de laisser aux diffuseurs une période d'ajustement pouvant aller jusqu'à quatre semaines après la date d'ouverture établie par le décret gouvernemental. Ainsi, les diffuseurs qui auront la capacité d'ouvrir rapidement pourront le faire, alors que ceux qui auront besoin de plus de temps pourront respecter leur rythme sans être pénalisés. La mesure du CALQ actuellement en vigueur prend fin le 31 mars. Toutefois, le CQM a bon espoir que la mesure sera reconduite afin de compenser les pertes de billetterie après le 31 mars. Il faudra attendre la lecture du budget provincial le 25 mars pour connaître les fonds alloués au CALQ et les crédits additionnels qui pourront être consentis à la reconduction de cette mesure essentielle pour la reprise des activités artistiques. 

Scènes alternatives de musique

Les bars en zone rouge demeurent fermés. Toutefois, en zone orange, ils peuvent présenter des spectacles s'ils ne servent pas d'alcool. Dans le cas où le bar détient les permis nécessaires pour servir des repas, il peut présenter un spectacle en respectant les règles suivantes :

• les deux activités (repas et spectacle) ne pourront se tenir en même temps;
• les règles relatives aux restaurants s'appliqueront durant le repas (réservation obligatoire, registre, preuve de résidence, port du masque/couvre-visage durant les déplacements dans le restaurant, 2 m entre les tables, seulement 2 adultes à une même table, etc.);
• les règles relatives aux spectacles s'appliqueront durant le spectacle (port du masque d'intervention (de procédure)/les gens doivent rester assis à leur place/distanciation physique, etc.);
• l'alcool ne pourra être servi qu'avec des aliments et que pendant la portion « restauration » de la soirée.

Sorties culturelles scolaires 

Les sorties culturelles scolaires partout au Québec pour les bulles-classes, même en zone rouge, pourront reprendre à compter du 26 mars. Des précisions sont à venir quant aux possibilités d'accueillir pour une même représentation des bulles-classes provenant de différentes écoles.

Promotion des arts vivants

Le Groupe de travail sur la fréquentation des arts de la scène (GTFAS), qui réunit depuis 2014 une douzaine d'organisations oeuvrant dans tous les domaines du secteur des arts vivants, dont le CQM, se réjouit de l'annonce de la ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, lui octroyant une somme de 1,16 million $ pour la mise en place d'une vaste campagne de promotion des arts de la scène. Piloté par l'Association professionnelle des diffuseurs de spectacles – RIDEAU, le projet, soutenu par le ministère de la Culture et des Communications via le Secrétariat à la promotion de la culture québécoise, vise à rebâtir la confiance du public et à lui redonner le goût d'assister à des spectacles des arts de la scène. Il prendra la forme d'une campagne nationale multiplateforme, en plus d'être décliné sur une base disciplinaire et régionale. Le mandat de conception et de production de cette campagne, qui sera dévoilée plus tard cette année, a été octroyé à l'agence de communications Upperkut.

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 
4 mars 2021

Ce matin, le CQM et ses homologues du milieu culturel ont été convoqués par le ministère de la Culture et des Communications (MCCQ) à une rencontre pour faire le suivi de l'annonce gouvernementale du 3 mars.

Plusieurs régions du Québec passeront de la zone rouge à la zone orange à compter du 8 mars à l'exception de Montréal, Laval, la Montérégie, les Laurentides, Lanaudière et l’Estrie..

Ouverture des salles de spectacles
Les salles de spectacles peuvent donc ouvrir dès le lundi 8 mars dans la Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, la Mauricie et le Centre-du-Québec. Le couvre-feu débutera à 21h30. Rappel des principales consignes en zone orange :
• La jauge permise est de 250 spectateurs.
• La distanciation à observer est de 1,5 m entre les spectateurs ou les bulles familiales.
• Le port du masque est obligatoire pendant toute la durée du spectacle. 
• Les places doivent être assignées et les spectateurs doivent éviter de se déplacer. 
• Les sièges peuvent être mobiles, à condition que les spectateurs respectent la configuration de la salle conçue pour observer les critères de distanciation sociale (information confirmée par la Santé publique).

Le décret gouvernemental autorise l'ouverture des salles dès lundi. Toutefois, la mesure particulière pour le spectacle québécois du CALQ sera adaptée afin de laisser aux diffuseurs une période d'ajustement pouvant aller jusqu'à quatre semaines. Ainsi, les diffuseurs qui auront la capacité d'ouvrir rapidement pourront le faire, alors que ceux qui auront besoin de plus de temps pourront respecter leur rythme sans être pénalisés. 

Petites salles de spectacles indépendantes
Les petites salles de spectacles indépendantes ne peuvent pas ouvrir leurs portes aux spectateurs en raison de leur statut de bar. Toutefois, plusieurs d'entre elles sont prêtes à ouvrir, même à perte, pour offrir des spectacles. Des discussions sont en cours. 

Radio-Canada / Les petites salles de spectacle sont inquiètes pour leur survie

Activités parascolaires
Les activités parascolaires sont actuellement suspendues sur l'ensemble du territoire québécois. Le premier ministre a annoncé que les activités parascolaires sportives pourront reprendre partout, tant en zone orange qu'en zone rouge à compter du 15 mars.

Les activités parascolaires culturelles incluant les sorties culturelles scolaires sont actuellement à l'étude. Un décret est attendu la semaine prochaine qui précisera les autorisations et les conditions qui encadreront les activités.  

Écoles de musique
L'article suivant résume bien l'imbroglio entourant l'accès à une information claire au sujet des cours de musique offerts par des écoles privées ou des professeurs indépendants. Lors de notre rencontre ce matin, le MCCQ s'est engagé à veiller à l'harmonisation de l'information et à préciser les directives à suivre qui émaneront de la Santé publique. Des nouvelles sont attendues sous peu.

La Presse / Les écoles de musique confrontées à des directives contradictoires

Assouplissement des mesures d'aide
Le CQM et ses collègues du Groupe de travail sur la fréquentation des arts de la scène (GTFAS) rencontreront, lundi prochain, le CALQ et la SODEC afin de discuter des améliorations à apporter aux diverses mesures d'aide. Nous vous rappelons que vous avez jusqu'à demain vendredi pour nous faire parvenir vos commentaires en utilisant le sondage suivant : CLIQUEZ ICI

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
25 février

Sièges assignés, mais non fixes

Depuis notre publication du 23 février, un changement est survenu quant à l'exigence pour une salle de spectacle d'offrir des sièges fixes et assignés aux spectateurs lors de sa réouverture. Un nouvel arrêt ministériel retirera la notion de siège fixe, mais conservera la notion de place assignée. Aussi, bien que les admissions générales ne soient pas permises, les lieux de diffusion de type cabaret pourront recevoir des spectateurs à condition de respecter la distanciation entre les sièges et d'assigner une place à chacun. Le port du masque en tout temps par les spectateurs est obligatoire.

Prolongation des programmes d'aide fédéraux

Le gouvernement fédéral prolongera la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) qui avait remplacé la Prestation canadienne d'urgence (PCU). La PCRE sera disponible 12 semaines de plus, couvrant désormais une période maximale de 38 semaines. Idem pour la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants, qui offrira aussi pendant 12 semaines de plus 500 $ par semaine aux travailleurs qui doivent s'absenter pour s'occuper d'un enfant ou d'un proche malade.

La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) de 500 $ par semaine est elle aussi bonifiée, passant de deux à quatre semaines disponible pour les Canadiens qui doivent s'absenter du travail parce qu'ils sont malades.

Ces aides fédérales devaient prendre fin à la fin mars, elles sont maintenant plongées jusqu'à la fin juin. 

Les prestations d'assurance-emploi seront quant à elles disponibles pendant 24 semaines supplémentaires, pour un total pouvant atteindre 50 semaines, pour les travailleurs qui les réclament entre le 27 septembre 2020 et le 25 septembre 2021. Ce dernier changement nécessitera toutefois un projet de loi à faire adopter au Parlement.

 

 ______________________________________________________________________________________________

 

Suivi Covid
23 février 2021

À la suite de l'annonce du gouvernement Legault, le 16 février, autorisant l'ouverture des cinémas à temps pour la relâche scolaire, le CQM et ses collègues du Groupe de travail sur la fréquentation des arts de la scène (GTFAS) ont rencontré la ministre de la Culture et des Communications, vendredi dernier, afin de discuter de la réouverture des salles de spectacle. Une éventualité qui s'impose puisque les risques de transmission de la COVID-19 sont comparables dans les salles de cinéma et de spectacle, et moindres que dans les commerces non essentiels qui sont ouverts depuis le 8 février, même en zone rouge.

Raisons évoquées pour le maintien de la fermeture des salles de spectacle
Bien que l'évolution de la situation épidémiologique demeure encourageante, la contagiosité des nouveaux variants du virus demeure préoccupante. Comme annoncé, le maintien des mesures en place est préconisé au moins jusqu'au 8 mars. Le contrôle de la situation et la diminution des hospitalisations pourraient changer la donne, mais pour le moment, les salles de spectacle demeureront fermées en zone rouge jusqu'à nouvel ordre.

Même si le premier ministre a mentionné qu'il avait espoir que les cinémas allaient rouvrir de façon permanente, la menace d'une troisième vague, qui entraînerait à court terme un retour à un confinement strict et à la refermeture des cinémas et des commerces, est bien réelle.

Les impératifs logistiques du spectacle vivant sont plus complexes que ceux des cinémas, notamment en ce qui a trait à la mobilisation des équipes techniques et de création, ainsi qu'à la mise en vente et au remboursement de billets en cas d'annulation. On souhaite éviter d'ouvrir trop tôt les salles de spectacle par crainte de devoir les refermer rapidement si la situation pandémique empire pendant ou après les semaines de relâche.

Les représentations faites par le milieu des arts de la scène au moment de la fermeture des salles l'automne dernier et de la mise en place de mesures d'aide ont fait ressortir, entre autres, l'importance pour les diffuseurs de pouvoir compter sur une réouverture permanente ainsi que la nécessité de disposer d'un délai suffisamment grand pour remettre la machine en branle au moment de la réouverture. Ce délai avait été évalué à trois semaines. Les commentaires reçus depuis l'annonce de l'ouverture des cinémas démontrent une capacité d'action qui diffère grandement d'un diffuseur à l'autre ou d'une discipline à l'autre. Ainsi, plus de souplesse serait nécessaire pour répondre adéquatement aux diverses réalités.
Toutefois, pour simplifier leur mise en oeuvre, les décrets gouvernementaux s'appliquent de la même manière pour tous et ne peuvent tenir compte des spécificités de chacun. Les décrets gouvernementaux encadrent également l'accès à diverses mesures d'aide provinciales et fédérales. Le délai d'ouverture inscrit au décret gouvernemental doit respecter la capacité d'action des diffuseurs afin qu'ils puissent bénéficier des mesures d'aide jusqu'au moment de leur réouverture.

Le couvre-feu à 20h est aussi un frein pour certains diffuseurs qui ne peuvent devancer suffisamment l'heure des spectacles pour assurer que tous les spectateurs pourront rentrer chez eux avant 20h.

Il va sans dire que le milieu des musiques de concert est très certainement celui qui démontre la plus grande souplesse à reprendre rapidement ses activités, et ce, même en présence d'un couvre-feu contraignant.

Souplesse espérée dans les mesures d'aide
Aussi, le GTFAS souhaite maintenant s'entretenir avec le CALQ et la SODEC qui développent et gèrent les mesures d'aide aux diffuseurs afin d'améliorer les programmes en place. Si la souplesse au sein même des décrets gouvernementaux semble difficile à obtenir, l'adaptation des mesures en place aux diverses réalités est plus probable.

Il s'agit dès maintenant de convenir avec le gouvernement d'une stratégie de réouverture des salles de spectacle, idéalement plus tôt que tard, qui garantit le respect des réalités et de la capacité d'action de chacun.


Quelques précisions
Vous avez été nombreux à demander des précisions à la suite du décret gouvernemental du 5 février. Voici les dernières informations validées :

• Sièges fixes et assignés
Nous tenons à vous rappeler que les salles de concert peuvent ouvrir en zone orange à compter du 26 février, en respectant les mesures sanitaires en vigueur et à condition que les sièges soient fixes et assignés. Ces critères ont pour but d'assurer le respect de la distanciation sociale en limitant les déplacements et en évitant toutes modifications spontanées de configuration de salle.

• Cours et écoles de musique
Est-ce que les musiciens et musiciennes peuvent donner des cours chez eux ou au domicile de leur élève?
• En zone rouge ou orange, une personne peut offrir des cours de musique à domicile aux résidents d'une même adresse, mais uniquement à des fins de pédagogie ou d'éducation. Une personne peut également offrir des cours à des fins de pédagogie ou d'éducation chez elle à une seule personne. Une distance de 2 mètres doit être maintenue entre le formateur et les élèves.

Qu'en est-il de la prestation d'un cours privé de musique ou de chant dans l'établissement d'une petite école de musique? Ces écoles privées peuvent-elles rouvrir?
• En zone rouge, les écoles de musique privées ne peuvent rouvrir à moins d'offrir des formations en arts (musique) reconnues par le MEQ. Dans ce cas, les règles propres aux milieux scolaires s'appliquent. Elles peuvent néanmoins offrir des cours à domicile aux résidents d'une même adresse, mais uniquement à des fins de pédagogie ou d'éducation. Une personne peut également offrir des cours chez elle à une seule personne, à des fins pédagogiques ou éducatives. Une distance de 2 mètres doit être maintenue entre le formateur et les élèves.

• En zone orange, les activités intérieures de loisirs sont permises dans les lieux publics à certaines conditions. Dans ce contexte, l'école peut rouvrir et offrir des cours individuels ou aux résidents d'une même adresse, dans le respect des mesures de distanciation.

• Les écoles peuvent suivre les consignes établies pour le milieu de l'éducation : Directives spécifiques pour le milieu de l'éducation (COVID-19) | Gouvernement du Québec (quebec.ca)

Questionnement professionnel / groupe de soutien pour artistes

Deux candidats à la Maîtrise en counseling de carrière (UQAM) et au titre de conseiller d'orientation (c.o) sous supervision clinique, Charlotte Balthazar et David Désilets, procèdent actuellement à la formation d'un groupe de soutien visant à accompagner des artistes en questionnement professionnel. Ce processus de counseling de carrière en formule groupe s'inscrit dans le cadre d'une activité pédagogique.

Quatre séances sont prévues les 19 et 26 mars, et les 9 et 16 avril, de 9h30 à 12h. Ces séances gratuites permettront de faire le point sur sa vie professionnelle et de déterminer des moyens significatifs de mise en action.

Information et inscription : counseling.artistes@gmail.com

______________________________________________________________________________________________
 
Suivi Covid
4 février 2021

Allégement des mesures concernant les cours de musique

Les cours de musique à domicile ont été reconnus par la Santé publique comme étant un service professionnel à domicile. 

Ainsi, contrairement à ce qui nous a été communiqué hier, la direction de la Santé publique a confirmé ce matin qu’il est possible d’accueillir un professeur à domicile pour recevoir un cours personnalisé de musique, de même que les professeurs de musique pourront recevoir un élève à la maison - même en zone rouge. 

Dans les deux cas, les mesures sanitaires comme le lavage des mains, la distanciation physique de 2m ou le port de masques de procédure et de visières, de même que le lavage d’instruments partagés, doivent être respectées.

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
3 février 2021

Le premier ministre a annoncé les détails d'un déconfinement progressif, qui comprend la réouverture des commerces et centres commerciaux, des salons de coiffure, des bibliothèques et des musées partout au Québec à compter du lundi 8 février.

Six régions, Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine, Bas-Saint-Laurent, Saguenay–Lac-Saint-Jean, Abitibi-Témiscamingue, Nord-du-Québec et Côte-Nord, passeront en zone orange.

L'horaire du couvre-feu en zone orange débutera à 21 h 30 alors qu'il est maintenu à 20h en zone rouge. Les restaurants en zone orange pourront reprendre du service, à condition de recevoir des « bulles familiales » composées de deux adultes et de leurs enfants seulement.

Cinéma et salles de spectacles
Les cinémas et salles de spectacles demeurent fermés en zone rouge.
Ouverture des cinémas et des salles de spectacles en zone orange permise à compter du 26 février.

• Les trois semaines avant le 26 février permettent aux diffuseurs de préparer le retour en salle et l'ouverture des billetteries.
• Maximum de 250 spectateurs distanciés de 1m50 les uns des autres (ou 1m50 entre deux bulles familiales ou une bulle familiale et un spectateur).
• Le port du masque de procédure est obligatoire pour tous les spectateurs à l'intérieur des lieux, y compris pendant toute la durée du spectacle.
• L'horaire des représentations en zone orange doit être ajusté en fonction de l'horaire du couvre-feu. Les spectacles doivent se terminer suffisamment tôt pour permettre aux spectateurs de regagner leur domicile avant 21h30.
• Les captations de concerts peuvent se faire devant public (maximum de 250 spectateurs distanciés de 1m50).
• En ce qui a trait à la Mesure d'aide particulière pour le spectacle québécois du CALQ, tous les spectacles prévus avant le 26 février (zones rouges et oranges) peuvent être annulés dès maintenant. Les diffuseurs des zones oranges sont tenus de prendre les dispositions nécessaires pour offrir les spectacles à jauge réduite et en respectant l'horaire du couvre-feu après le 26 février. Les diffuseurs en zones rouges doivent attendre de connaître les consignes qui seront en vigueur après le 26 février avant de prendre des décisions sur le sort des spectacles prévus après cette date.

Cours privés de musique
Les loisirs culturels demeurent interdits en zone rouge.
Les loisirs culturels sont permis en zone orange à compter du 8 février.

• Cours offerts à un seul élève à la fois ou à une bulle familiale.
• Les cours doivent avoir lieu dans un lieu public.

Répétitions et studios à domicile
Les visites sociales à domiciles ne sont pas permises en zone rouge ni en zone orange, à l'exception des personnes vivant seules qui peuvent accueillir une seule personne à la fois et respecter la distanciation et les mesures sanitaires.
Par conséquent, il n'est toujours pas permis d'accueillir des visiteurs pour des répétitions ou du travail en studio dans un domicile privé.

Domicile v\s lieu de travail
Un domicile privé ou une partie du domicile privé sont considérés comme étant un lieu de travail uniquement si un document légal le confirme. Par exemple, une raison sociale attestant qu'un studio d'enregistrement a pignon sur rue à l'adresse d'un domicile privé.
Ne pas confondre le lieu de travail avec l'adresse du siège social d'un organisme qui confirme simplement que l'administration de l'organisme est faite à cette adresse. Les activités artistiques pourraient être considérées comme des activités se tenant ailleurs qu'au siège social de l'organisme. Advenant une dénonciation par un voisin, l'organisme devra justifier que son domicile est reconnu comme étant un lieu de travail légal et le verdict reposera sur le bon jugement des policiers.

Télétravail
Le télétravail est toujours obligatoire partout au Québec.

Couvre-feu
L'horaire du couvre-feu propre à chacune des zones doit être respecté. Dans le cas d'une activité qui doit absolument se dérouler pendant l'horaire du couvre-feu, par exemple la diffusion d'un concert en direct, l'employeur doit fournir une attestation à chacun des employés afin que ceux-ci puissent circuler pendant le couvre-feu. Ces attestations doivent indiquer la raison, préciser le lieu du travail, les dates et les heures visées ainsi que le nom et les coordonnées d'un répondant.
L'information détaillée et le formulaire d'attestation sont disponibles à : Confinement du Québec dans le contexte de la COVID-19.
Les autoproducteurs sont encouragés à conserver avec eux en tout temps les contrats de location de studio ou d'espace de travail afin d'être en mesure de justifier leurs déplacements pendant l'horaire du couvre-feu.

Déplacements interrégionaux
Les déplacements interrégionaux dans le cadre d'une activité professionnelle ne sont pas recommandés, mais sont autorisés. Nous rappelons que les individus provenant d'une zone rouge doivent respecter les mesures sanitaires en vigueur en zone rouge, même s'ils se déplacent en zone orange (par exemple, si les restaurants sont fermés en zone rouge, l'individu provenant d'une zone rouge n'est pas autorisé à aller manger au restaurant en zone orange).

Activités parascolaires
Toutes les activités parascolaires sont suspendues en zone rouge et orange.

______________________________________________________________________________________________

 
Suivi COVID-19
15 janvier 2021
 
Les activités professionnelles à domicile et les résidences d'artiste
Le décret gouvernemental pour la période du 9 janvier au 9 février 2021 précise que les visiteurs à domicile (maison et chalet) à l'intérieur ou à l'extérieur sont interdits.
À l'exception de :
• un seul visiteur d'une autre adresse pour les personnes seules (il est demandé de toujours recevoir la même personne afin de limiter les contacts sociaux et de respecter les consignes de distanciation et d'étiquette respiratoire)
• une personne proche aidante
• personnes offrant service ou soutien
• main-d'œuvre pour travaux prévus
Par conséquent, aucune activité professionnelle (répétitions, cours de musique privés, concerts, captations, etc.) qui requiert la présence de personnes externes à la bulle familiale ne peut avoir lieu dans un domicile. Même les installations qui permettent d'isoler une partie du domicile de la bulle familiale en donnant un accès exclusif et indépendant aux visiteurs, comme un sous-sol ou un garage, sont interdites.
Dans le cas d'une résidence d'artistes comprenant l'hébergement des musiciens, les lieux de travail doivent respecter les mesures sanitaires telles que présentées dans le guide de la CNESST. Les lieux d'hébergement quant à eux, doivent respecter les bulles familiales et les mesures qui s'appliquent dorénavant pour les domiciles. C'est-à-dire que deux musiciens appartenant à des bulles familiales différentes ne peuvent pas partager la même chambre et doivent respecter les restrictions imposées aux visiteurs à domicile.

Mesure particulière d'aide aux spectacles québécois du CALQ
Le CQM rappelle aux bénéficiaires de cette mesure que cette dernière concerne uniquement le concert vivant. Toute captation d'un concert, diffusée en direct ou en différé, est considérée comme étant un projet différent du concert vivant. Un concert prévu devant public en salle et annulé sera compensé, qu'il fasse l'objet d'une diffusion numérique ou non. Les revenus tirés de la diffusion numérique d'un concert vivant ou initialement prévu devant public n'interféreront pas avec la mesure d'aide.

Respecter les décrets gouvernementaux

Pour être admissible à la mesure, le concert vivant doit être annulé ou présenté devant une jauge réduite, deux situations imposées par décret gouvernemental et empêchant le diffuseur de vendre la totalité ou une partie des billets. Par conséquent, tous les concerts vivants prévus jusqu'au 9 février 2021 peuvent être annulés dès maintenant. Toutefois, pour être admissibles à la mesure, les concerts prévus après cette date ne peuvent être annulés avant qu'un nouveau décret ne soit émis et qui précise les restrictions qui prévaudront après le 9 février 2021. Les diffuseurs peuvent choisir de retarder la vente de billets des concerts prévus après le 9 février, toutefois, advenant la réouverture des salles le 10 février, le diffuseur devra être en mesure de présenter le concert devant public et d'honorer ses engagements. Un concert prévu après le 9 février peut faire l'objet d'une captation et d'une diffusion numérique. Les billets pour la diffusion numérique du concert peuvent être mis en vente dès maintenant, même si les billets pour la présentation en salle du même concert ne sont pas encore en circulation.

 ______________________________________________________________________________________________

 
Suivi COVID-19
7 janvier 2021
  
À la suite de l'annonce du Gouvernement Legault du 6 janvier, présentant le resserrement des mesures de confinement jusqu'au 8 février, le ministère de la Culture et des Communications a répondu aux questions du milieu culturel afin de s'assurer que les professionnels de la culture puissent poursuivre leur travail en toute sécurité.

Rappelons d'entrée de jeu que le guide de la CNESST est demeuré inchangé. Tous sont invités à redoubler de prudence et de rigueur dans l'application des mesures sanitaires.

Poursuite de l'activité professionnelle
Les salles de concert demeurent fermées jusqu'au 8 février. Toutefois, les lieux demeurent accessibles pour les répétitions et les captations sans public.

Les répétitions, les résidences de création et les captations sans public sont permises (pour diffusion en direct ou en différé).

Les ateliers, les animations et les activités de médiations en milieu scolaire sont autorisés.

Le couvre-feu
Le respect du couvre-feu imposé de 20h à 5h est de mise. Toutefois, dans le cas d'une activité qui doit absolument se dérouler pendant l'horaire du couvre-feu, par exemple la diffusion d'un concert en direct, l'employeur doit fournir une attestation à chacun des employés afin que ceux-ci puissent circuler pendant le couvre-feu. Ces attestations doivent indiquer la raison, préciser les dates et les heures visées ainsi que le nom et les coordonnées d'un répondant.

L'information détaillée et le formulaire d'attestation sont disponibles à : Confinement du Québec dans le contexte de la COVID-19

Les autoproducteurs sont encouragés à conserver avec eux en tout temps les contrats de locations de studio ou d'espace de travail afin d'être en mesure de justifier leurs déplacements.

Télétravail
Le télétravail est obligatoire à l'exception des personnes dont la présence est essentielle sur le lieu de travail pour accomplir ses tâches.

Déplacements interrégionaux
Les déplacements interrégionaux dans le cadre d'une activité professionnelle ne sont pas recommandés, mais sont autorisés.

Activités professionnelles à domicile
Les visites et rassemblements à domiciles sont interdits. Toutefois des précisions sont à venir au sujet des cours privés de musique et des répétitions au lieu de résidence des artistes. Le CQM informera ses membres dès que l'information sera disponible.

Le CQM participera prochainement à une rencontre réunissant le MCCQ et le milieu des arts de la scène pour discuter de la situation et des mesures à mettre en place au-delà du 31 mars 2021.

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
12 novembre 2020
 
Précisions sur la Mesure particulière à la diffusion de spectacles du CALQ
Dans le cadre de la Mesure particulière à la diffusion de spectacles annoncée le 27 octobre dernier, le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) souhaite fournir certaines précisions aux organismes qui s'apprêtent à déposer une demande d'aide financière. Ces informations importantes les aideront à bien présenter leurs données. Elles sont disponibles sur le site Web du CALQ.
Rappelons que la date limite de dépôt d'une demande pour cette mesure particulière est le 16 novembre 2020, à 10h.

Programme Aide temporaire à la représentation de spectacles de musique et de variétés de la SODEC
Les entreprises qui ne sont pas admissibles au CALQ, notamment les agents d'artistes, sont invitées à consulter le programme Aide temporaire à la représentation de spectacles de musique et de variétés de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).
 

______________________________________________________________________________________________

 
Suivi COVID-19
5 novembre 2020
 
Deux études sur l'impact économique de la pandémie sur le milieu culturel
Participez en grand nombre!
Dès le début de la pandémie en mars dernier, le CQM s'est inquiété de l'impact économique de la fermeture indéterminée des lieux culturels. 
Depuis, plusieurs associations ont produit des sondages maison afin de documenter la situation de leur secteur pour être en mesure de faire les représentations qui s'imposaient auprès du gouvernement. Toutefois, ces nombreux sondages présentent des données disparates et partielles, difficiles à compiler pour obtenir un portrait complet de l'impact économique de la pandémie sur le secteur culturel. 
Le CQM vous encourage donc à participer à deux enquêtes nationales bien structurées et crédibles afin d'obtenir les données qui nous aideront tous à défendre le secteur culturel et à orienter la reprise des activités.  
 
Au Québec 
Synapse C, Mitacs et UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières s'associent pour mettre en œuvre une grande enquête harmonisée et anonyme dans toutes les régions du Québec et diffusée au plus grand nombre d'acteurs du secteur, portant sur la situation économique post-confinement du secteur des arts et de la culture.
Ils espèrent ainsi documenter la situation, mais également les initiatives du secteur pour apporter de l'information et permettre à tous de mieux naviguer dans cette crise.
Cette enquête est unique puisqu'elle porte simultanément sur toutes les disciplines du secteur et est alignée avec Statistique Canada, dans l'ensemble des régions du Québec.
Il faut compter une dizaine de minutes de votre temps pour répondre à ce court sondage en ligne qui sera disponible jusqu'au 1er décembre 2020.
Les résultats de cette étude seront disponibles publiquement.
 
Au Canada
Une trentaine d'organismes nationaux et provinciaux de services aux arts représentant diverses disciplines artistiques se sont regroupés afin de commander l'Enquête nationale sur les répercussions dans le secteur culturel (ENRSC). L'enquête a pour but de dresser un portrait de la situation actuelle. Votre participation à cette enquête nous aidera à mieux saisir le contexte actuel du secteur des arts et de la culture et à orienter les activités de représentation du secteur à l'échelle du pays dans les mois à venir. Les questions tournent autour de l'impact que la COVID-19 a eu et aura sur votre travail, vos finances et vos projets. Il ne vous sera demandé aucune information permettant de vous identifier autre que les trois premiers chiffres de votre code postal et le ou les organismes de services aux arts auxquels vous ou votre organisation êtes affiliés.
Tous les organismes culturels, les artistes et les travailleurs culturels du Canada sont encouragés à participer à l'enquête d'ici le lundi 23 novembre 2020.
Le sondage de l'ENRSC est scindé en deux volets : vous pouvez choisir de le remplir à titre d'artiste ou de travailleur culturel ou bien au nom d'un organisme, d'un groupe ou d'un collectif d'artistes. Il vous faudra environ 10 à 15 minutes pour remplir le sondage. Si vous tenez à donner votre point de vue sur les deux plans, vous pouvez y répondre deux fois.

Recommandations de la DRSP de Montréal pour ajuster les mesures du palier rouge: 
contrôler la transmission de la COVID-19 et prendre en compte les effets collatéraux.
La Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) considère qu'il peut y avoir des effets négatifs majeurs sur la santé physique et mentale des individus à maintenir l'interdiction de certaines activités en zone rouge. La DRSP propose donc de permettre aux Montréalais de reprendre le chemin des salles de sports et des lieux culturels, en plus de pouvoir se réunir avec un nombre limité de personnes. Parmi les recommandations nous en retrouvons deux qui touchent directement le milieu culturel :
- Rouvrir les salles de spectacle, mais à 25 personnes maximum
- Rouvrir les musées et autres expositions culturelles (Biodôme, Jardin botanique...) selon la capacité d'accueil. La DRSP estime qu'en portant le couvre-visage obligatoirement et en gardant des distances sécuritaires, cela permettra d'éviter « les effets collatéraux » en raison de la nécessité d'activités culturelles et de divertissements structurés pour réduire l'isolement de la population.
Ces recommandations acheminées au ministère de la Santé ouvrent la porte à notre milieu pour faire valoir l'importance de rouvrir les lieux culturels. Le CQM poursuit le travail en ce sens.

Le projet de Loi C-10 : Soumettre les géants du Web à la loi canadienne de la radiodiffusion 
Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeaut, a déposé le 3 novembre dernier le projet de loi C-10 visant à soumettre les géants du Web à la loi sur la radiodiffusion. L'objectif est d'imposer un cadre réglementaire aux diffuseurs de vidéos et aux entreprises de musique en ligne. Les médias sociaux y seront également assujettis, mais les utilisateurs pourront continuer à partager des vidéos ou de la musique sans craindre d'être punis.
Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) sera chargé de déterminer quels services en ligne doivent être réglementés et quelles exigences devront être respectées. 
Le communiqué précise que le projet de loi C-10 n'est qu'une première étape et que le gouvernement fédéral souhaite prendre d'autres mesures pour moderniser entièrement le système de radiodiffusion et soutenir la création de contenu audio et audiovisuel canadien.
Vous pouvez consulter le projet de loi C-10 ici

Changements au programme SODEXPORT
La SODEC annonce des changements au programme SODEXPORT : volet promotion sur un marché cible. Ce programme vise à soutenir les frais de promotion hors Québec (à ne pas confondre avec l'aide à la tournée).
Pour visionner la présentation de Jean-Philippe Sauvé, Chargé de projet, Diffusion et tournées Québec et hors Québec :
Mot de passe: k6!900LB

Foire aux questions
 
MCCQ
Le ministère de la Culture et des Communications a produit un document afin de compléter l'information sur les normes et directives du guide de la CNESST qui s'appliquent au secteur des arts de la scène.
Les réponses tiennent compte des observations et commentaires de la CNESST et de la Direction générale de la santé publique.
La foire aux questions du MCCQ est disponible en français et en anglais dans la boîte à outils du CQM.
Vous y trouverez également un tableau résumant les activités permises selon les paliers d'alerte pour les divers secteurs culturels. 

CALQ
Le CALQ a mis en ligne une foire aux questions liées à la COVID-19 afin de répondre aux principales interrogations des demandeurs.
Vous y trouverez des réponses au sujet du traitement des demandes en cours, du soutien à la diffusion de spectacles québécois, de la bonification des demandes de bourses, de l'incidence des annulations sur les projets financés, des déplacements et tournées à l'international.

 

______________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19
28 octobre 2020

Le 26 octobre, en raison du nombre d'infections à la COVID-19 encore élevé malgré les mesures mises de l'avant depuis 28 jours, le premier ministre a annoncé la prolongation de la fermeture des salles de spectacles jusqu'au 23 novembre.

Mesures compensatoires
L'aide gouvernementale de 50 M$ annoncée le 2 octobre pour compenser les revenus de billetterie, que les spectacles soient annulés ou présentés devant un auditoire réduit, se décline en deux programmes maintenant accessibles en ligne.

Pour les diffuseurs spécialisés et pluridisciplinaires, ainsi que les producteurs en autodiffusion, constitués en organisme à but non lucratif (OBNL)
Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ)

Pour les diffuseurs et producteurs à but lucratif 
Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) -  le programme sera en ligne sous peu.

Solidarité envers les interprètes pigistes
La reprise et l'arrêt des activités artistiques que nous connaissons depuis le printemps sont difficiles pour tous. Les mesures sanitaires imposées nous forcent à revoir les configurations scéniques et à faire appel à un nombre restreint de musiciens. Pour subsister, ces derniers ont fait appel à la Prestation canadienne d'urgence (PCU) et devront faire appel à la Prestation canadienne de reprise économique (PCRÉ) jusqu'à ce que leur situation se stabilise. Pour avoir accès à la PCRÉ, les pigistes doivent démontrer, d'une part, que leurs contrats ont été annulés et d'autre part, qu'ils sont en recherche active de contrats.

La façon de faire, adoptée largement par le milieu musical, veut que les engagements se confirment rapidement verbalement, mais que les contrats se signent souvent à la dernière minute. Le CQM encourage les producteurs à confirmer ou à infirmer officiellement les engagements auprès des pigistes le plus rapidement possible. Ces réponses officielles permettront aux musiciens de mieux planifier la répartition de leurs revenus et de démontrer facilement leur volonté de travailler aux agents de la PCRÉ. Ce geste solidaire contribuera sans aucun doute à diminuer l'anxiété des pigistes en ces moments difficiles.

Par ailleurs, les diffuseurs et les producteurs devront démontrer qu'ils sont liés par contrat aux artistes afin d'accéder aux mesures compensatoires mises en place par le CALQ et la SODEC. La date de tombée pour déposer une demande à ces programmes est le 15 novembre.

 

______________________________________________________________________________________________

 

Suivi COVID-19
8 octobre 2020

Hier, mercredi le 7 octobre, le président et le directeur général du CQM ont assisté à une rencontre qui réunissait les principaux regroupements en arts de la scène afin d'obtenir plus de détails sur le programme de compensation des pertes de revenus de billetterie annoncé le 2 octobre dernier. Anne-Marie Jean, présidente-directrice générale du CALQ, et Mary Daveluy, secrétaire générale et directrice de la planification des programmes, ont répondu aux questions du milieu.

Un programme d'aide sera disponible la semaine prochaine sur le site du CALQ et sera accompagné d'une foire aux questions afin d'en faciliter la compréhension. Plusieurs informations ont circulé depuis l'annonce de cet inhabituel programme et des changements ont pu être apportés.

Pour qui?
L'aide s'adresse aux diffuseurs spécialisés, aux diffuseurs pluridisciplinaires et aux producteurs (autodiffusion), qu'ils soient actuellement soutenus par le CALQ ou non. Ils doivent cependant répondre aux critères d'admissibilité du CALQ.

L'aide est accessible à tous, peu importe la région et le degré d'alerte en vigueur.

Montant maximal pouvant être octroyé
Des 50 M$ annoncés le 2 octobre, 37,5M$ seront administrés par le CALQ, alors que la SODEC disposera de la balance.

Le calcul du montant maximal pouvant être accordé à chacun des demandeurs se fera à partir de l'évaluation des revenus habituels de billetterie d'un demandeur pendant une année complète. Une année de référence déterminée par le demandeur entre 2016 et 2019 sera utilisée pour les calculs.

Un plafond de revenus de billetterie par spectacle de 75 000 $ sera considéré afin de calculer les revenus au cours de cette année de référence.

Le total ainsi obtenu pour l'année de référence sera multiplié par 75% et déterminera le montant maximal pouvant être accordé.

Pour chacun des demandeurs, à partir de l'année de référence, un prix de billet moyen sera déterminé (un prix moyen adulte et un prix moyen jeune public). Le nombre de billets impossibles à vendre en tenant compte des jauges réduites ou de l'annulation d'un spectacle sera alors honoré par le programme, utilisant le prix moyen des billets comme montant maximum remboursable.

Aide pour soutenir toute la chaîne artistique
L'aide vise à compenser les pertes de revenus de billetterie pour une période s'étalant du 1er octobre 2020 au 31 mars 2021.

L'aide sera accordée que les représentations aient lieu ou non, à la condition de démontrer que les annulations sont dues aux restrictions sanitaires en vigueur (salles fermées ou éclosion de COVID-19 au sein d'une production).

Pour se prévaloir de l'aide, les diffuseurs et les producteurs devront démontrer :
• au dépôt de la demande qu'une programmation de spectacles est bel et bien planifiée et que des contrats ont été officialisés ou des ententes avec des artistes ont été convenues. Cette programmation peut être une programmation initiale ou complètement remaniée.

• au dépôt du rapport d'étape et du rapport final, que tous les contrats ont été honorés à 100%, garantissant ainsi que les musiciens et tous ceux qui gravitent autour d'eux, agents, compositeurs et autres aient droit à leur juste part de l'aide accordée.

L'aide sera répartie en trois versements : 50% au dépôt de la demande, 35% lors du rapport d'étape et 15 % au dépôt du rapport final.

Date de tombée
Les organismes auront jusqu'au 15 novembre pour déposer une demande. Les réponses devraient être rendues avant Noël.

 

______________________________________________________________________________________________

 
Suivi COVID-19
2 octobre 2020

Aujourd'hui, 2 octobre, la ministre de la Culture et des Communications a annoncé une aide 50 M$ pour compenser les pertes occasionnées par la fermeture imposée des lieux de diffusion.
 
Bien que les détails suivront dans les prochains jours par l'intermédiaire du CALQ et de la SODEC, cette mesure semble tenir compte non seulement de la perte directe causée par la fermeture des salles de concert, mais également, de la difficulté de programmer des concerts sans être assuré de sa diffusion ou de l'assistance qui pourra être admise en salle lors de sa présentation.

Ce que nous retenons de la conférence de presse :

. L'aide sera disponible pour une période de 6 mois, du 5 octobre 2020 au 31 mars 2021;
. L'aide s'adresse aux diffuseurs spécialisés, aux diffuseurs pluridisciplinaires et aux producteurs (autodiffusion);
. L'aide est accessible à tous, peu importe la région et le degré d'alerte en vigueur; 
. Le calcul de l’aide à accorder se fera sur une base comparative, en remontant trois ans en arrière et en faisant une moyenne pour obtenir une période type. Cette période type sera utilisée pour calculer les revenus de billetterie habituellement obtenus pour les mois d’octobre à mars. Les producteurs et les diffuseurs se verront rembourser 75 % des revenus de billetterie habituellement obtenus selon la période type, pourvu qu’ils démontrent qu’ils ont une programmation s’étalant sur ces 6 mois.
. L'aide sera accordée que les représentations aient lieu ou non. Les revenus de billetterie des concerts de l'année en cours seront intégrés au calcul afin de déterminer le montant de l'aide accordée. Ainsi, un diffuseur ou un producteur peut, dès maintenant, compléter une programmation pour les 6 mois à venir et être assuré d'être compensé pour les pertes à venir, que les concerts aient lieu avec une jauge réduite ou qu'ils soient annulés; 
. Pour se prévaloir de l'aide, les diffuseurs et les producteurs devront démontrer qu'ils ont honoré tous les contrats avec les artistes, garantissant ainsi que les musiciens et tous ceux qui gravitent autour d'eux, agents, compositeurs et autres aient droit à leur juste part de l'aide accordée. 
 
Bien que cette mesure soit annoncée pour une période de six mois, le premier ministre a précisé qu'il n'est pas prévu de fermer les salles en zone rouge pour une aussi longue période, à moins que l'évolution de la pandémie l'y force. La mesure vise à épauler le milieu culturel durement touché depuis le mois de mars, à encourager la relance des activités et à permettre aux artistes de travailler. 
 
Par ailleurs, certaines mesures ont été annoncées le 1er octobre et offrent la possibilité de rembourser 80% des frais fixes des PME qui sont contraintes de diminuer ou de mettre leurs activités sur pause. Les organismes culturels qui n'ont pas de programmation (revenus de billetterie) pourraient être éligibles à cette mesure. 
 
Compenser les pertes encourues, rendre possible l'élaboration de programmations et la signature de contrats malgré l'insécurité ambiante ainsi qu'assurer la juste part des artistes, faisaient partie des principales recommandations faites par le milieu des arts de la scène au MCCQ depuis le tout début de la pandémie en mars dernier. Malgré le sentiment d'injustice devant la fermeture de salles de concert qui perdure l'aide annoncée apparaît comme étant un soutien consistant, adapté à la réalité du milieu culturel. En attente des précisions qui seront apportées par le CALQ et la SODEC, le CQM continue de suivre l'évolution de la situation.

PCRÉ
L’information entourant la PCRÉ est maintenant en ligne sur le site du gouvernement canadien.
À noter que les détails sur la façon de faire une demande seront disponibles le 12 octobre 2020.

 
______________________________________________________________________________________________

 

Suivi COVID-19
29 septembre 2020

 

Deuxième vague
Lundi le 28 septembre, à la consternation générale, les concerts des régions les plus populeuses du Québec sont emportés par la deuxième vague de la pandémie. La fermeture des salles de spectacle sera obligatoire à compter du 1er octobre dans les régions identifiées en rouge sur la carte des paliers d’alerte par région, soit : La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) - Montréal, Laval et une partie de la Montérégie, l’Agglomération de Québec incluant Saint-Augustin-de-Desmaures, L’Ancienne-Lorette et Wendake, la MRC de la Jacques-Cartier, la MRC de la Côte-de-Beaupré et la MRC de l’île d'Orléans, Chaudière-Appalaches, Lanaudière, la MRC Les Moulins et la MRC L’Assomption, Laurentides, la MRC de La Rivière-du-Nord, la MRC de Deux-Montagnes, la MRC de Mirabel, la MRC de Thérèse-De Blainville.

Entre le 1er et le 28 octobre, tout rassemblement sera interdit pour les zones rouges et fortement déconseillé pour les autres régions. Tous les arts de la scène sont ébranlés par cette deuxième secousse. Après tous les efforts déployés pour reprendre les activités de manière sécuritaire, nous sommes contraints, encore une fois, de défaire et de refaire le travail.

Mardi le 29 septembre, le CQM a participé à une conférence téléphonique convoquée par le ministère de la Culture et des Communications, pour faire le point sur la situation.

La propagation de la COVID-19 connaît une remontée inquiétante et le gouvernement du Québec demande, une fois de plus, à la population de limiter leurs activités de socialisation pour éviter de répéter la situation vécue le printemps dernier. Bien que le milieu culturel ait fait preuve d’une coopération et d’une rigueur exemplaires dans la mise en oeuvre de plans sanitaires adaptés à leurs activités aux lieux de diffusion, et à l’accueil du public, la fréquentation des lieux culturels est considérée comme étant une incitation à la socialisation dans un contexte de rassemblement.

Ce qui fut précisé lors de cet appel :
En respectant les mesures sanitaires en place ;
• Les salles de spectacle et autres lieux appropriés demeurent accessibles pour les répétitions;
• Les captations audio et vidéo sans public sont permises;
• Les résidences d’artistes sont autorisées.

Ce qui reste à préciser :
• L’autorisation des déplacements interrégionaux des artistes qui passent d’une zone à l’autre dans le cadre de la présentation d’un spectacle;
• L’autorisation des déplacements interrégionaux des artistes qui passent d’une zone à l’autre dans le cadre de répétitions;
• L’autorisation de dispenser des cours ou des ateliers de musique et de chant choral, en groupe, à la population. Le premier ministre demande à la population de se restreindre aux activités essentielles, toutefois, on remarque que certaines activités de loisirs, tels que celles en centres sportifs, ont toujours le feu vert;
• Les mesures compensatoires qui seront offertes aux diffuseurs devraient être connues d’ici la fin de la semaine. On nous assure que de l’argent frais est au rendez-vous.

En ce qui concerne ce dernier point, le travail sur la mise en place des mesures compensatoires promises au printemps n’a jamais abouti. Les discussions entre les gouvernements fédéral et provincial sur le sujet ayant achoppé, les deux parties ont convenu qu’elles agiraient chacune de leur côté.
Devant cette promesse de nouvelles mesures compensatoires, il a été demandé que la réflexion porte sur l’ensemble de la chaîne de création, production, diffusion, et non uniquement sur la diffusion.

Le degré de socialisation diffère grandement d’une activité à l’autre. Ainsi, les lieux de culte dans le cadre d’offices religieux ne peuvent accueillir plus de 25 ou 50 personnes, alors que les salles de concert peuvent accueillir 250 spectateurs. Puisque plusieurs ensembles se produisent dans les églises, le CQM a demandé à ce que les lieux de culte hors des zones rouges puissent accueillir jusqu’à 250 personnes dans le cadre d’un concert. Jusqu’à maintenant une dérogation peut être demandée auprès des directions régionales de la Santé publique. Toutefois, il n’y a pas de procédures claires et standardisées à cet effet.

Le degré de socialisation lorsque l’on assiste à un concert semble avoir été surévalué. Considérant qu’une salle de concert est nettoyée avant l’accueil du public, que les spectateurs portent le masque et qu’ils sont assis à deux mètres les uns des autres, et que, pendant tout le concert, ils restent face à la scène sans parler, quel est le degré de socialisation? D’autant plus que les espaces propices aux discussions, les bars et entractes sont inexistants. Il s’agit d’un rassemblement, soit, mais sans doute moins risqué que le partage d’une partie de badminton dans un gymnase avec 20 personnes.
Le gouvernement dit avoir voulu préserver l’économie dans la mise en place des mesures restrictives et souhaite que le plus grand nombre de travailleurs puissent poursuivre leurs activités professionnelles. Il n’a très certainement pas tenu compte de l’économie de la culture.

PCRÉ
La Prestation canadienne de relance économique (PCRÉ) pour les travailleurs annoncée cet été n’a toujours pas été adoptée par la Chambre des communes, alors que la mesure visant la Prestation canadienne d'urgence (PCU) est terminée. Toutefois, la nouvelle mesure devrait être adoptée avant la fin de la première période de déclaration visée par la PCRÉ, à la mi-octobre.

Tout comme l'assurance-emploi, le mécanisme mis en place prévoit que les demandes de PCRÉ seront effectuées rétroactivement, c'est-à-dire, une fois que la période non travaillée est terminée. Ce mécanisme permet aux travailleurs de déclarer tout revenu d'emploi reçu pendant deux semaines. Ainsi, même si la PCU est terminée, les travailleurs autonomes pourront faire leur demande à la PCRÉ sans être pénalisés.

Les détails de la PCRÉ seront rendus publics dès son adoption par la Chambre des communes.

 

______________________________________________________________________________________________

 

Suivi COVID-19
17 septembre 2020

Prêt d'urgence CUEC

Pour faire face aux défis causés par la COVID-19, le gouvernement fédéral a mis en place un Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC). Ce programme permet aux petites et moyennes entreprises (PME) ainsi qu'aux organismes à but non lucratif (OBNL) d'obtenir un prêt d'urgence de 40 000$, sans intérêt jusqu'au 31 décembre 2022. Si le prêt est remboursé avant le 31 décembre 2022, les entreprises et organismes bénéficieront d'une exemption de remboursement de 10 000$.
Ce prêt s'adresse aux PME qui ont versé de 0$ à moins de 1 500 000 $ en salaires en 2019.

Les demandes se font en ligne auprès de votre institution financière.

Vous avez maintenant jusqu'au 31 octobre 2020 pour soumettre une demande de prêt.
Les entreprises qui opèrent avec un compte particulier sont désormais admissibles.


Une mobilisation pancanadienne #LightUpLive #EclaironsLesScenes

La journée de visibilité de la communauté des événements vivants aura lieu le mardi 22 septembre, une heure après le coucher du soleil, d'un océan à l'autre. Suivez l'événement ici.

Live Event Community invite les lieux culturels, les sites et les édifices historiques de tout le pays à éclairer leurs bâtiments et leurs enseignes en rouge le mardi 22 septembre afin de sensibiliser la population au secteur des arts vivants qui reste dans l'ombre.

Les hashtags sélectionnés #LightUpLive ou #EclaironsLesScenes attirent l'attention sur les lieux qui ont été principalement fermés pendant plus de six mois en raison de restrictions liées à la distance sociale. Les participants à l'événement sont encouragés à utiliser les médias sociaux pour diffuser leurs installations rougies. Les lieux identifiés #eclaironsLesScenes pourront être suivis sur une carte interactive sur le site web de l'événement.

Live Event Community a été créé le 12 mars 2020 à la suite de l'annulation d'un grand nombre d'événements en Amérique du Nord en raison de la COVID-19. Les pigistes de Live Event s'inquiétaient de voir leur gagne-pain disparaître du jour au lendemain. Quatre professionnels du spectacle vivant à Toronto ont enregistré une URL, créé un numéro de téléphone et lancé une présence sur les médias sociaux (Twitter, Instagram, LinkedIn et Facebook) afin de fournir une source d'information vérifiée et accessible à tous.

L'organisation a énoncé des demandes au gouvernement fédéral comme plusieurs autres organisations de voyage, de tourisme et d'événements en direct :

1. Que le gouvernement reconnaisse que l'industrie du spectacle a été dévastée par les effets de COVID-19, et qu'aucune date de retour à la normale n'a été fixée.
2. Continuer à soutenir financièrement les travailleurs du spectacle vivant jusqu'à ce que l'industrie reprenne le travail.
3. Aider les entreprises de l'ensemble de la chaîne qui travaillent à la création, à la production et à la diffusion qui devront attendre que les grands rassemblements soient à nouveau sûrs.

Les travailleurs du spectacle vivant à la recherche de ressources peuvent visiter ce lien.


Situation de l'éducation musicale au Québec

Le regroupement d'associations et de fédérations musicales militant présentement auprès du Gouvernement du Québec pour le maintien et la reprise des activités musicales souhaite vous informer des derniers développements dans le dossier de l'éducation musicale au Québec.

La pétition Enseignement musical dans les établissements scolaires du Québec qui a circulé entre le 10 et le 24 août 2020 sera déposée cette semaine à l'Assemblée Nationale avec un total de 4035 signatures. Merci à tous pour votre appui envers l'enseignement et la pratique de la musique.

La reprise des activités parascolaires ce lundi 14 septembre constitue une excellente nouvelle. Toutefois, une certaine confusion persiste dans les consignes émises par les différentes instances gouvernementales et nous poursuivons notre travail de vigie et d'intervention pour nous assurer que la reprise des activités musicales se déroule le mieux possible dans le milieu scolaire.

Des liens avec les différentes instances gouvernementales et la santé publique sont maintenant bien établis, et nous continuons de porter auprès d'eux le message de l'importance de l'enseignement et de la pratique musicale.

Tout prochain développement ou nouvelle information sera diffusé par communiqué ou sur les réseaux sociaux des différentes associations.

La Fédération des Associations de musiciens éducateurs du Québec (FAMEQ)
, la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec (FHOSQ), l'Alliance chorale du Québec, la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), les Arts en mouvement Québec, Orchestra Canada, Jeunesses Musicales Canada, Le Centre des musiciens du monde et le CQM

 

 

______________________________________________________________________________________________


 

Suivi COVID-19 

11 septembre 2020

CNESST
La mise à jour du Guide de normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et les cinémas – COVID-19 est en ligne sur le site de la CNESST. 

Vous y trouverez, entre autres consignes, les ajouts et les modifications suivantes : 

Les artistes peuvent être à au moins un mètre des autres personnes, sans masque de procédure ni protection oculaire, s'ils travaillent sur un seul numéro ou spectacle et forment une équipe stable de moins de 10 personnes ;
Pour une période n'excédant pas 15 minutes par jour, de façon  cumulative, ces artistes peuvent être à moins d'un mètre, sans masque de procédure ni protection oculaire ;
Les personnes à risque de complications graves de même que les travailleurs d'équipes non stables ou œuvrant sur plus d'un numéro ou d'un spectacle doivent se tenir à au moins 2 mètres les uns des autres s'ils ne sont pas séparés par une barrière physique ou s'ils ne portent pas de masque de procédure ni de lunettes de protection ;
Pour les numéros et les spectacles dont les artistes seront à moins d'un mètre moins de 15 minutes sans protection, l'employeur doit tenir un registre contenant l'information suivante : dates et lieux des numéros ou des spectacles, nom des travailleurs concernés ; 
Chaque chanteur et chaque musicien d'un instrument à vent doit garder une distance minimale de 2 mètres des autres personnes ou être séparé par une barrière physique (cloison pleine). Les autres musiciens peuvent être assis à 1,5 mètre de distance entre eux tout en restant à 2 mètres du chef d'orchestre ;

Questions et réponses 
En collaboration avec le MCCQ, le Groupe de travail sur la fréquentation des arts de la scène, dont le CQM fait partie, travaille actuellement à la mise en ligne d'un espace « questions et réponses » au sujet des mesures sanitaires à respecter pour les arts de la scène tant pour les travailleurs que pour l'accueil du public. Nous vous invitons à nous faire part de vos questions qui n'auraient pas trouvé réponses à la lecture du Guide ou qui appellent à préciser davantage certaines directives. 


Bonification des subventions du CALQ
Le 18 août dernier, le CALQ a annoncé que 318 organismes de création, de production et de diffusion se partageraient une aide supplémentaire de 20 340 000$. Les organismes soutenus sur une base quadriennale ont donc reçu une bonification de leur subvention pour l'exercice 2020-2021 afin de favoriser la relance de leurs activités dans le contexte des mesures sanitaires en vigueur. 

À noter que cette enveloppe de plus de 20 M$ fait partie du plan de relance économique de la culture annoncé le 1er juin par la ministre Roy. Encore trop tôt pour connaître le bilan détaillé de l'attribution des sommes versées, tant pour les organismes que pour les artistes à travers le programme de bourses, le CQM demeure vigilant et poursuit son travail de représentation. 

Communiqué officiel
 

Nouvelles mesures fédérales
Le 20 août dernier, la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'oeuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough, accompagnée de la ministre des Finances, Chrystia Freeland, ont fait l'annonce des nouvelles mesures mises en place par le gouvernement canadien pour les particuliers pendant la reprise économique.

La mesure la plus attendue par les travailleurs autonomes du secteur culturel qui ne sont pas admissibles à l'assurance-emploi, et ne peuvent retourner au travail à cause de la COVID-19, est la Prestation canadienne de relance économique (PCRÉ) pour les travailleurs. La PCRÉ offre à ces travailleurs 400 $ par semaine pour un maximum de 26 semaines. Cette prestation remplacera la Prestation canadienne d'urgence (PCU).

L'assouplissement des règles de l'assurance-emploi, la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCRÉ de maladie) et la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants (PCRÉ proches aidants) font également partie des mesures annoncées. 

Ces nouvelles mesures devraient être adoptées lors de la reprise des travaux parlementaires le 23 septembre prochain. 
Il sera donc possible pour les travailleurs autonomes de faire une première demande à la PCRÉ en octobre. 

Tout comme l'assurance-emploi, le mécanisme mis en place prévoit que les demandes de PCRÉ doivent être effectuées rétroactivement, c'est-à-dire, une fois que la période non travaillée est terminée. Ce mécanisme permet aux travailleurs de déclarer tout revenu d'emploi reçu pendant une période déterminée et d'ajuster en conséquence les prestations à verser. 

Toutefois, contrairement à la PCU, la PCRÉ est conçue pour soutenir les plus démunis. Aussi, lors de la déclaration d'impôt 2020, les travailleurs qui déclareront un revenu supérieur à 38 000$ devront rembourser une partie des prestations reçues.

Après le 23 septembre, l'ARC fournira plus de détails sur les moyens que peuvent prendre les Canadiens pour se préparer à faire une demande à l'une ou l'autre des mesures au www.canada.ca/coronavirus.



Assemblée publique de Steven Guilbeault
Patrimoine canadien, en collaboration avec l'ADISQ, CIMA et Music Canada, a convié les joueurs de l'industrie canadienne de la musique à une assemblée publique virtuelle le 9 septembre dernier. Cet événement a permis de partager avec le ministre du Patrimoine canadien quelques idées visant à assurer la relance économique du secteur de la musique en réaction à la pandémie de COVID-19. 

En amont de cette Assemblée, les participants étaient invités à soumettre leurs idées phares et suggestions en ce qui concerne les mesures de relance qui devraient être prises par le gouvernement. Le CQM a déposé une mise à jour du mémoire déjà soumis au ministre du Patrimoine canadien en mai dernier. 

Quelques intervenants du l'industrie de la musique pancanadienne, dont Gourmet Délice (Bound Sound), Claude L'arrivée (La Tribu), Tim Botocic, Sheri Jones (Jones & co Managment) Joëlle Robillard (Musique Nomade) et Miro Oballa (Advance) ont, tour à tour, résumé la situation et proposé certaines idées.   

Exercice trop court pour avoir une véritable portée, cette assemblée publique se résume en un habile exercice de communication permettant à Monsieur Guilbeault de réitérer la volonté du gouvernement canadien de supporter les arts et la culture. On y a appris qu'un projet de loi visant à moderniser la loi sur les télécommunications et à taxer les géants du Web sera déposé à la Chambre des communes cet automne. C'est un bon début, mais, en ces temps difficiles, tout le monde est resté sur sa faim. 

Rappel des recommandations du CQM :
Prolonger la Subvention salariale canadienne d'urgence du Canada (SSUC) et la Prestation canadienne de relance économique (PCRE) tant et aussi longtemps que le milieu culturel ne retrouvera pas sa pleine capacité d'action, et si nécessaire, au-delà de la période de 6 mois actuellement prévue dans le cadre de la PCRE.
S'assurer que PCRE ne pénalise pas les travailleurs qui cumulent plusieurs emplois et qui maintiennent un lien d'emploi sans toutefois obtenir un revenu suffisant pour subsister.  
Solidifier et accroître le mandat du diffuseur public, Radio-Canada, en ce qui a trait à la production et la diffusion de contenus artistiques originaux sur les plateformes existantes (radios, télévisions, Web).
Solidifier le rôle du Conseil des arts du Canada et de Patrimoine canadien et par ce dernier, de Musicaction et de FACTOR, afin de soutenir les initiatives du milieu musical pendant la sortie de crise et la relance, tant pour assurer sa présence sur les plateformes numériques que pour se réapproprier graduellement les espaces physiques et renouer avec le public.
Légiférer sur le respect des droits liés aux contenus numériques et sur la redistribution équitable des revenus;  
Imposer les géants du Web et fournisseurs de service de télécommunication afin de créer un fonds qui vise à soutenir le milieu culturel et musical.

 

______________________________________________________________________________________________

 

Assemblée publique pour relancer l’industrie de la musique avec le ministre du Patrimoine canadien

2 septembre 2020


En collaboration avec l'ADISQ, CIMA, et Music Canada, le ministre du Patrimoine canadien, monsieur Steven Guilbeault tiendra une assemblée publique pour le secteur de la musique le 9 septembre prochain. Le CQM assistera à cette assemblée publique. Il a soumis ses recommandations que vous pouvez consulter ICI.

 

______________________________________________________________________________________________

 

Se mobiliser pour l'enseignement de la musique au secondaire

11 août 2020

Le CQM se joint à ses partenaires afin que l'enseignement de la musique soit maintenu dans les écoles secondaires malgré les impératifs qu'entraîne la COVID-19. La Fédération des Associations de musiciens éducateurs du Québec (FAMEQ), la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec (FHOSQ), l'Alliance chorale du Québec, la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ), les Arts en mouvement QuébecOrchestra Canada, Jeunesses Musicales Canada, et Le Centre des musiciens du monde et le CQM s'unissent afin de mobiliser la population et sensibiliser les élites politiques ainsi que les directeurs et directrices d'école à l'importance de l'enseignement de la musique.

Bien que le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, ait affirmé que la rentrée scolaire serait planifiée de manière à préserver de l'espace pour toutes les matières, les arts et l'éducation physique inclusivement, c'est aux directeurs et directrices d'école que revient la tâche de déterminer quelles seront les matières complémentaires et optionnelles qui seront offertes aux élèves. Pour des raisons de logistiques afin d'appliquer les mesures sanitaires, plusieurs directions envisagent de laisser tomber l'enseignement de la musique au secondaire. La FAMEQ a identifié des solutions pour garantir la sécurité des élèves pendant leurs cours de musique. La Santé publique en a été avisée. Toutefois, les échos venant des titulaires de cours de musiques sont alarmants. Plusieurs écoles secondaires s'apprêtent à laisser tomber la musique.

Une pétition en faveur de l'enseignement de la musique au secondaire

À la suite de l'écoute de la conférence de presse du ministre Jean-François Roberge du lundi 10 août, nous demeurons inquiets du traitement réservé à l'éducation musicale au secondaire. Convaincus de la part importante de l'apprentissage de la musique dans la vie des jeunes, et qu'un leadership politique a besoin d'un signal clair de la population, nous vous invitons à remplir cette pétition et à la partager largement dans vos réseaux.

Signez la pétition

#impactmusique

Les partenaires de cette mobilisation invitent leurs membres et leurs amis, qu'ils soient musiciens professionnels ou non, à capter une courte capsule vidéo qui témoigne de l'impact qu'a eu l'apprentissage de la musique dans leur vie, et de la diffuser sur les réseaux sociaux. Aidez-nous à rétablir l'enseignement de la musique à la rentrée, partout au Québec !

Dites-nous en vidéo ce que l'apprentissage de la musique vous a apporté ou a apporté à vos enfants, et pourquoi il est important qu'il continue !

Publiez la vidéo sur votre compte Facebook avec le mot-clé #impactmusique

« Tagguez » le CQM, le ministre de l'Éducation et votre député, afin qu'ils voient le message.
Parlez de cette campagne à un maximum de contacts afin de propager le message

 

______________________________________________________________________________________________

 

Suivi COVID-19, 16 juin 2020

 

Réouverture des salles de spectacle, des théâtres et des cinémas : 22 juin

La Santé publique a donné le feu vert aux rassemblements intérieurs et extérieurs de 50 personnes et plus à compter du 22 juin. Toutefois, il faut s'assurer de respecter la distanciation physique de 2 mètres entre les bulles créées par une personne seule, un couple ou une cellule familiale. 

 

Pour les salles de spectacles, de théâtres et de cinémas qui présentent une configuration de scène à l'italienne, c'est-à-dire où le public est assis en rangée devant la scène, ne parle pas et dont les déplacements sont limités, une distanciation physique de 1,5 mètre entre les bulles est permise.

 

Les bars-spectacles et autres configurations de salles de type cabaret ne sont pas permises pour le moment. Des directives suivront prochainement pour les bars et autres établissements où les gens peuvent rester debout, ont la possibilité de se parler entre eux et circulent librement. 

 

Les recommandations suivent l'évolution de la situation et il est possible que dès la mi-juillet, les rassemblements comptant jusqu'à 250 personnes soient permis. 

 

Lire le communiqué du MCCQ. 

Prolongation de la PCU
Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé une prolongation de 8 semaines de la PCU pour les travailleurs dans le besoin. Depuis quelques semaines, plusieurs voix s'étaient élevées, autant dans le milieu culturel que sur la scène politique, pour que le programme soit prolongé. C'est donc avec soulagement que le milieu accueille cette bonne nouvelle.

CNESST : Trousse d'outils pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et de cinéma

Le guide des normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène, les salles de spectacle et de cinéma - COVID-19 est maintenant en ligne. Le guide permet aux employeurs et aux gestionnaires d'assurer un milieu de travail sécuritaire à tous, tant pendant les répétitions que pendant les concerts. 

 

Parmi l'ensemble des mesures proposées, rappelons que :

• Le nombre de personnes en studio de pratique, en salle de répétition, sur scène et dans les loges doit être réduit pour respecter la distance minimale de 2 mètres entre les personnes, à moins que chacune des personnes soit séparée des autres par des barrières physiques (cloisons pleines);

• Les micros, les oreillettes, l'équipement technique ou les instruments de musique partagés sont désinfectés après chaque utilisation;

• Chaque chanteur et chaque musicien d'un instrument à vent doit garder une distance minimale de 2 mètres des autres personnes ou être séparé par une barrière physique (cloison pleine); 

• Après chaque prestation, le sol de la zone de travail d'un chanteur et d'un musicien d'instrument à vent est nettoyé.

 

Merci à tous de prendre connaissance du guide avant de vous présenter au travail. La mise en place et le respect des normes sanitaires seront facilités si tout le monde s'informe et collabore. Aussi, une liste de vérification quotidienne est disponible afin de faciliter la mise en place et le respect des mesures sanitaires. Une affiche est également disponible afin de rappeler les principales mesures devant être observées sur les lieux de travail. 

 

Sondages auprès des publics

Le CQM partage les sondages sur la fréquentation des arts en temps de pandémie afin de stimuler votre réflexion et d'orienter vos plans de relances. Les membres du CQM qui ont procédé à de tels sondages sont invités à nous faire parvenir les résultats que nous ajouterons aux autres documents de notre boîte à outils COVID-19. 

 

Vous y trouverez, entre-autres, le sondage réalisé par la salle Bourgie qui collige les réponses de 2 382 répondants. On y apprend leur intention de revenir écouter des concerts en salle, leur impression des mesures sanitaires mises en place à travers le monde, l'attrait pour le nouveau format de concert, ainsi que leur intention d'écouter des concerts diffusés en ligne. Des résultats encourageants! 

 

Sondage léger // Nouvelle  - 10 juin 2020
Sondage de la salle Bourgie - 3 juin 2020
Sondage Habo - 2 juin 2020

 

______________________________________________________________________________________________


 

Suivi COVID-19, 9 juin 2020

PCU v/s aide adaptée au milieu culturel

Ce matin, 9 juin, Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien, accompagné de Jean-Yves Duclos, président du Conseil du trésor et député de Québec, a participé à une visioconférence organisée par le Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches.

Peu de nouvelles informations ont été dévoilées. Toutefois, l'impact sur le milieu culturel de la fin annoncée de la Prestation canadienne d'urgence (PCU) est bien pris en compte par le ministre du Patrimoine canadien. Monsieur Guibeault nous assure que le gouvernement canadien ne nous laissera pas tomber. On mentionne que les mesures d'urgence mises en place, dont la PCU et la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC), ont été conçues afin de répondre rapidement à un large pan de la population, et qu'avec l'évolution de la situation, les mesures sont appelées à se raffiner. On laisse entendre, sans toutefois le confirmer, qu'une aide adaptée au milieu culturel permettrait aux artistes de passer au travers de la lente reprise des activités. Des annonces sont attendues très prochainement.

CALQ - Nouveaux programmes et bonification des programmes existants
La semaine dernière, près de 46 M$ ont été alloués au CALQ pour soutenir le milieu artistique dans la reprise de ses activités. Cette enveloppe se répartit entre un nouveau programme temporaire et la bonification de programmes déjà existants, dont certains critères ont été adaptés pour répondre à l'urgence de la situation.

Notons quelques changements apportés :

. L'évaluation des demandes, à l'exception des demandes de bourses aux artistes évaluées par des jurys de pairs, se fera temporairement par des comités internes afin d'accélérer le processus d'évaluation et l'acceptation des projets.

. La règle voulant que les projets de création soient conditionnels à la diffusion confirmée des oeuvres est levée.

. Dans le cadre du nouveau programme visant à soutenir la diffusion des arts vivants, le plafond de l'aide accordée par le CALQ fixé à 75% des dépenses admissibles est levé afin de palier à une baisse importante des revenus autonomes.

. Les finissants d'écoles supérieures en arts qui ne comptent pas d'expérience de travail en milieu professionnel sont admissibles au programme de bourses, y compris les finissants du secteur de l'humour.


Soutien aux organismes pour la diffusion des arts vivants (5 M$)


Afin de permettre aux organismes d'explorer des modes de diffusion d'oeuvres devant public dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, le Conseil offre un soutien financier temporaire pour des initiatives ponctuelles de présentation de spectacles vivants respectant les consignes de distanciation. Les projets soumis doivent tenir compte du nombre de personnes autorisées par la Direction générale de la santé publique pour un rassemblement, à l'intérieur ou à l'extérieur.


Dans le contexte de la pandémie, particulièrement difficile pour les arts vivants, cette mesure entend offrir un soutien flexible et adapté à la réalité actuelle des organismes. Que ce soit pour la création d'un parcours déambulatoire, la diffusion d'un spectacle extérieur ou la présentation d'une lecture publique, des paramètres non traditionnels de diffusion de l'art vivant sont à explorer et le Conseil souhaite que les organismes reçoivent un soutien financier adéquat en contrepartie.

Bonification et ouverture temporaire des conditions d'admissibilité du programme de bourses (4 M$)
Le Conseil augmente également l'enveloppe destinée aux artistes, aux écrivain(e)s et aux commissaires indépendant(e)s. Ces sommes additionnelles permettront d'accorder un plus grand nombre de bourses. Rappelons qu'en février dernier, le Conseil annonçait la refonte de son programme de bourses aux artistes afin de mieux contribuer au développement des carrières artistiques, notamment à celle de l'artiste-entrepreneur(e). Conditions d'admissibilité assouplies, élargissement des types d'activités soutenues et ajustement des montants maximaux figuraient parmi les changements apportés. Les bourses du Conseil, séparées en 9 volets, peuvent ainsi financer des activités de perfectionnement, de postproduction, de composition ou d'écriture.

Exploration et déploiement numérique (3,5 M$)

Le Conseil souhaite contribuer à un meilleur soutien des initiatives numériques en rendant accessible en tout temps son programme Exploration et déploiement numérique. Les projets retenus pourront recevoir un financement allant jusqu'à 100 000 $.

Les projets soumis peuvent permettre, entre autres, d'augmenter la quantité de contenus québécois en ligne et leur diffusion, d'optimiser la découvrabilité de ces contenus, ou encore d'accélérer l'appropriation de l'univers numérique par les organismes artistiques et les artistes.
Cette modification au programme a pour but d'encourager les artistes, les écrivain(e)s, ainsi que les organismes artistiques et littéraires à utiliser les technologies numériques à leur plein potentiel, et de faire en sorte qu'ils accèdent à une juste rémunération de leurs prestations artistiques.

Bonification du soutien accordé aux organismes de création, de production et de diffusion (22 M$)


Soutien à la mission
Les organismes de création, de production et de diffusion déjà soutenus à la mission pourront recevoir un soutien accru s'ils peuvent démontrer une perte significative de leurs revenus.

Soutien à la programmation spécifique

La suspension temporaire du programme de soutien à la programmation spécifique est maintenue pour le moment. Lorsqu'il sera remis en marche, le délai de 3 mois avant le début du projet habituellement demandé sera levé afin de permettre aux organismes de reprendre rapidement leurs activités.

Les projets déjà acceptés se poursuivent jusqu'à la fin.

Dans l'attente de la reprise du programme, une aide d'urgence pourrait être disponible pour certains organismes. Les organismes sont invités à contacter le chargé de programme.

D'autres annonces à venir
Le CALQ souhaite accompagner le milieu dans la relance des activités artistiques au fur et à mesure que la Santé publique précisera les étapes de déconfinement et les mesures sanitaires qui devront être respectées lors de la réouverture des lieux.

Soutien d'urgence pour le secteur du Cirque (10 M$)
Le secteur du Cirque, particulièrement touché par la fermeture des frontières, bénéficie d'une aide ponctuelle afin de permettre aux artistes de poursuivre leur entraînement, et aux organismes, d'adapter leur plan d'affaires.

Sessions d'information virtuelles
Des sessions d'information virtuelles seront offertes dans les prochains jours afin de permettre aux diverses clientèles du CALQ d'approfondir leur connaissance des programmes.

Les programmes du CALQ sont accessibles en ligne


______________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19 – 4 juin 2020

Le Plan de relance économique du milieu culturel

Le 1er juin dernier, le gouvernement du Québec a dévoilé son Plan de relance économique du milieu culturel totalisant un soutien de 400 M$.

Selon l'analyse du CQM, ce soutien de 400 M$ inclut :

Les mesures d'aide d'urgence apportée à la fin du mois de mars qui consistait principalement à une avance des sommes déjà prévues et confirmées pour l'année en cours pour les organismes soutenus par le CALQ et le MCCQ pour un total de 58 M$, auquel on ajoute 52 M$ disponibles en prêts pour la clientèle de la SODEC. Cette aide, salutaire pour plusieurs, a permis aux organismes de rencontrer leurs obligations financières à court terme. Toutefois, il ne s'agit pas d'investissements qui s'ajoutent au budget de la culture. (27,5% de 400 M$)

Le budget du Québec pour la culture en 2020-2021. Qualifié d'historique, le budget annoncé le 10 mars dernier est maintenu entièrement. Le soutien déjà alloué en temps normal est donc maintenu. Le remaniement de certaines sommes, non utilisées dans certains programmes qui ne peuvent pas avoir cours en raison de la pandémie, permet de bonifier certains programmes déjà existants ou de créer de nouveaux programmes ponctuels pour aider le milieu culturel à entreprendre la reprise de ses activités. (45% de 400 M$)

De nouveaux investissements de 110 M$ qui viennent bonifier le budget 20-21 pour stimuler la création et la reprise des activités. (27,5% de 400 M$)

 Mesures concrètes:

Le CALQ a annoncé qu'il disposait de 46 M$ supplémentaires qui serviront à financer de nouvelles mesures qui permettront la relance dans les différents secteurs artistiques, entre autres, pour soutenir la diffusion de spectacles vivants, bonifier le programme de bourses aux artistes ainsi que le programme Exploration et déploiement numérique. Les nouvelles mesures seront accessibles en ligne le 8 juin.

La SODEC dispose de 53,2 M$ pour bonifier ses interventions qui se déploieront en deux axes : le maintien des capacités de production des entreprises culturelles dans le contexte actuel et le soutien à l'innovation. La banque d'affaires de la SODEC voit son programme de prêts aux entreprises, Soutien temporaire aux fonds de roulement – COVID-19, bonifié de 50 M$.

 MCCQ

Le ministère de la Culture et des Communications a lancé deux nouveaux appels de projets :

Ambition numérique vise la réalisation d'initiatives structurantes, collaboratives et pérennes, favorisant notamment une transformation profonde et durable des modèles d'affaires et économiques, ainsi que le rayonnement de la culture québécoise en ligne, ici et à l'étranger. Consulter l'appel de projet Ambition numérique ICI.

Rayonnement numérique vise à appuyer ceux qui souhaitent diffuser leurs manifestations et contenus culturels en ligne et à permettre au milieu d'expérimenter de nouvelles approches et des formats différents. Consulter l'appel de projet Rayonnement numérique ICI.

La date de tombée pour les deux appels de projets est le 31 juillet.

UDA et GMMQ

Par ailleurs, en conférence de presse, la ministre a annoncé, d'un même souffle, 6,5 M$ dédiés au soutien des artistes et des écrivains ainsi qu'à la création d'un fonds d'urgence qui serait administré par l'Union des artistes (UDA) et la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ). Ces 6,5 M$ sont partagés entre l'UDA et la GMMQ, pour la création du fonds d'urgence, et le CALQ, pour bonifier le programme de bourses aux artistes et aux écrivains. La répartition des sommes reste à confirmer.

Normes sanitaires pour les travailleurs des arts de la scène

Le jeudi 4 juin, le CQM a participé à une rencontre initiée par la CNESST qui réunissait 23 intervenants des arts de la scène, la Santé publique, le MCCQ, le CALQ et la SODEC. Cette rencontre a permis au milieu des arts de la scène de faire part de ses commentaires et de ses recommandations à la suite de la lecture d'une première mouture du Guide des normes sanitaires pour le secteur des arts de la scène, de la diffusion et des cinémas – COVID 19. On nous assure que la version finale du guide sera disponible au moins une semaine avant que l'on annonce officiellement la réouverture des salles de spectacles. 

Entre temps, les normes sanitaires émises pour l'ensemble des milieux de travail doivent être respectées par les musiciens qui reprennent les répétions. Consulter le site Web de la CNESST ICI.

Un merci particulier à Stéphanie Pothier et Marie Magestry qui ont rédigé un rapport décrivant l'environnement de travail des chanteurs lyriques et les normes sanitaires pouvant y être observées afin de compléter le travail imposant de l'UDA pour produire un rapport sur les arts de la scène et l'audiovisuel. Le rapport complet a été acheminé à la CNESST ainsi qu'à la Santé publique en prévision de la rédaction du Guide.

Des directives seront également émises par la Santé publique pour l'accueil des publics en salle.  Rappelons que la ministre Roy a annoncé en conférence de presse, le 1er juin, la possible réouverture des salles avant le 24 juin.


Aide psychologique

La vulnérabilité des artistes augmente au fur et à mesure que la pandémie se prolonge. Les inquiétudes sont nombreuses : la perte de revenus et l'insécurité face aux mesures d'urgence; le deuil de projets interrompus abruptement; la peur de perdre des années de travail vouées à la gestion de carrière, tant au Québec qu'à l'international; la grande insécurité face à la reprise des concerts que l'on annonce lente et longue;  la possibilité de trouver du travail; l'absence de contacts avec les collègues. Plus que jamais, il est important de prendre soin de vous et de votre santé. Le CQM a colligé diverses ressources qui pourraient contribuer au maintien d'un sain équilibre psychologique en ces temps difficiles. Nous vous invitons à en prendre connaissance et surtout, ne pas hésiter à utiliser les services offerts.


Stress, anxiété, déprime

·       Des conseils pour permettre d'affronter sainement les événements, MSSS

·       Boîte à outils de la gestion du stress et de la détresse en période de pandémie, Psycho Pap

Parler à quelqu'un

·       Tel-Aide: Centre d'écoute offrant des services 24/7 aux gens qui souffrent de solitude, de stress, de détresse ou qui ont besoin de se confier: 514 935-1101

·       Écoute Entraide: Organisme communautaire qui soutient les personnes aux prises avec de la souffrance émotionnelle : 514 278-2130

Suivi d'aide individuelle (à faibles coûts)

·       Service de thérapie en relation d'aide qui offre gratuitement dix (10) séances hebdomadaires consécutives moyennant des frais d'inscription non remboursable de 50$, Service ANDC-AIDE

·       Soutien psychologique à contribution volontaire pendant la crise de la COVID-19, Réseau Psy

Découvrirez toutes les ressources sur la page Des trucs et ressources qui font du bien en temps de pandémie! de la Clinique communautaire de Pointe-St-Charles.

______________________________________________________________________________________________
 
Suivi COVID-19 - 1er juin 2020

Le gouvernement dévoile son plan de reprise des activités culturelles

Aujourd'hui, 1er juin, la ministre de la Culture et des Communications, Madame Nathalie Roy, a dévoilé le plan du gouvernement pour soutenir la reprise des activités artistiques, dont celles plus spécifiques aux arts de la scène. Après le point de presse de Madame Roy du 22 mai, le milieu des arts vivants s'était fait entendre et avait pressé la ministre d'agir. La vulnérabilité du milieu augmente au fur et à mesure que la situation de confinement se prolonge. Sans dissiper toutes les inquiétudes face à la reprise des activités musicales, les mesures annoncées aujourd'hui apportent toutefois une bonne part d'espoir.

Un total de 110 M$ est ajouté au budget de la culture, le portant à 290 M$ pour l'année 20-21. Le remaniement de certaines sommes habituellement dédiées à des programmes qui, dans le contexte actuel, ne peuvent se déployer, et assorties d'argent neuf, permet de soutenir le plan de relance suivant :

  • Soutenir la production cinématographique et télévisuelle (91,5 M$);
  • Soutenir les entreprises et les organismes culturels dans la reprise de leurs activités (71,9 M$);
  • Soutenir l'innovation et la création dans le domaine des arts de la scène (théâtre, danse, cirque, musique, etc.) (50,9 M$);
  • Bonifier les enveloppes du secteur de la musique pour la réalisation de projets innovants (33,5 M$);
  • Donner les moyens au milieu culturel de réaliser ses ambitions numériques (14 M$);
  • Promouvoir la culture québécoise et des projets de grande envergure (13 M$);
  • Soutenir les artistes et les écrivains dans leur création (6,5 M$);
  • Bonifier les aides financières existantes pour relancer les festivals et événements artistiques et culturels (5,9 M$);
  • Documenter les effets de la pandémie sur le milieu culturel et soutenir les projets immobiliers et d'acquisitions de matériel de moindre envergure (2,2 M$).
Lors de la conférence de presse, la ministre a annoncé que les programmes permettant aux artistes et aux organismes de bénéficier de ces sommes sont fins prêts tant au MCCQ qu'au CALQ et à la SODEC. L'information spécifique à la bonification des programmes existants ou aux nouveaux programmes n'est pas encore disponible. Nous vous en informerons le plus rapidement possible.

Nous restons également à l'affût des modalités du fonds d'urgence annoncé par la ministre qui sera administré par l'Union des artistes et la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (6,5 M$).

De plus, la Santé publique étudie en ce moment la possibilité de permettre l'ouverture des salles de spectacles avant le 24 juin. Il faut toutefois préciser que l'ouverture des salles n'est pas obligatoire et que des mesures sanitaires strictes devront être observées. Il sera de la responsabilité des diffuseurs de se doter d'un plan sanitaire et de planifier l'ouverture de leurs lieux de diffusion en fonction de leur capacité. La Santé publique et la CNESST travaillent actuellement à l'élaboration de guides qui assureront les conditions sécuritaires pour la reprise des activités, allant des répétitions pour les musiciens jusqu'à l'accueil du public en salle. Ces guides seront disponibles au moins une semaine avant la date officielle de déconfinement des lieux de diffusion.


Lire le communiqué officiel

_____________________________________________________________________________________________________________

COVID-19 Recommandations visant la reprise de l'activité professionnelle musicale dans un contexte de pandémie
26 mai 2020

À l'intention de :
Monsieur Steven Guilbeault
Ministère du Patrimoine Canadien

Le Conseil québécois de la musique (CQM) regroupe les organismes et les individus professionnels œuvrant dans le domaine de la musique de concert. Par ses activités, il travaille à la cohésion, à la reconnaissance, au développement et à la défense des intérêts du milieu musical québécois. Les présentes recommandations sont le résultat de consultations tenues auprès des membres du CQM les 5, 6 et 7 mai 2020.

Le CQM est conscient du travail colossal qui est actuellement réalisé par toutes les instances publiques afin de répondre aux impératifs que commande une crise telle que celle qui nous assaille en ce moment. La santé et la sécurité de tous sont les premiers critères qui doivent guider nos actions pour la reprise des activités professionnelles du milieu des musiques de concert et, lorsque ce sera possible, pour l'accueil du public en salle. Le milieu musical est prêt et souhaite signifier aux instances gouvernementales sa volonté à collaborer à une reprise rapide et sécuritaire de ses activités.

Document complet

_________________________________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19 - Première étape de déconfinement pour la culture
22 mai 2020

De bonnes nouvelles pour le milieu musical ont été annoncées ce midi par Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, lors du point de presse de la vice-première ministre du Québec. La Direction générale de la santé publique a émis des avis favorables en ce qui concerne la reprise des activités des studios d'enregistrements musicaux et sonores et les captations de spectacles sans public à compter du 1er juin prochain. Cette reprise est permise à condition de suivre les mesures générales en milieu de travail recommandées par les autorités de santé publique, de respecter une distance de deux mètres entre les personnes sur scène ou en studio et de limiter l'équipe technique à moins de cinq personnes. Lire le communiqué officiel ICI

Nous sommes toujours en attente de nouvelles concernant la reprise des concerts en salle avec public, ainsi que des mesures financières visant à soutenir le milieu dans ses efforts de relance.

Nous vous invitons à consulter le Guide de normes sanitaires en milieu de travail - Covid-19 de la CNESST afin de pouvoir retourner au travail en respectant les consignes sanitaires appropriées.

Liens pertinents :
Site de la CNESST
Guide de normes sanitaires en milieu de travail - Covid-19

Aide-mémoire sur le site de la CNESST :
Réouverture du milieu de travail
Exclusion des lieux de travail (isolement des travailleurs)
Distanciation physique en milieu de travail
Risques psychosociaux liés au travail
Hygiène et étiquette respiratoire
Liste de vérifications quotidiennes
Salubrité de l'environnement
Mesures mises en place par l'employeur dans le contexte de la COVID-19
_________________________________________________________________________________________________________________


COVID-19 Recommandations et pistes d’actions CQM visant la reprise de l’activité professionnelle musicale dans un contexte de pandémie
15 mai 2020

À l’intention :
Du ministère de la Culture et des Communications du Québec
Du ministère de la Santé et des services sociaux du Québec
Du ministère des Finances du Québec

Le Conseil québécois de la musique (CQM) regroupe les organismes et les individus professionnels œuvrant dans le domaine de la musique de concert. Par ses activités, il travaille à la cohésion, à la reconnaissance, au développement et à la défense des intérêts du milieu musical québécois.

Les présentes recommandations sont le résultat de consultations tenues auprès des membres du CQM les 5, 6 et 7 mai 2020.

Ce document est divisé en deux parties. La première présente les recommandations faites au gouvernement afin d’aider rapidement et adéquatement le milieu des musiques de concert à reprendre ses activités. La deuxième, quant à elle, présente des pistes d’actions à explorer et pour lesquelles le gouvernement pourrait être appelé à contribuer éventuellement. Le CQM entend poursuivre la concertation avec ses membres et ses partenaires afin de les aider à cheminer vers des solutions qui seront adaptées à la situation et idéalement pérennes.

Le CQM est conscient du travail colossal qui est actuellement réalisé par toutes les instances publiques afin de répondre aux impératifs que commande une crise telle que celle qui nous assaille en ce moment. La santé et la sécurité de tous sont les premiers critères qui doivent guider nos actions pour la reprise des activités professionnelles du milieu des musiques de concert et, lorsque ce sera possible, pour l’accueil du public en salle. Le milieu musical est prêt et souhaite signifier aux instances gouvernementales sa volonté à collaborer à une reprise rapide et sécuritaire de ses activités.

Document complet 

_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 - 13 mai 2020

Un guide en vue de la réouverture des salles en préparation

Hier, mardi le 12 mai, le CQM a participé à une rencontre téléphonique réunissant le MCCQ, la CNESST, la Santé publique et plusieurs représentants des associations disciplinaires et de diffuseurs. On y a appris, entre autres, que La Place des arts exécute actuellement des travaux confiés à SNC Lavalin visant à identifier les mesures à mettre en place pour assurer la sécurité des employés, des artistes et du public dans un contexte de reprise des activités artistiques. La Place des arts travaille en étroite collaboration avec la CNESST et la Santé publique afin d'établir les mesures sanitaires qui devront être observées par l'ensemble des lieux de diffusions. Ce comité est alimenté par les travaux menés au Québec ainsi que par plusieurs études et plans de reprise publiés dans d'autres pays. La CNESST, comme pour les autres secteurs économiques, est chargée d'élaborer un guide à l'intention des arts de la scène. Il est difficile pour le moment de prévoir une date de publication de ce guide tant attendu. Une fois l'autorisation donnée par la Santé publique, chaque diffuseur aura la responsabilité d'évaluer sa capacité à répondre aux impératifs dictés par le guide et à rédiger un protocole adapté à sa situation qui sera conforme aux lignes directrices.

Fonds d'urgence relatif à la COVID-19 pour soutenir les organismes chargés de la culture, du patrimoine et du sport

Le vendredi 8 mai dernier, le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, a donné plus de détails à propos du Fonds d'urgence de 500 millions de dollars pour soutenir les organismes chargés de la culture, du patrimoine et du sport. Au total, 425 millions sont prévus pour soutenir le secteur culturel.

Jusqu'à 326,8 millions de dollars seront administrés par Patrimoine canadien et répartis entre certains programmes du ministère et organismes du portefeuille, ainsi que les principaux organismes de prestation, plus précisément :
. 198,3 millions aux bénéficiaires du secteur des arts et de la culture par l'entremise des programmes existants ainsi qu'à d'autres organismes ayant démontré des besoins;
. 53 millions au secteur du patrimoine par l'entremise du volet d'urgence du Programme d'aide aux musées;
. 3,5 millions à des projets liés à la COVID-19 dans le cadre de l'Initiative de citoyenneté numérique.
. 55 millions de dollars seront distribués par le Conseil des arts du Canada.
. 115,8 millions, pour appuyer le secteur audiovisuel canadien, seront distribués par le Fonds des médias du Canada (88,8 millions) et Téléfilm Canada (27 millions).
L'utilisation des fonds restants sera évaluée en fonction des besoins.
Des informations complémentaires seront communiquées prochainement par Factor et Musicaction. D'autres annonces sont aussi attendues de la part du gouvernement fédéral. Vous pouvez également consulter l'annonce du 8 mai.
_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 – 29 avril 2020

Voilà maintenant un mois et demi que le milieu musical est en arrêt, observant les mesures sanitaires décrétées par le gouvernement pour faire face à la pandémie mondiale du COVID-19. Les mesures d'urgence rapidement mises en place par le gouvernement canadien, tant pour les entreprises que pour les particuliers, ont été adaptées, assouplies et ont pu répondre aux besoins de notre milieu atypique. Le délai de ces ajustements nous a semblé interminable tant les besoins de notre milieu étaient grands et urgents. La survie de la majorité de nos membres à court terme semble maintenant assurée. Toutefois, l'incertitude persiste quant à la durée de cette pause forcée pour le milieu musical ainsi qu'à la vitesse à laquelle la reprise des activités pourra se faire. Il faut maintenant se tourner vers la survie à moyen et long terme.

Nos musiciens, ensembles musicaux, diffuseurs, et tous ceux qui font partie de notre écologie fragile, doivent composer avec des informations partielles, parfois contradictoires, qui n'aident en rien la prise de décisions quant à l'annulation ou aux reports de concerts et de saisons entières.

Lundi dernier, à l'invitation de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, le CQM et plusieurs représentants du milieu artistique ont participé à une rencontre téléphonique réunissant, les dirigeantes du CALQ et de la SODEC, ainsi que plusieurs fonctionnaires du ministère de la Culture et des Communications. Madame Marie-France Raynault de la Santé publique participait également à l'appel, car faut-il le rappeler, le feu vert de la reprise en culture sera donné par la Santé publique.

Le CQM collabore avec les gouvernements québécois et canadien ainsi qu'avec les conseils des arts. Des consultations s'organisent pour préparer la reprise graduelle des activités culturelles. Le gouvernement est en ce moment en mode écoute, y compris la Santé publique. Tout nous laisse croire que le mois de mai sera consacré à l'élaboration d'un plan de reprise et que la mise à jour économique de juin nous dévoilera les sommes qui seront disponibles pour les mesures de relance en culture.

Le retour à la normale pour la tenue des activités musicales sera lent et long. Il faudra s'armer de patience. Nos dirigeants politiques affirment que le respect des règles de distanciation sociale durera plusieurs mois, et ce, jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible. Des mesures sanitaires strictes devront être appliquées dans tous les espaces publics. Ces consignes laissent présager une réouverture complexe des salles de concert. D'ici là, nous avons beaucoup de travail à faire.

C'est pourquoi le CQM met en place divers comités de travail qui s'activeront au cours des prochaines semaines, afin d'évaluer la situation, proposer des actions réalistes et concrètes pour la reprise et faire les représentations qui s'imposeront, tant auprès du ministère de la Culture et des Communications, qu'auprès du ministère des Finances et de la Santé publique. Le coup d'envoi des travaux se fera ce jeudi, 14h30, à notre rendez-vous virtuel « Un café avec le CQM », qui sera l'occasion de faire le point sur l'approche que nous devons adopter pour favoriser la reprise.

_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 -21 avril 2020

Hier, 20 avril, le ministre des Finances, monsieur Éric Girard, a convoqué les associations et regroupements disciplinaires, dont le CQM, à une téléconférence afin d’échanger sur l’après COVID-19 et la relance du secteur culturel. Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications, Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation, Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la région de Montréal et de la Métropole, Jacques Hudon en remplacement de Marie-Ève Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional, étaient tous également au bout du fil pour entendre les constats et les préoccupations du milieu culturel. Une reconnaissance de l’importance des arts dans l’économie du Québec rarement vue.

La culture est l’un des sept secteurs qui font actuellement l’objet de consultations de la part de la CAQ. Le ministère de la Culture et de Communications assurera le suivi de cette consultation auprès du milieu. La rencontre aura permis de dresser un portrait sommaire de la situation et présenter brièvement des pistes de solutions à explorer. Aucune action concrète n’est annoncée pour le moment, et il faudra pousser la réflexion bien plus à fond afin de tenir le fort pendant la crise, coordonner la reprise des activités culturelles et finalement, assurer une relance afin que les arts vivants reprennent pleinement leur place auprès du public.

Parmi les demandes exprimées par le milieu auprès des ministres réunis, notons cinq d’entre elles qui trouvent écho chez tous les organismes réunis lors de cette téléconférence :





• Émettre des directives sanitaires claires adaptées aux diverses réalités du milieu culturel afin d’assurer une reprise graduelle et sécuritaire des activités culturelles;

• Mener des représentations auprès du gouvernement fédéral afin que les mesures d’aide d’urgence mises en place soient prolongées tant et aussi longtemps que le milieu culturel ne retrouvera pas sa pleine capacité d’action. Advenant un retrait trop hâtif du fédéral, prévoir une compensation provinciale;

• Solidifier le rôle du CALQ et de la SODEC dans leur capacité à soutenir les initiatives du milieu pendant la sortie de crise et la relance;

• Créer un fonds de stabilisation des organismes culturels;

• Mener une campagne nationale de promotion de la culture afin de relancer la fréquentation des arts vivants.


Comme nous le savons tous, la pause des activités culturelles se prolongera vraisemblablement pendant encore plusieurs mois et la reprise des activités se fera de façon variable, dépendamment de la réalité des divers secteurs. Des solutions souples sont souhaitables. Le travail de consultation ne fait que débuter. Un commencement de bon augure avec la pleine attention que mérite la culture au sein de l’économie. Souhaitons-nous la poursuite de ce dialogue et que débute le véritable chantier de relance.

_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi - COVID-19, 16 avril 2020 

Prestation canadienne d'urgence (PCU), mercredi le 15 avril, le gouvernement fédéral a élargi la Prestation canadienne d'urgence (PCU) afin de venir en aide aux travailleurs qui n'étaient pas admissibles jusqu'à maintenant.

Voici les changements aux critères d'admissibilité : 
• Permettre aux personnes de gagner jusqu'à 1 000 $ par mois pendant qu'ils reçoivent la PCU;
• Étendre la portée de la PCU aux travailleurs saisonniers qui ont épuisé leur droit aux prestations régulières de l'assurance-emploi et qui ne sont pas en mesure d'entreprendre leur travail saisonnier régulier en raison de l'éclosion de la COVID 19;
• Étendre la portée de la PCU aux travailleurs qui ont récemment épuisé leur droit aux prestations régulières de l'assurance-emploi et qui ne sont pas en mesure de trouver un emploi ou de retourner au travail en raison de la COVID-19.

Un portail avec des questions simples a été mis en place afin de vous guider vers l'option de service qui correspond le mieux à votre situation (que vous soyez admissible ou non à des prestations d'assurance-emploi).

Notez que vous ne pouvez pas faire une demande de PCU si vous avez déjà demandé l'assurance-emploi.

Prêt garanti élargi

Aujourd'hui, lors de son point de presse quotidien, le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé un élargissement des critères d'admissibilité au nouveau Compte d'urgence afin de permettre aux PME et d'OBNL ayant des masses salariales allant de 20 000 $ à 1,5 million, de se prévaloir d'un prêt garanti. Ce prêt sans intérêt, pouvant atteindre 40 000$, a été mis en place afin de les aider à couvrir leurs coûts de fonctionnement durant la période du COVID-19. Pour des informations, visitez l'Accès au crédit du site du gouvernement du Canada.

Rappel: Diapason Gestion COVID-19
Si vous avez des questions, contactez-nous à opus@cqm.qc.ca. Pour toute demande d'évaluation d'admissibilité aux différents programmes ou d'accompagnement dans vos démarches, accédez au service de consultation gratuite offert aux membres du CQM Diapason Gestion COVID-19. 

Un café avec le CQM
Le CQM a pu échanger au sujet de la situation du COVID-19 avec plusieurs de ses membres hier après-midi lors de la rencontre virtuelle "Un café avec le CQM". On y a présenté un résumé chronologique des différentes annonces et mesures de soutien parues les dernières semaines ainsi que des informations concernant le nouveau service Diapason Gestion COVID-19 et les impacts du COVID-19 sur les services du CQM. Un échange au sujet de la relance des activités culturelles a été lancé. À poursuivre dans les prochaines semaines lors de notre prochain "Café avec le CQM". 

Pour visionner la rencontre, cliquez ici: Un café avec le CQM et ajoutez le mot de passe : K3@4.1E%

_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi - COVID-19, 14 avril 2020 

Loi sur la subvention salariale d'urgence 

La loi sur la subvention salariale d'urgence a été adoptée samedi par la Chambre des communes. L'aide fédérale vise à couvrir jusqu'à 75 % du salaire des employés qui ont subi d'importantes pertes financières, jusqu'à concurrence de 847 $ par semaine par travailleur. Pour avoir droit à la subvention salariale, les compagnies et OBNL doivent démontrer que leurs revenus ont chuté d'au moins 15 % en mars et d'au moins 30 % en avril et en mai.  À noter que les employés doivent avoir été maintenus en emploi pendant les périodes visées. 

Un outil pour les membres du CQM
Le CQM a conçu un outil en trois étapes sur Excel afin d'aider ses membres à déterminer leur admissibilité à la subvention salariale d'urgence. Les calculs automatisés permettent de faire le point sur sa situation rapidement. Une première feuille de calculs permet d'évaluer la perte de revenus en comparant les revenus de 2019 avec ceux de 2020 et de déterminer l'admissibilité à la subvention salariale d'urgence.  Si vous êtes admissible, un deuxième chiffrier permet de calculer les revenus et les pertes par périodes couvertes par la subvention. Une dernière étape permet de calculer la masse salariale, l'aide qu'il sera possible d'obtenir et la part que l'employeur devra continuer à verser.

Avant d'utiliser l'outil, veuillez lire attentivement l'information du gouvernement fédéral au sujet de la subvention salariale d'urgence.

 Pour utiliser l'outil, vous devrez télécharger le fichier, l'ouvrir dans le logiciel Excel et avoir en main :
• Les états financiers 2019
• Un agenda d'activités réalisées en 2019 pour déterminer les revenus autonomes par périodes visées
• Le budget prévisionnel 2020
• Un agenda d'activités (contrats, courriels de confirmation d'ententes, etc.)
• Budget révisé 2020, en évaluant les pertes jusqu'au 30 juin
• Registre des salaires versés en 2020 

Filoftéia Nita, comptable agréé du CQM, est disponible pour vous accompagner dans votre démarche et répondre à vos questions. Il suffit de prendre rendez-vous à opus@cqm.qc.ca.

Subvention salariale temporaire (10 %)
Admissibilité
- OBNL et organismes de charité.
- Avoir payé un salaire à une personne qui est employé au Canada.

Caractéristiques
- Cette subvention d'une durée de 3 mois permet aux employeurs admissibles de réduire le montant des retenues à la source à remettre à l'Agence du revenu du Canada.

Prêt d'urgence de 40 000 $
Admissibilités
- Avoir versé entre 50 000 $ et 1 M$ en salaire.
- Toutes les institutions financières offrent ce prêt d'urgence.

Caractéristiques
- Prêt sans intérêt jusqu'au 31 décembre 2022.
- Si un montant de 30 000 $ est remboursé d'ici le 31 décembre, le prêt est considéré payé en totalité.
- La différence de 10 000 $ sera convertie comme une subvention.
- Le prêt d'urgence doit être utilisé seulement pour couvrir les coûts de fonctionnement de votre entreprise qui ne peuvent pas être reportés. Par exemple, la paie des employés, le loyer de votre bureau, les factures des fournisseurs, les créances, les assurances, ou encore les taxes foncières. L'organisme doit démontrer son manque de liquidité.

Culture à l'école
Considérant les investissements faits pour l'année scolaire 2019-2020 afin de garantir deux activités culturelles gratuites à tous les élèves du Québec, le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur Jean-François Roberge demande aux commissions scolaires d'honorer les ententes contractuelles découlant de ces investissements, sans annulation ou report; c'est-à-dire, de payer tous les honoraires et les frais admissibles encourus, et ce, pour la période allant jusqu'au 1er mai inclusivement. Le MEESQ n'exigera pas de récupération de ces sommes auprès des services scolaires. 
De nouvelles directives seront transmises après cette date si l'évolution de la situation l'exige.

Annulation des événements culturels jusqu'au 31 août
Ce qui n'était qu'une question de temps depuis quelques jours est finalement devenu une réalité vendredi. Le gouvernement Legault a demandé l'annulation de tous les événements culturels jusqu'au 31 août, en raison de la crise de la COVID-19. Cette demande touche également les événements sportifs grand public et à grande affluence, soit ceux qui rassemblent beaucoup de personnes et durant lesquels il est donc impossible de respecter les règles sanitaires en vigueur.

Le lendemain, samedi, la ministre déléguée à l'Éducation, Isabelle Charest, indique d'emblée que ladite demande ne vise pas les activités régulières des fédérations sportives québécoises dont le déroulement rend possible le respect des règles sanitaires, notamment la distanciation sociale. 

Rien n'a encore été précisé au sujet des activités culturelles qui, elles aussi, pourraient respecter les règles sanitaires.

Circulation de la musique - Profitez de la crise pour développer votre carrière
L'une des règles d'or du développement de tournée est de développer votre réseau de contacts. Il se fait généralement beaucoup via les événements contact tels que RIDEAU et CINARS, ou lors de concerts et festivals. ** Classical:Next offre un abonnement gratuit d'un mois à son répertoire de professionnels. Inscription avant le 17 avril. Une belle opportunité de développement international – profitez-en!

_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 - 6 avril 2020

Dans ce message :
· Le point sur la situation
· Nouveau service du CQM : Diapason gestion- COVID19
· Principales mesures d'aide:

- Pour les travailleurs autonomes

- Pour les entreprises et aux OBNL


Depuis le début de la pandémie, le CQM a tenté de vous informer le plus rapidement possible sur l'évolution de la situation. Si par moment vous nous avez trouvé avares de commentaires, c'est que malheureusement, malgré les communications avec les instances publiques et avec nos nombreux réseaux artistiques, nous ne disposions pas de l'information que nous aurions souhaité vous transmettre. La confusion s'est rapidement installée au fur et à mesure que des mesures d'aide étaient annoncées, et comme à vous tous, l'information nous parvenait au compte-gouttes. Au travers de cette crise sans précédant, particulièrement criante pour le milieu musical, sachez que le CQM travaille pour vous et tentera, à la mesure de ses capacités, de vous accompagner tant dans l'urgence que dans le plan de relance auquel nous devrons tous nous atteler dans les prochains mois, voire les prochaines années.

· LE POINT SUR LA SITUATION

Au sujet des pertes encourues et du paiement des cachets

Au début de la crise, la possibilité de dégager des fonds afin de pallier aux pertes encourues par le milieu artistique a été envisagée. Toutefois, les pertes entraînées par la COVID 19 s'étendant à toutes les sphères d'activités économiques, le message lancé par les instances publiques est sans équivoque : il n'y aura pas de mesures compensatoires pour éponger les pertes du milieu artistique.

Il demeure primordial, tant pour les organismes que pour les artistes, de tenir un registre des pertes, dans un premier temps, pour avoir accès aux mesures d'aide qui sont mises en place, et d'autre part, pour nous permettre de documenter l'impact réel du COVID-19 sur le milieu musical. Les instances publiques, pour le moment, ne semblent pas vouloir documenter d'aucune façon les pertes subies. Le CQM est actuellement en discussion avec ses homologues québécois et canadiens afin de se doter d'un outil commun de collecte de données afin que nous puissions colliger tant pour le Québec, que pour le Canada, les pertes du milieu culturel. Ces données nous seront précieuses pour les représentations politiques des prochaines années qui seront axées d'abord sur la survie, mais aussi, sur la relance de tout le secteur.

Les représentants du Conseil des arts du Canada (CAC), du ministère de la Culture et des Communications (MCCQ), du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et du Conseil des arts de Montréal ont tous répété le même message :

Les subventions de projet seront honorées même si, dans la situation actuelle, d'importants ajustements sont à apporter. On vous invite à contacter l'agent responsable de votre dossier.

Les subventions visant le soutien du fonctionnement des organismes seront honorées, et le versement des subventions 2020-2021, devancé. Les organismes devraient déjà avoir reçu un avis à cet effet.

Dans tous les cas, le salaire des employés et les cachets aux artistes tels qu'accordés dans les subventions seront honorés, que les représentations aient eu lieu ou non. Toutefois, il est de la responsabilité des organismes de prendre les décisions qui s'imposent afin de leur permettre de traverser la crise. Ces décisions peuvent entraîner la suspension du personnel et la rétention des cachets pour les représentations qui ont été annulées ou reportées. Les salariés et les artistes doivent alors être dirigés vers les mesures d'aide mises en place par le gouvernement fédéral.

Le CAC annonce aujourd'hui, qu'il lancera un sondage pour tous ses clients, autant les individus que les organismes, afin de comprendre comment les différentes mesures d'aide d'urgence mises en place par le gouvernement fédéral soutiennent le secteur des arts. Le CQM encourage ses membres qui sont financés par le CAC à répondre à ce sondage. Celui-ci colligera de l'information importante sur les écarts possibles entre les besoins du secteur et les mesures actuellement en place. Le sondage sera confidentiel, mais les résultats globaux seront partagés. Tous les clients du Conseil recevront un courriel avec un lien URL unique vers le sondage dans les prochaines heures.

· DIAPASON - GESTION – COVID19

C'est à compter d'aujourd'hui, 6 avril, que les mesures d'aide fédérales pour soutenir les travailleurs et les entreprises seront accessibles. Afin d'accompagner ses membres dans leurs démarches, le CQM leur offrira des consultations gratuites afin de les aider à évaluer leur admissibilité aux divers programmes et, éventuellement, à explorer les options possibles d'une planification financière de relance.

Ces consultations seront offertes par Filoftéia Nita, comptable agréée, au service du CQM et de plusieurs organismes musicaux depuis plus de vingt ans. Filo, bien au fait des informations actuellement disponibles au sujet des mesures fédérales et des règles comptables, pourra faciliter votre compréhension des mesures et vous aider à évaluer vos pertes.

Le CQM tient à préciser qu'il s'agit d'un accompagnement réalisé à partir de l'information disponible et qu'il ne peut garantir l'issu de votre demande auprès des instances concernées.

Pour les travailleurs autonomes

Les travailleurs autonomes pourront faire une demande de consultation à compter du 7 avril.

Pour vous prévaloir de ce service, un formulaire à compléter et à nous retourner sera disponible en ligne sur notre site Web ici : Diapason gestion – COVID19

Pour les organismes

Le service de consultation gratuite avec Filoftéia Nita sera offert à partir du moment où les critères d'admissibilité à la Subvention salariale d'urgence du Canada seront transmis par le gouvernement.

Nous attendons, entre autres, des nouvelles sur le calcul du pourcentage des pertes dans les cas des OSBL, pour lesquelles les activités ne s'étalent pas de façon égale d'une année à l'autre ou d'une période à l'autre comme c'est le cas des entreprises de production ou commerces de détail.

En attendant, vous pouvez nous adresser vos questions à opus@cqm.qc.ca et nous vous aiderons à discerner l'information pertinente à votre situation et à préparer votre dossier.

· PRINCIPALES MESURES D'AIDE

Pour les travailleurs

Programme d'aide temporaire aux travailleurs

PATT COVID19

Si vous êtes atteint du COVID-19, si vous avez été en contact avec une personne atteinte du COVID-19, et ce, à tout moment de la pandémie.

Prestation canadienne d'urgence (PCU)
Prestation canadienne d'urgence (PCU)

À noter que plusieurs représentations ont été faites pour rendre admissible à la PCU, les travailleurs autonomes qui cumulent plus d'un emploi, mais dont les revenus ont drastiquement diminué depuis le 12 mars. Le gouvernement fédéral a annoncé aujourd'hui le 6 avril que des mesures seront accessibles pour ces travailleurs qui actuellement ne se qualifient pas à la PCU. Les nouvelles conditions d'admissibilité ne sont pas encore connues. Dès que des informations précises seront disponibles, nous vous les communiquerons.

Fondation des artistes

Pour les artistes-travailleurs autonomes, admissibles ou non à la PCU, qui se retrouvent en situation précaire urgente, la fondation des artistes administrée par l'UDA pourrait vous aider. À noter que les dons distribués par la Fondation des artistes n'étant pas considérés comme des revenus, l'aide que vous pourrez obtenir ne viendra pas interférer avec votre demande à la PCU. De nouveaux fonds sont disponibles, notamment grâce à Netflix et à la Fondation J.A.DeSève, ce qui permettra à la Fondation des artistes de répondre positivement à un plus grand nombre de demandes.

- Les membres ou anciens membres de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec doivent d'abord contacter la GMMQ avant de déposer une demande.


Pour les entreprises

Subvention salariale d'urgence du Canada

La subvention salariale d'urgence du Canada, rétroactive au 15 mars 2020, permet de couvrir 75 % des salaires des entreprises admissibles, pour une période pouvant aller jusqu'à 3 mois. Les employeurs de toutes tailles et de tous les secteurs sont admissibles à l'exception des entités du secteur public.

Cette subvention serait offerte aux employeurs admissibles qui font face à une baisse d'au moins 30 % de leurs revenus pendant les périodes admissibles. Dans leur demande de subvention, les employeurs devront attester la baisse des revenus.


Subvention 10% pour le maintien des salariés en poste

Les organismes qui ne sont pas admissibles à la Subvention salariale d'urgence du Canada peuvent avoir droit à la subvention salariale temporaire pour les employeurs annoncée précédemment de 10% de la rémunération versée du 18 mars au 20 juin 2020.


La subvention sera égale à 10 % de la rémunération versée pendant cette période, jusqu'à concurrence d'une subvention maximale de 1 375 $ par employé et de 25 000 $ par employeur. Les entreprises pourront bénéficier immédiatement de cette mesure de soutien en réduisant leurs versements d'impôt sur le revenu retenus sur la rémunération de leurs employés. Parmi les employeurs qui bénéficient de cette mesure figureront les sociétés admissibles à la déduction pour petites entreprises ainsi que les organismes à but non lucratif et les organismes de bienfaisance.

Programme de crédit aux entreprises

_________________________________________________________________________________________________________________

Performances en ligne rémunérées : #CanadaEnPrestation
#CanadaEnPrestation est un fonds d’aide à court terme de 600 000 $ qui sert à financer des prestations d’artistes canadiens en ligne. L’initiative a été lancée par Facebook Canada et le Centre national des Arts en réponse à la crise du COVID-19 pour alléger les pressions financières sur les artistes touchés par la fermeture des rideaux à l’échelle du pays et pour redonner le moral aux Canadiens et Canadiennes. Les artistes sélectionnés recevront un cachet de 1000 $, et leur prestation sera annoncée et répertoriée sur la page Facebook du CNA.

_________________________________________________________________________________________________________________

Suivi COVID-19 - 26 mars 2020

Précision au sujet des contrats annulés
À la suite de notre message d'hier, le 25 mars, le CQM tient à préciser que si vous êtes bénéficiaires d'une subvention ou d'une bourse du Conseil des arts du Canada, vous devez documenter les conséquences de la COVID-19 et la façon dont vous vous proposez d'utiliser ces fonds dans votre rapport de mise à jour de projet, que vous devrez soumettre à un agent du programme approprié à des fins d'approbation.

Nous tenons également à vous rappeler que la Ville de Montréal et le Conseil des arts de Montréal honoreront les cachets des contrats annulés en raison du COVID-19.

Prestation canadienne d'urgence en remplacement des allocations annoncées la semaine dernière.
Suite à l'adoption du projet de loi C-13, la nouvelle prestation canadienne d'urgence (PCU) pour les individus remplacera les deux allocations de soins d'urgence et de soutien d'urgence annoncées la semaine dernière. Les travailleurs et les travailleurs autonomes qui sont privés de salaire en raison de la pandémie (soit les Canadiens et Canadiennes qui perdent leur emploi, dont le travail est interrompu, qui sont malades ou en quarantaine, ou qui doivent arrêter de travailler pour prendre soin de leurs enfants ou d'autres personnes vulnérables) et qui ne touchent pas déjà des prestations de l'assurance-emploi sont admissibles à recevoir 2000 $ par mois pendant 4 mois. La démarche a été simplifiée et le bassin de personnes admissibles a été élargi pour venir en aide à plus de Canadiens. Un portail en ligne servira pour soumettre les demandes. La mesure entrera en vigueur au plus tard le 6 avril et les sommes seront versées dans les 10 jours suivants la demande.

Mise à jour de l'information au MCCQ
Le ministère de la Culture et des Communications du Québec a mis à jour l'information sur sa page COVID-19. Nous vous invitons à en prendre connaissance.

Concerts diffusés en ligne :
Chers membres, nous vous invitons à partager avec nous vos concerts et activités qui se déroulent en ligne en ce moment. Il nous fera plaisir de les relayer dans nos différentes plateformes ! Écrivez-nous à info@cqm.qc.ca

Outils de diffusion web en direct :
Facebook live 
Zoom
YouTube
Instagram Live
Vimeo lance Create : un outil pour créer des vidéos courtes de haute qualité en quelques clics 
5 formations pour apprendre à maîtriser les logiciels de montage vidéo et de screencasting

_________________________________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19 - 25 mars 2020

Chers membres,

Depuis la mise en place de mesures de prévention du COVID-19 entraînant l'annulation des concerts, les mesures d'aide pour contrer la perte de revenus des travailleurs, y compris les travailleurs autonomes, se mettent lentement en place.
Toutefois, la situation évoluant rapidement, les annonces des instances se succèdent et entraînent une certaine confusion quant aux actions à prendre, tant de la part des organismes que des artistes.

Bien qu'en tout début de crise, la ministre de la Culture et des Communications ait déclaré que les artistes qui subissent des annulations de contrats en raison du COVID-19 verraient leurs cachets honorés, à ce jour, aucun mécanisme n'a été mis en place afin de permettre d'honorer les cachets perdus. On ne peut donc pas assumer que les organismes, qui décident de payer les cachets aux artistes selon les conditions énoncées dans les contrats annulés, verront ces cachets remboursés par une instance publique.

Le Conseil des arts du Canada (CAC) encourage les organismes qui bénéficient d'une subvention du CAC dont une partie est dédiée spécifiquement aux cachets d'artistes, à verser ces cachets comme prévu, même si les contrats son annulés. Toutefois, le CAC ne s'est pas engagé à payer des cachets qui n'étaient pas originalement couverts à même le montant déjà octroyé par une subvention.

En ce moment, seul le Gouvernement du Canada a annoncé des mesures d'aide concrètes qui s'adressent aux travailleurs autonomes (incluant les artistes) qui n'ont pas habituellement accès à l'assurance-emploi. Il s'agit d'un fonds d'urgence auquel les artistes pourront faire une demande en avril, lorsque les formulaires seront disponibles. Le CQM recommande aux artistes-travailleurs autonomes de s'inscrire à l'Agence du Revenu du Canada dès maintenant afin de faciliter le processus des demandes.

Le CQM est toujours en attente de directives claires quant aux mesures compensatoires évoquées en début de crise par la ministre de la Culture et des Communications et poursuit ses représentations en ce sens. D'ici à ce que des directives claires soient émises, le CQM recommande à ses membres de ne pas prendre d'engagements financiers qu'ils ne sauraient assumer à même leurs propres fonds.

Solidairement,

Dominic Trudel Directeur général, CQM

_________________________________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19 - 24 mars 2020

Chers membres,

J'espère que ce bulletin électronique vous trouvera en santé, tant physique que morale.

Chaque jour, le CQM prend connaissance des nouvelles annonces gouvernementales faites en matière de mesures sanitaires pour contrer le COVID-19. Chacune de ces annonces soulève de nouvelles inquiétudes quant à la durée de cette crise et de ses impacts sur le milieu musical. Chaque jour, nous sommes à l'affût des mesures de soutien qui se mettent en place graduellement pour aider les professionnels de la musique qui voient leurs revenus s'effriter en raison de la fermeture de salles de spectacles, d'annulation ou de report de productions et de tournées, tant au Québec qu'à l'étranger. Il faut s'armer de patience, puisque malgré la bonne volonté de tous et l'urgence de la situation, l'élaboration et la structuration de mesures d'aide ponctuelles et adéquates demandent du temps.

Le Conseil des Arts du Canada a confirmé que les travailleurs autonomes auront droit à une allocation de soutien d'urgence par l'intermédiaire de l'Agence du revenu du Canada (ARC) qui fournira un soutien aux travailleurs qui ne sont pas admissibles à l'assurance-emploi et qui sont frappés par le chômage ou dont les heures ont été réduites en raison des incidences de la COVID-19. Vous pourrez présenter une demande en avril, par l'entremise du site de l'ARC ou d'un numéro sans frais qui n'est pas encore divulgué.

Vous trouverez l'ensemble des liens qui vous conduiront vers les pages d'information des principales instances dans notre boîte à outils. Peu de détails sur les mécanismes d'accès aux mesures annoncées sont connus à l'heure actuelle. Le CQM demeure en contact avec les diverses instances, de même qu'avec ses homologues du milieu artistique, afin que des précisions soient apportées dans les meilleurs délais.

Au Québec, le ministère de la Culture et des Communications et ses sociétés d'État, le CALQ et la SODEC, suivent de près l'évolution de la situation et travaillent ensemble afin de soutenir l'ensemble du milieu culturel. Ils souhaitent agir le plus rapidement possible, mais surtout, efficacement.

Au Canada, lundi prochain, le CAC tiendra une rencontre d'information avec les organismes nationaux de services afin de discuter des mesures mises en place par le CAC et le gouvernement fédéral en soutien à la communauté des arts. Cette rencontre sera aussi une occasion de débuter une réflexion sur l'état actuel et futur du secteur des arts, car rapidement, il faudra prévoir l'après COVID-19. Le Gouvernement de la CAQ a annoncé hier le maintien de la fermeture des salles de spectacle jusqu'au 1er mai. Nul ne sait exactement à quel moment ni à quelle vitesse la vie artistique pourra reprendre son cours.

Sachez que toute l'équipe du CQM a adopté le télétravail ; elle demeure en poste pour vous représenter auprès des instances et répondre à vos questions.

En terminant, si ce n'est déjà fait, d'où que vous soyez, à Montréal, Québec ou en régions, je vous invite à compléter le questionnaire d'évaluation des impacts de la crise COVID-19 sur le secteur culturel produit par les conseils régionaux de la culture. Ce questionnaire a pour but de dégager une vision d'ensemble de la situation. Le CQM, pour sa part, documentera les aspects spécifiques aux musiques de concert. Un questionnaire est en préparation.

Courage, tenez bon! Nous sommes avec vous!

Dominic Trudel
Directeur général, CQM

Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue

Culture Bas-Saint-Laurent

Culture Centre-du-Québec

Culture Côte-Nord

Conseil de la culture de l'Estrie

Culture Gaspésie

Culture Lanaudière

Culture Laurentides

Culture Laval

Culture Mauricie


Culture Montérégie

Culture Montréal

Culture Outaouais

Conseil de la culture de Québec et Chaudière-Appalaches

Culture Saguenay—Lac-Saint-Jean

_________________________________________________________________________________________________________________


Suivi COVID-19 – 19 mars 2020

Le gouvernement fédéral a annoncé hier une aide de 27 milliard $ tant pour les entreprises que pour les travailleurs.

Les principales mesures dont pourraient se prévaloir les entreprises culturelles incluant les OBNL et les travailleurs autonomes se résument ainsi :

• Ceux qui ne bénéficient pas de l'assurance-emploi recevront l'équivalent de 14 semaines de protection;
• Les personnes perdant leur emploi des suites de la pandémie, ainsi que les travailleurs autonomes en chômage forcé auront droit à des allocations spéciales;
• Les petites entreprises recevront une aide équivalente à 10 % des salaires, pendant trois mois, pour aider à préserver les emplois – jusqu'à plus de 20 000 $ par employeur;
• Le remboursement des dettes d'études pourra être reporté de six mois, sans intérêts;
• Le remboursement de la TPS pourra atteindre 300 $ par personne à faible revenu, et 150 $ par enfant.

Pour en savoir plus sur le Plan d'intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19 cliquez ICI

Les modalités seront connues en avril, et nous espérons être en mesure d'identifier les mesures les plus appropriées pour le milieu musical. D'ici là, le CQM reste à l'affut des développements, des mesures qui seront mises en place tant par le gouvernement provincial que fédéral.

_________________________________________________________________________________________________________________


SUIVI – COVID-19 
18 mars 2020

Chers membres,

Vous êtes nombreux à nous avoir contactés pour nous faire part de vos inquiétudes face au COVID-19 et aux répercussions des annulations et des reports de concerts entraînés par les mesures de préventions obligatoires. Sachez que nous sommes à l'écoute et demeurons attentifs à l'évolution de la situation. À titre de tête de réseau, le CQM est en communication avec les instances en place et poursuit la réflexion quant aux mesures qui sont ou qui devront être déployées à court, moyen et long termes. Si nous devons gérer une crise dans l'immédiat, nous devons lucidement en envisager les répercussions à long terme.

En ce moment, si vous êtes soutenus par le CALQ ou le CAC, les deux institutions ont une page Web dédiée aux mesures prises face au COVID-19 ; l'information y est complète et mise à jour régulièrement.
Consultez-les ici :
CAC 
CALQ

Le CALQ a créé 2 adresses courriel ainsi que 2 formulaires simplifiés à l'intention des artistes et des organismes soutenus au Conseil. Ces outils permettront de recevoir et de traiter les demandes d'aide d'urgence.
Trouvez ces ressources sur le site du CALQ.

Que vous soyez soutenus ou non par les instances publiques, il est important que vous gardiez des traces des effets du COVID-19 sur votre travail et vos revenus. Le gouvernement canadien et le gouvernement québécois évaluent la situation et souhaitent mettre en place des mesures pour aider davantage les travailleurs autonomes ou en situation précaire. L'information que vous colligerez vous sera des plus utiles si vous devez procéder à une réclamation.

Un outil facile à utiliser a été créé à cet effet, vous pouvez le télécharger ICI.

Par ailleurs, le gouvernement a annoncé que les artistes sous contrats de la GMMQ et de l'UDA seront rémunérés, même si les concerts ont été annulés. Les modalités et la mécanique visant le paiement de ces contrats demeurent encore à préciser. Vous en serez informés dès que possible.

Si vous êtes un travailleur autonome atteint du COVID-19, ou si vous revenez de voyage ou que vous avez été en contact avec une personne atteinte, que nous n'avez pas accès à l'assurance-emploi, vous pourriez recevoir jusqu'à 573 $ par semaine pour une période de deux semaines d'isolement grâce au programme d'aide temporaire aux travailleurs. Il sera possible de faire une demande à compter du 19 mars 2020.
Suivez leur page Web

Plusieurs questionnaires visant à documenter et évaluer les pertes liées au COVID-19 circulent actuellement dans le milieu culturel. Le CQM travaille de pair avec le CALQ afin de ne pas dédoubler les efforts de chacun. En temps et lieu, vous serez interpellés afin de remplir un tel questionnaire. Le CQM n'oublie pas que plusieurs d'entre vous ne sont pas soutenus par les instances publiques, ne sont pas sous la protection d'une convention collective, et n'ont pas conclu de contrats sous la juridiction de la GMMQ ou de l'UDA. Soyez certains que le CQM s'assure que vous soyez représentés dans les discussions et inclus dans les solutions qui seront proposées.

Cette crise arrive tout juste au moment où les consultations sur la révision des lois sur le statut de l'artiste sont en marche. La situation inquiétante dans laquelle est actuellement plongé le milieu musical démontre, on ne peut plus clairement, la précarité des musiciens et les limites de l'application des lois. Saurons-nous nous prémunir de moyens qui nous permettront d'éviter qu'une crise de cet ordre se répète? L'avenir nous le dira…

En espérant que cette crise se résorbe rapidement et que des solutions souples et adaptées aux diverses réalités soient mises de l'avant, je vous invite à ne pas hésiter à nous contacter au besoin. Puisque, comme la plupart des travailleurs québécois, l'équipe du CQM a adopté le télétravail, le courriel est le moyen le plus efficace pour nous rejoindre.

En toute solidarité,

Dominic Trudel
Directeur général CQM


IMPACT DU COVID-19 SUR LES SERVICES DU CQM :

PRIX OPUS
Évaluation des concerts inscrits aux prix Opus suspendue jusqu'à nouvel ordre.

FORMATION CONTINUE
MARS - Stratégies de développement en matière de diffusion internationale : Formation reportée en juin 2020

CIRCULATION DE LA MUSIQUE
Plateforme circulationmusique.com
La date d'inscription des intérêts des diffuseurs est reportée au 31 mars 2020
La confirmation des concerts 2020-2021 est maintenue au 30 avril.

AIDE À L'AUDACE
Concerts annulés en raison des directives gouvernementales: L'aide à l'audace accordée sera maintenue pour les représentations reportées à la saison 2020-2021. Les diffuseurs doivent nous confirmer le report ou l'annulation des concerts soutenus d'ici le 30 avril.

LA VIRÉE CLASSIQUE OSM
Vitrines du CQM au festival La Virée classique: Le dépôt des candidatures pour les musiciens et ensembles intéressés est reporté au 31 mars.

CLASSICAL:NEXT
L'édition 2020 de Classical:Next est reportée à 2021. Les inscriptions seront valides pour l'édition 2021. Plus de détails à suivre.

L'équipe du CQM poursuit dorénavant leur mandat en télétravail. Vous pouvez nous contacter par courriel.

_________________________________________________________________________________________________________________

Bureau CQM 
16 mars 2020

Considérant notre grande préoccupation pour la santé de nos collègues, membres et partenaires, ainsi que par souci d’assurer le maintient de nos services, le CQM a mis en place certaines mesures afin de contribuer à limiter la propagation du COVID-19.

Télétravail: La plupart des membres de l’équipe du CQM poursuivent dorénavant leur mandat en télétravail. Vous pouvez nous contacter par courriel dès maintenant.

Formation continue : diapason(a)cqm.qc.ca | Prix Opus : opus(a)cqm.qc.ca | Comptabilité : comptabilite(a)cqm.qc.ca | Circulation de la musique : circulation(a)cqm.qc.ca | Communications : projets@cqm.qc.ca | Développement culturel numérique : adnmusique(a)cqm.qc.ca |Direction générale : direction(a)cqm.qc.ca 

Une personne est disponible au bureau en tout temps.

Plus d'informations seront communiquées suite aux recommandations des instances publiques que nous recevrons.

Merci de votre compréhension,

L’équipe du CQM
_________________________________________________________________________________________________________________

Mesures du CQM face au COVID-19
13 mars 2020

Vendredi 13 mars 2020 - Le Conseil québécois de la musique (CQM) suit de près l'évolution de la situation du COVID-19 et de l'impact que ce dernier aura sur l'ensemble de l'écosystème musical québécois. Le CQM est en contact avec le ministère de la Culture et des Communications à propos des mesures préventives à prendre et entend poursuivre le dialogue afin de trouver des solutions pour minimiser l'impact que ces mesures auront sur ses membres. Le CQM documentera les répercussions financières des annulations et des reports sur les organismes et sur les travailleurs autonomes.

Le Gouvernement Legault a annoncé hier l'annulation de tous les rassemblements intérieurs de 250 personnes et plus afin de limiter la propagation du COVID-19. Tous les rassemblements non essentiels sont aussi à éviter, et le télétravail encouragé lorsque possible.

Par conséquent, dès aujourd'hui, l'évaluation des concerts inscrits aux prix Opus pour les prochaines semaines est suspendue jusqu'à nouvel ordre. Les modalités de reprise ou d'annulation seront communiquées ultérieurement.

Pour la plateforme Circulation de la musique, la date d'inscription des intérêts des diffuseurs est reportée au 31 mars 2020.

Les participants aux formations prévues d'ici le 31 mars seront avisés des mesures à prendre selon l'évolution de la situation.

Plus d'informations seront communiquées la semaine prochaine à la suite des recommandations des instances publiques qui nous parviendront.

_________________________________________________________________________________________________________________


BUDGET 2020-2021: UN BEAU JOUR POUR LA CULTURE
10 mars 2020




Québec, le 10 mars 2020 - La Coalition La culture, le coeur du Québec (CCCQ) accueille avec satisfaction les annonces du ministre des Finances concernant la culture et les communications. Le budget d'aujourd'hui se démarque de ceux des dernières années puisque l'on observe une véritable croissance des dépenses consacrées aux arts et à la culture. Les dépenses de programmes se situent en effet désormais à 861,3 M$ comparativement à une projection de 785 M$ si la tendance historique s'était maintenue.

Ainsi, le Conseil des arts et lettres du Québec et la Société de développement des entreprises culturelles voient leurs crédits de transfert croître respectivement de 9,8 M$ et de 52,5 M$. De nouvelles sommes qui seront consacrées à la création, la production et la diffusion de la culture québécoise et dont la Coalition souhaite ardemment qu'elles améliorent les conditions de vie et de pratique des artistes, des artisans et des travailleurs et travailleuses culturels.

Plusieurs des mesures annoncées aujourd'hui viennent aussi soutenir et appuyer le développement culturel des régions, notamment en valorisation du patrimoine. Ainsi, le Plan québécois des infrastructures 2020-2030 prévoit, dès cette année, une bonification de 41,8 M$ à cet effet.

La CCCQ se réjouit de la reconnaissance par le gouvernement de l'apport économique et social de la culture. Par ces mesures concrètes, le gouvernement mise enfin sur la culture pour affirmer la spécificité du Québec dans le monde.

Depuis sa fondation en 2017, la Coalition La Culture, le coeur du Québec milite en faveur de l'amélioration des conditions socioéconomiques des ressources humaines en arts et en culture. Cette amélioration demande une augmentation du budget du ministère de la Culture et des Communications à hauteur de 2 % du budget provincial. Le budget d'aujourd'hui portant les dépenses en culture à 1,2 % des dépenses consolidées totales, il constitue un pas dans la bonne direction.


La culture, un secteur économique d'importance

La CCCQ rappelle que la culture a un impact important sur le reste de l'économie. Ainsi, chaque dollar de production économique (PIB) en culture génère de 0,70 $ à 0,90 $ en production additionnelle dans le reste de l'économie, la moyenne pour les industries étant de 0,70 $. De plus, chaque tranche de 100 M$ dépensés en culture, hors secteur des télécommunications, représente 1540 emplois contre 1030 dans le secteur industriel. En outre, les revenus fiscaux des activités économiques associées à la culture compensent largement les subventions accordes pour permettre aux artistes et créateurs du Québec de faire vivre et rayonner des productions qui se distinguent dans le monde entier.


La culture et le progrès social
La CCCQ rappelle aussi que si l'évaluation adéquate des répercussions économiques de la culture reste complexe, la meilleure quantification ne peut capter l'ensemble des valeurs artistiques, humaines et émotionnelles liées à l'expérience et au partage de la culture. En outre, on ne compte plus les expériences de réussites économiques et sociales de plusieurs villes et régions qui ont placé les investissements culturels et patrimoniaux au coeur de leurs stratégies de développement.

Communiqué complet

_________________________________________________________________________________________________________________

Nos voeux de Noël !
18 décembre 2019



Vente de CJPX FM Montréal
Leclerc Communications a déposé au CRTC une demande en vue d'obtenir l'autorisation d'acquérir de Média Classiq l'actif de la station de radio commerciale spécialisée de langue française CJPX-FM Montréal, et de modifier la licence de radiodiffusion afin de passer d'une formule commerciale spécialisée de musique classique à une formule commerciale de Musique adulte alternative – Triple A et Adulte contemporain.??Le CQM soutien que la demande de Leclerc Communications visant la modification de la licence de radiodiffusion de CJPX-FM devrait être rejetée, pour les principales raisons suivantes :
a. Le changement de licence n'assure pas la diversité des genres musicaux à la radio commerciale et réduirait considérablement la variété de l'offre musicale montréalaise.?b. D'autres stations de radio diffusent de la musique classique seulement de manière partielle en dehors des périodes de grande écoute. Le changement de licence ferait pratiquement disparaître ce genre de musique sur les ondes hertziennes écouté par un auditoire très varié en âge et en tranches de revenus aux heures de grande écoute. Alors que la radio commerciale est encore le moyen utilisé le plus souvent par 63 % des Canadiens pour écouter du contenu audio en voiture, le changement de licence ne permettrait plus aux gens moins bien nantis d'écouter la musique classique en voiture aux heures de grande écoute.?c. Le changement de licence, en provoquant la disparition de la musique classique des ondes commerciales, ne pourra qu'intensifier la tendance qui conduit l'auditoire vers les services de musique en ligne. Le web, cependant, échappe encore à la règlementation du CRTC. La licence attribuée à Média ClassiQ inc. garantit une présence canadienne sur ces ondes. La station doit aussi contribuer financièrement au développement de contenu canadien.?d. La découvrabilité de la musique classique canadienne sur le web pose également problème. Les métadonnées liées aux œuvres ne sont généralement pas suffisantes pour identifier le territoire de provenance et, dans cette situation, les algorithmes de recommandation ne peuvent suggérer du contenu canadien. La perte de la seule station de musique spécialisée à Montréal sera alors très lourde de conséquences pour les artistes canadiens de musique classique. De plus, CJPX-FM est une tribune importante pour l'actualité musicale québécoise, l'annonce d'évènements et de concerts.?e. La licence spécialisée n'a pas été offerte à des entrepreneurs qui auraient de l'intérêt à poursuivre la mission d'offre spécialisée en musique classique. Il est impératif d'offrir la licence en musique spécialisée à d'autres investisseurs ou gestionnaires ayant une vision et un modèle d'affaires innovant qui assureraient la viabilité de la station.
Le CQM a déposé un mémoire au CRTC et a demandé de comparaitre en audience le 12 février prochain afin de faire valoir sa position. Le mémoire du CQM a été appuyé par 14 de ses membres qui ont également émis un avis officiel auprès du CRTC. ?
?Consultez le mémoire du CQM ici. 
Vente de CJPX FM Montréal
Leclerc Communications a déposé au CRTC une demande en vue d'obtenir l'autorisation d'acquérir de Média Classiq l'actif de la station de radio commerciale spécialisée de langue française CJPX-FM Montréal, et de modifier la licence de radiodiffusion afin de passer d'une formule commerciale spécialisée de musique classique à une formule commerciale de Musique adulte alternative – Triple A et Adulte contemporain.??Le CQM soutien que la demande de Leclerc Communications visant la modification de la licence de radiodiffusion de CJPX-FM devrait être rejetée, pour les principales raisons suivantes :
a. Le changement de licence n'assure pas la diversité des genres musicaux à la radio commerciale et réduirait considérablement la variété de l'offre musicale montréalaise.?b. D'autres stations de radio diffusent de la musique classique seulement de manière partielle en dehors des périodes de grande écoute. Le changement de licence ferait pratiquement disparaître ce genre de musique sur les ondes hertziennes écouté par un auditoire très varié en âge et en tranches de revenus aux heures de grande écoute. Alors que la radio commerciale est encore le moyen utilisé le plus souvent par 63 % des Canadiens pour écouter du contenu audio en voiture, le changement de licence ne permettrait plus aux gens moins bien nantis d'écouter la musique classique en voiture aux heures de grande écoute.?c. Le changement de licence, en provoquant la disparition de la musique classique des ondes commerciales, ne pourra qu'intensifier la tendance qui conduit l'auditoire vers les services de musique en ligne. Le web, cependant, échappe encore à la règlementation du CRTC. La licence attribuée à Média ClassiQ inc. garantit une présence canadienne sur ces ondes. La station doit aussi contribuer financièrement au développement de contenu canadien.?d. La découvrabilité de la musique classique canadienne sur le web pose également problème. Les métadonnées liées aux œuvres ne sont généralement pas suffisantes pour identifier le territoire de provenance et, dans cette situation, les algorithmes de recommandation ne peuvent suggérer du contenu canadien. La perte de la seule station de musique spécialisée à Montréal sera alors très lourde de conséquences pour les artistes canadiens de musique classique. De plus, CJPX-FM est une tribune importante pour l'actualité musicale québécoise, l'annonce d'évènements et de concerts.?e. La licence spécialisée n'a pas été offerte à des entrepreneurs qui auraient de l'intérêt à poursuivre la mission d'offre spécialisée en musique classique. Il est impératif d'offrir la licence en musique spécialisée à d'autres investisseurs ou gestionnaires ayant une vision et un modèle d'affaires innovant qui assureraient la viabilité de la station.
Le CQM a déposé un mémoire au CRTC et a demandé de comparaitre en audience le 12 février prochain afin de faire valoir sa position. Le mémoire du CQM a été appuyé par 14 de ses membres qui ont également émis un avis officiel auprès du CRTC. ?
?Consultez le mémoire du CQM ici. 


Vente de CJPX FM Montréal

13 décembre 2019

Leclerc Communications a déposé au CRTC une demande en vue d'obtenir l'autorisation d'acquérir de Média Classiq l'actif de la station de radio commerciale spécialisée de langue française CJPX-FM Montréal, et de modifier la licence de radiodiffusion afin de passer d'une formule commerciale spécialisée de musique classique à une formule commerciale de Musique adulte alternative – Triple A et Adulte contemporain.

Le CQM soutien que la demande de Leclerc Communications visant la modification de la licence de radiodiffusion de CJPX-FM devrait être rejetée, pour les principales raisons suivantes :

a. Le changement de licence n'assure pas la diversité des genres musicaux à la radio commerciale et réduirait considérablement la variété de l'offre musicale montréalaise.

b. D'autres stations de radio diffusent de la musique classique seulement de manière partielle en dehors des périodes de grande écoute. Le changement de licence ferait pratiquement disparaître ce genre de musique sur les ondes hertziennes écouté par un auditoire très varié en âge et en tranches de revenus aux heures de grande écoute. Alors que la radio commerciale est encore le moyen utilisé le plus souvent par 63 % des Canadiens pour écouter du contenu audio en voiture, le changement de licence ne permettrait plus aux gens moins bien nantis d'écouter la musique classique en voiture aux heures de grande écoute.

c. Le changement de licence, en provoquant la disparition de la musique classique des ondes commerciales, ne pourra qu'intensifier la tendance qui conduit l'auditoire vers les services de musique en ligne. Le web, cependant, échappe encore à la règlementation du CRTC. La licence attribuée à Média ClassiQ inc. garantit une présence canadienne sur ces ondes. La station doit aussi contribuer financièrement au développement de contenu canadien.

d. La découvrabilité de la musique classique canadienne sur le web pose également problème. Les métadonnées liées aux œuvres ne sont généralement pas suffisantes pour identifier le territoire de provenance et, dans cette situation, les algorithmes de recommandation ne peuvent suggérer du contenu canadien. La perte de la seule station de musique spécialisée à Montréal sera alors très lourde de conséquences pour les artistes canadiens de musique classique. De plus, CJPX-FM est une tribune importante pour l'actualité musicale québécoise, l'annonce d'évènements et de concerts.

e. La licence spécialisée n'a pas été offerte à des entrepreneurs qui auraient de l'intérêt à poursuivre la mission d'offre spécialisée en musique classique. Il est impératif d'offrir la licence en musique spécialisée à d'autres investisseurs ou gestionnaires ayant une vision et un modèle d'affaires innovant qui assureraient la viabilité de la station.


Le CQM a déposé un mémoire au CRTC et a demandé de comparaitre en audience le 12 février prochain afin de faire valoir sa position. Le mémoire du CQM a été appuyé par 14 de ses membres qui ont également émis un avis officiel auprès du CRTC. 

Consultez le mémoire du CQM ici. 

_________________________________________________________________________________________________________________


Vente de CJPX FM Montréal 
20 novembre 2019

C'est avec étonnement que le CQM a appris la vente éminente de CJPX 99,5 FM Montréal à Leclerc Communication. La vente de Radio Classique Montréal (Média-Classiq inc.) détenue actuellement par Groupe Radio Greg est conditionnelle à la modification de la licence de radiodiffusion octroyée par le CRTC afin de passer d'une formule commerciale spécialisée (Musique classique) à une formule commerciale (Musique adulte alternative – Triple A et Adulte contemporain).

Sur le site Internet de Radio Classique, Grégory Charles se veut rassurant, affirmant que les auditeurs pourront continuer d'écouté Radio Classique sur le Web à radio-classique.ca, via l'application, un cablodistributeur et aussi à Québec, au CJSQ 92,7 FM.

Toutefois, pour le CQM, la situation demeure inquiétante tant pour l'accès, la visibilité que pour la découvrabilité de la musique classique. Depuis plusieurs années déjà, le modèle d'affaires traditionnel peine à maintenir à flot la diffusion des musiques spécialisées. La vente et le changement de vocation de la station de radio utilisant les ondes hertziennes sont, sans surprise, motivés par la métamorphose du marché. Les revenus commerciaux ne sont plus au rendez-vous. Les habitudes de consommation se transforment et les annonceurs se tournent massivement vers le Web où les algorithmes maintiennent les consommateurs captifs.  

Le CQM étudie ce dossier avec attention et tente d'évaluer les répercussions que cette transaction aura non seulement sur notre milieu, mais également, sur la population, ses choix d'écoute et sa capacité à découvrir les ensembles et musiciens d'ici. 

Si vous souhaitez nous faire part de votre réflexion, n'hésitez pas à contacter Dominic Trudel, directeur général du CQM à direction@cqm.qc.ca.



_________________________________________________________________________________________________________________



5 octobre 2019

Nous, 43 organismes représentant le secteur des arts et de la culture au Canada, demandons à ce que les chefs des principaux partis politiques s’engagent, s’ils ou elle sont élu.e.s, à débuter la mise en place d’un Cadre national d’action pour la culture dans lequel sera énoncée une vision d’avenir ambitieuse et cohérente pour défendre et développer le secteur des arts au Canada.

Nous demandons également à ce que cette revendication soit abordée lors des débats des chefs.

Nos artistes peinent encore à créer et à vivre dans des conditions décentes, et n’ont droit ni à l’assurance-emploi ni au Régime des pensions du Canada. Le doublement du budget du Conseil des arts du Canada au cours des cinq dernières années a apporté une réelle bouffée d’oxygène à de nombreux artistes et organismes. Ce budget doit impérativement être préservé et consolidé sous le prochain gouvernement.

Un soutien financier adéquat et un réel engagement politique permettraient aux voix des artistes autochtones et de toutes les minorités de mieux résonner sur nos scènes. L’expression artistique et culturelle de la francophonie canadienne et acadienne doit rayonner davantage ici et ailleurs dans le monde. Considérée comme un puissant levier de politique étrangère, la diplomatie culturelle canadienne manque d’ambition, de concertation et souffre d’une maigre reconnaissance au sein de l’appareil gouvernemental.

Pourtant, l’art et la culture sont historiquement de précieux outils pour établir des relations  durables entre les États et les peuples. Plus largement, c’est toute la circulation des oeuvres canadiennes sur le territoire canadien et à l’international qui mériterait d’être repensée afin d’accroître significativement le rayonnement de notre culture et de nos artistes.

La montée en puissance des GAFA* et de Netflix met en péril la diversité des expressions ulturelles à travers le monde. Au Canada, les géants du Web américains participent insuffisamment à la création des contenus culturels et parviennent sans mal à se soustraire à leurs obligations fiscales.

Avec un PIB proche de 59 milliards de dollars produit par une main-d’oeuvre de plus de 700 000 personnes, le secteur artistique et culturel est un pilier de l’économie canadienne qui fait face à des enjeux de développement cruciaux que le prochain gouvernement ne pourra pas ignorer.

Ces enjeux sont directement sous la juridiction et la responsabilité du gouvernement fédéral. Les solutions à la pièce ne suffisent pas. La société canadienne mérite une stratégie globale qui orienterait le développement des arts et de la culture de façon durable.

* Google, Amazon, Facebook, Apple

ORGANISATIONS SIGNATAIRES

Alliance des producteurs francophones du Canada
Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick
Association canadienne des organismes artistiques
Association des compagnies de théâtre
Association des diffuseurs spécialisés en théâtre
Association des groupes en arts visuels
Association des professionnels des arts de la scène du Québec
Association des théâtres francophones du Canada
Association franco-yukonnaise
Association professionnelle des diffuseurs de spectacles - RIDEAU
Association québécoise des autrices et auteurs dramatiques
Association québécoise des marionnettistes
Centre de ressources et transition pour danseurs
Centre des auteurs dramatiques
Centre québécois de ressources et transition pour danseurs
Conseil culturel et artistique francophone de la Colombie-Britannique
Conseil culturel fransaskois
Conseil des métiers d'art du Québec
Conseil québécois de la musique
Conseil québécois des arts médiatiques
Conseil québécois du patrimoine vivant
Conseil québécois du théâtre
Constellation bleue
Culture Montréal
Danse sur les routes du Québec
Diagramme
Diversité artistique Montréal
Editions David
English-Language Arts Network
Fédération culturelle canadienne-francaise
Front des réalisateurs indépendants du Canada
Les Productions Feux Sacrés
Les Voyagements - Théâtre de création en tournée
Playwrights' Workshop Montréal
Quebec Drama Federation
Regroupement artistique francophone de l'Alberta
Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec
Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec
Regroupement québécois de la danse
Réseau d'enseignement de la danse
Réseau des grands espaces
Théâtres Unis Enfance Jeunesse
Union des écrivaines et écrivains québécois


Version imprimée de la lettre


_________________________________________________________________________________________________________________


Invitation à participer à l'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois 
13 mars 2019

Face aux enjeux de pénurie de main-d'oeuvre et de rétention du personnel dans les organismes artistiques et culturels, une quarantaine de directions générales, artistiques et administratives se sont mobilisées pour réaliser une étude sur les conditions d'emploi. Les organismes des secteurs de la danse, du théâtre, de la musique, du cirque et du milieu culturel qui sont établis au Québec sont invités à y participer.

Un comité de pilotage a été constitué pour guider ces travaux. L'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois sera réalisée au cours des mois de mars et avril 2019. Elle a été confiée à la firme Solertia, qui garantira la confidentialité des données qui lui seront acheminées.

Il a par ailleurs été convenu que les résultats de l'étude seraient fournis au Regroupement québécois de la danse (RQD), au Conseil québécois du théâtre (CQT), au Conseil québécois de la musique (CQM), à En Piste, Regroupement national des arts du cirque et à Compétence culture pour leur offrir une connaissance approfondie des besoins en matière de ressources humaines et soutenir leur travail de représentation pour l'amélioration des conditions socioéconomiques du secteur.

Pour tenir cette étude et permettre aux organismes qui le souhaitent d'obtenir un rapport personnalisé à un coût abordable, le comité a obtenu un soutien financier d'Emploi-Québec et de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT). L'étude comporte ainsi deux volets de participation.

Participation gratuite
Chaque organisme contributeur recevra gracieusement un rapport sommaire exposant les données globales recueillies, ainsi qu'une présentation par la firme Solertia au terme de l'étude.

Participation payante (optionnelle)
Chaque organisme contributeur peut commander un rapport personnalisé lui permettant de situer et de comparer son positionnement sur le marché quant aux salaires et aux avantages sociaux qu'il offre à ses employés pour les postes visés par l'étude. Il pourra ainsi évaluer la rémunération qu'il offre relativement à des organismes comparables en termes de secteur d'activités, d'envergure budgétaire et de profils d'emplois. Ces informations-clés faciliteront le développement de stratégies organisationnelles adaptées à leurs besoins et leur donneront des arguments pour soutenir leurs actions de représentation auprès des bailleurs de fonds.

Le cas échéant, la tarification est établie en fonction du chiffre d'affaires de l'organisme et du nombre de postes qu'il souhaite considérer dans son évaluation. La tarification est présentée dans le Formulaire de participation.

Postes étudiés
L'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois porte sur onze (11) postes. Cette liste de postes inclut une série de titres apparentés de façon à considérer différentes réalités organisationnelles.

Modalités pratiques
L'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois est réalisée par Solertia, en collaboration avec le RQD, le CQT, le CQM, En Piste et Compétence Culture et avec le soutien financier d'Emploi-Québec et de la CPMT. Le Festival TransAmériques (FTA) s'est offert pour en assurer la gestion administrative, sous la supervision du comité de pilotage.

Pour confirmer votre participation, remplissez le formulaire et faites-le parvenir à Mme Christine Meslin, chargée d'administration du FTA (christine.meslin@fta.ca) d'ici le mercredi 3 avril 2019.

À la réception de votre formulaire, Mme Mélanie Foley, consultante sénior de la firme Solertia, vous acheminera le questionnaire de l'étude. Vous disposerez dès lors de quinze (15) jours pour le lui retourner dûment complété. Si vous choisissez de commander un rapport personnalisé, une facture payable à la réception vous sera aussi acheminée par le FTA.

Veuillez noter qu'un webinaire sera offert le mardi 26 mars à midi – et disponible pour écoute ultérieure – afin d'aider les organismes qui le souhaiteront à remplir le questionnaire.

Pour plus d'informations

Si vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur cette initiative, veuillez adresser un courriel à M. David Lavoie, codirecteur général et directeur administratif du FTA et membre du comité de pilotage (david.lavoie@fta.ca), qui communiquera avec vous.

Nous vous remercions de votre attention et espérons avoir suscité votre intérêt.


Le comité de pilotage,

Mme Valerie Buddle, directrice administrative, Centre de Création O Vertigo – CCOV
Mme Miriam Ginestier, directrice générale, Studio 303
M. George Krump, Président, La Machinerie
Mme Chantal Labrecque, directrice administrative, Théâtre Jean-Duceppe
M. David Lavoie, codirecteur général et directeur administratif, Festival TransAmériques
M. Jean-François Ouellet, directeur administratif, Centre des auteurs dramatiques
Ainsi que les représentants des associations suivantes :
Mme Christine Bouchard, directrice générale, En Piste, regroupement national des arts du cirque
Mme Virginie Desloges, responsable des finances et de l'administration, Regroupement québécois de la danse
M. Pier DuFour, responsable administratif, Conseil québécois du théâtre
M. Dominic Trudel, directeur général, Conseil québécois de la musique
Mme Pascale Landry, directrice générale, Compétence Culture


_________________________________________________________________________________________________________________



La culture demeure une des priorités budgétaires du gouvernement du Québec 
21 mars 2019



QUÉBEC, le 21 mars 2019 /CNW Telbec/ - Dans son discours sur le budget rendu public aujourd'hui, le ministre des Finances, Éric Girard, annonce dans ses priorités que la culture doit « demeurer forte et dynamique ». Pour ce faire, il confirme le maintien des sommes annoncées en juin dernier (600,9 M$ sur cinq ans) pour le Plan d'action de la Politique culturelle. De plus, il injecte des sommes supplémentaires avoisinant les 40 M$, soit une augmentation de 5 % du budget de la culture qui se répartit comme suit : 6,5 M$ destinés à stimuler l'entrepreneuriat culturel via des programmes du CALQ et de la SODEC, 1 M$ pour favoriser une programmation originale à Télé-Québec, 3 M$ au Fonds pour la musique à l'ère numérique. De plus, les sorties culturelles et les bibliothèques scolaires obtiennent 15 M$ de plus et 5 M$ sont alloués au soutien aux ateliers d'artistes à Montréal. Enfin, 10 M$ seront investis pour le patrimoine, les musées et la diversification des revenus des sociétés d'État. Notons que la plupart de ces mesures seront financées pendant les cinq prochaines années.

La Coalition La culture, le coeur du Québec (la Coalition) accueille favorablement ces annonces. Cependant, dans un contexte historique de surplus budgétaires, la part du budget dédié à la culture plafonne à 1,3 % du budget total, malgré l'injection de ces nouvelles sommes. Dans son mémoire économique, la Coalition avait mis notamment en évidence l'importance de porter le budget à 2 % des dépenses publiques afin d'assurer la vitalité du milieu et la mise en oeuvre d'un véritable plan d'action pour les ressources humaines en arts et en culture.

La Coalition souhaite que le gouvernement continue de retenir la culture comme une de ses priorités. Toutefois, s'il veut vraiment, comme le ministre Girard l'a affirmé dans son discours d'aujourd'hui, que « la culture soit à la fois une source de fierté et demeure un important moteur économique », cet objectif du 2 % doit être atteint. La Coalition entend poursuivre ses efforts pour l'amélioration des conditions socioéconomiques et de pratique des artistes et des travailleuses et travailleurs de la culture.

À propos

LA COALITION LA CULTURE, LE COEUR DU QUÉBEC revendique la mise en place d'actions concertées dans le cadre des politiques gouvernementales des instances de la Culture, de l'Emploi et de l'Éducation afin de soutenir les ressources humaines des arts et de la culture. Menée par un comité directeur composé des représentants d'une dizaine d'organismes membres, notre coalition rassemble une quarantaine d'organisations regroupant près de 150 000 artistes, artisans et travailleurs culturels, tous unis pour militer en faveur de la priorisation de la culture dans la société québécoise et dans les actions de son gouvernement.

Le comité directeur

Christine Bouchard | En Piste - regroupement national des arts du cirque
Fabienne Cabado | Regroupement québécois de la danse
Louise Chapados | Conseil des métiers d'art du Québec
Gilles Charland | Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l'image et du son
Bastien Gilbert | Regroupement des centres d'artistes autogérés du Québec
Sylvie Meste | Conseil québécois du théâtre
Sonia Pelletier | Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec
Julie-Anne Richard | Association professionnelle des diffuseurs de spectacles
Josée Tremblay | Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches
Dominic Trudel | Conseil québécois de la musique

_________________________________________________________________________________________________________________


Budget fédéral 2019-2020 - 60 millions de dollars supplémentaires pour la culture, principalement, les arts de la scène
20 mars 2019

Faits saillants:
  • 10 millions de dollars par année pendant deux ans au Fonds de la musique du Canada. Ces 20 millions de dollars supplémentaires permettront entre autres de faire face aux nombreux défis que rencontre le milieu musical.
  • Le Fonds du Canada pour la présentation des arts reçoit pour sa part 16 millions de dollars afin de mieux supporter la diffusion des arts.
  • 24 millions de dollars, sur deux ans, au programme Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine et au Programme des célébrations et commémorations.
Voici le communiqué de la Coalition canadienne des arts, dont le CQM fait partie.


Invitation à participer à l'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois 
12 mars 2019


Face aux enjeux de pénurie de main-d'oeuvre et de rétention du personnel dans les organismes artistiques et culturels, une quarantaine de directions générales, artistiques et administratives se sont mobilisées pour réaliser une étude sur les conditions d'emploi. Les organismes des secteurs de la danse, du théâtre, de la musique, du cirque et du milieu culturel qui sont établis au Québec sont invités à y participer.

Un comité de pilotage a été constitué pour guider ces travaux. L'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois sera réalisée au cours des mois de mars et avril 2019. Elle a été confiée à la firme Solertia, qui garantira la confidentialité des données qui lui seront acheminées.

Il a par ailleurs été convenu que les résultats de l'étude seraient fournis au Regroupement québécois de la danse (RQD), auConseil québécois du théâtre (CQT), au Conseil québécois de la musique (CQM), à En Piste, Regroupement national des arts du cirque et à Compétence culture pour leur offrir une connaissance approfondie des besoins en matière de ressources humaines et soutenir leur travail de représentation pour l'amélioration des conditions socioéconomiques du secteur.

Pour tenir cette étude et permettre aux organismes qui le souhaitent d'obtenir un rapport personnalisé à un coût abordable, le comité a obtenu un soutien financier d'Emploi-Québec et de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT). L'étude comporte ainsi deux volets de participation.

Participation gratuite
Chaque organisme contributeur recevra gracieusement un rapport sommaire exposant les données globales recueillies, ainsi qu'une présentation par la firme Solertia au terme de l'étude.

Participation payante (optionnelle)
Chaque organisme contributeur peut commander un rapport personnalisé lui permettant de situer et de comparer son positionnement sur le marché quant aux salaires et aux avantages sociaux qu'il offre à ses employés pour les postes visés par l'étude. Il pourra ainsi évaluer la rémunération qu'il offre relativement à des organismes comparables en termes de secteur d'activités, d'envergure budgétaire et de profils d'emplois. Ces informations-clés faciliteront le développement de stratégies organisationnelles adaptées à leurs besoins et leur donneront des arguments pour soutenir leurs actions de représentation auprès des bailleurs de fonds.

Le cas échéant, la tarification est établie en fonction du chiffre d'affaires de l'organisme et du nombre de postes qu'il souhaite considérer dans son évaluation. La tarification est présentée dans le Formulaire de participation.

Postes étudiés
L'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois porte sur onze (11) postes. Cette liste de postes inclut une série de titres apparentés de façon à considérer différentes réalités organisationnelles. 

Modalités pratiques
L'Étude sur la rémunération des travailleurs culturels au sein des organismes artistiques et culturels québécois est réalisée par Solertia, en collaboration avec le RQD, le CQT, le CQM, En Piste et Compétence Culture et avec le soutien financier d'Emploi-Québec et de la CPMT. Le Festival TransAmériques (FTA) s'est offert pour en assurer la gestion administrative, sous la supervision du comité de pilotage.

Pour confirmer votre participation, remplissez le formulaire et faites-le parvenir à Mme Christine Meslin, chargée d'administration du FTA (christine.meslin@fta.ca) d'ici le mercredi 3 avril 2019.

À la réception de votre formulaire, Mme Mélanie Foley, consultante sénior de la firme Solertia, vous acheminera le questionnaire de l'étude. Vous disposerez dès lors de quinze (15) jours pour le lui retourner dûment complété. Si vous choisissez de commander un rapport personnalisé, une facture payable à la réception vous sera aussi acheminée par le FTA. 

Veuillez noter qu'un webinaire sera offert le mardi 26 mars à midi – et disponible pour écoute ultérieure – afin d'aider les organismes qui le souhaiteront à remplir le questionnaire.

Pour plus d'informations
Si vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur cette initiative, veuillez adresser un courriel à M. David Lavoie, codirecteur général et directeur administratif du FTA et membre du comité de pilotage (david.lavoie@fta.ca), qui communiquera avec vous.

Nous vous remercions de votre attention et espérons avoir suscité votre intérêt. 


Le comité de pilotage,


Mme Valerie Buddle, directrice administrative, Centre de Création O Vertigo – CCOV
Mme Miriam Ginestier, directrice générale, Studio 303
M. George Krump, Président, La Machinerie
Mme Chantal Labrecque, directrice administrative, Théâtre Jean-Duceppe
M. David Lavoie, codirecteur général et directeur administratif, Festival TransAmériques
M. Jean-François Ouellet, directeur administratif, Centre des auteurs dramatiques
Ainsi que les représentants des associations suivantes :
Mme Christine Bouchard, directrice générale, En Piste, regroupement national des arts du cirque
Mme Virginie Desloges, responsable des finances et de l'administration, Regroupement québécois de la danse
M. Pier DuFour, responsable administratif, Conseil québécois du théâtre
M. Dominic Trudel, directeur général, Conseil québécois de la musique
Mme Pascale Landry, directrice générale, Compétence Culture

_________________________________________________________________________________________________________________



Nos souhaits de Noël 2018 !
Décembre 2018

_________________________________________________________________________________________________________________



LUC CHAPUT PRÉSIDENT DU CQM
25 septembre 2018


© ICI Radio-Canada

Le Conseil québécois de la musique est heureux d'annoncer la nomination de Luc Chaput à la présidence du CQM.

Titulaire d'un diplôme d'études supérieures, Hautbois musique de chambre, le parcours professionnel de Luc Chaput présente des expériences des plus diversifiées, tant dans la métropole qu'en régions. Notons entre autres qu'il a été directeur de production pour l'Orchestre symphonique de Longueuil pendant 23 ans, directeur musical et chef de l'Orchestre symphonique des jeunes de la Montérégie pendant 19 ans et directeur artistique et chef principal de l'Orchestre symphonique de l'Estuaire pendant 12 ans. Évoluant au sein de l'équipe de l'Orchestre Métropolitain depuis 2012, il a occupé le poste de directeur du développement des affaires et des opérations avant d'être nommé tout récemment directeur de production et de tournée. Coopté au CA du CQM en avril 2018, il débute à présent un premier mandat à titre de président.

Monsieur Chaput succède à Robert Leroux qui a été à la barre du CQM de 2014 à 2018. Nous remercions chaleureusement monsieur Leroux pour son engagement remarquable et souhaitons la meilleure des chances à monsieur Chaput dans ses nouvelles fonctions.
_________________________________________________________________________________________________________________


HORAIRE D'ÉTÉ DU CQM
7 juin 2018



Horaire allégé

À compter du 25 juin prochain, veuillez noter que le CQM sera partiellement ouvert, compte tenu des vacances des employés. En période estivale, il est nécessaire de téléphoner avant de se rendre à nos bureaux. Les Nouvelles brèves feront relâche et seront de retour en août 2018.
_________________________________________________________________________________________________________________

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE
7 juin 2018



Marquez le jeudi 20 septembre à votre agenda pour l'assemblée générale annuelle des membres du CQM. 

Horaire de la journée :

9 h - Accueil
9 h 30 - Atelier sur la médiation
12 h 30 - Lunch
13 h 30 - Assemblée générale annuelle

Cet atelier participatif permettra de discuter ensemble de ce qu'est la médiation et de la place qu'elle prend dans les organismes musicaux. Le Partenariat des publics en musique (P2M) y présentera les résultats de son Portrait de la médiation de la musique au Québec réalisé pendant l'été

Inscrivez-vous dès maintenant à info@cqm.qc.ca 


_________________________________________________________________________________________________________________

Prototype de mutualisation de données pour la musique de concert
13 avril 2018

Grâce à une subvention du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) dans le cadre de la mesure Exploration et déploiement numérique, le CQM a obtenu 85 000$ afin de réaliser une première expérience de mutualisation de données qui réunira15 de ses membres. Les organismes sélectionnés bénéficieront de l'analyse de leurs données mises en commun et profiteront d'outils pertinents qu'ils pourront utiliser dans leurs actions dirigées vers leur clientèle.

Ce projet répond à deux problématiques soulevées à plusieurs reprises par la Cohorte Leardership numérique pour la musique de concert, c'est-à-dire, le manque d'accessibilité à des ressources professionnelles spécialisées en numérique et la nécessité de collaborer pour faire face aux défis du numérique.

À terme, le CQM partagera l'expertise et les outils développés avec l'ensemble de ses membres afin de les accompagner dans leur appropriation du potentiel qu'offre le numérique et favoriser des collaborations futures.

Un appel de candidatures sera lancé dans les prochaines semaines. Surveillez nos communications pour plus de détails.

_________________________________________________________________________________________________________________

Communiqués du budget 2018-2019
28 mars 2018


Le CQM était présent hier, au huis clos du budget 2018-2019 en compagnie de ses collègues du Mouvement pour les arts et les lettres et de la Coalition la culture, le coeur du Québec.

Ce budget très attendu par le milieu artistique prévoit des mesures pour soutenir la mise en oeuvre de la politique culturelle. Toutefois, nous devrons attendre l'adoption de la politique culturelle afin de connaître l'application de ces mesures. 

Les faits saillants du budget 2018-2019 qui auront un impact sur le milieu des musiques de concert :

- 113 millions de dollars d'ici cinq ans, pour rapprocher la culture des jeunes et de la collectivité partout au Québec, dont 35 millions ajoutés au budget de l'année en cours.
- 168,9 millions de dollars d'ici cinq ans afin de favoriser la création et l'excellence de la culture québécoise, dont 100 millions de dollars pour les programmes du Conseil des arts et des lettres
du Québec (CALQ) et de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).
-  D'autres mesures totalisant 20 millions de dollars sur cinq ans seront précisées ultérieurement dans le cadre de la nouvelle politique québécoise de la culture.

Notons également, que l'Orchestre symphonique de Montréal, Orchestre Métropolitain et l'Orchestre symphonique de Québec ont reçu une aide ponctuelle pour l'année en cours visant à soutenir leurs actions sociales et éducatives. Le Conservatoire de musique et d'art dramatique a également reçu une aide ponctuelle pour soutenir son rayonnement. 

Communiqué du Mouvement pour les arts et les lettres

Communiqué et vidéo de la Coalition La culture, le coeur du Québec

_________________________________________________________________________________________________________________


La musique a-t-elle un avenir au Québec?
21 mars 2018

Le CQM a cosigné la lettre qui témoigne du recul de l'enseignement musical dans les écoles du Québec. 

" Le cas de Villa Maria n'est pas unique et confirme, sur la durée, l'érosion lente et dramatique des formations musicales réputées au Québec. " 



_________________________________________________________________________________________________________________




2 % du budget provincial pour les arts et la culture
Les milieux artistiques et culturels se dotent d'arguments économiques pour défendre leur cause
5 février 2018



En amont du renouvellement de la Politique québécoise de la culture, qui sera divulguée en avril, La Coalition La culture, le cœur du Québec renforce ses revendications pour la mise en œuvre d'un plan d'action interministériel pour les ressources humaines en arts et en culture et pour l'augmentation significative du budget du ministère de la Culture et des Communications et de ses sociétés d'État. Elle dévoile aujourd'hui un mémoire économique qui s'articule autour de cinq recommandations susceptibles de répondre aux ambitions artistiques et culturelles du Québec.

Dans ce mémoire, la Coalition a confié aux économistes Pierre-Emmanuel Paradis et Audrey Azoulay la mission d'examiner la situation actuelle des arts et de la culture, et de dégager les avenues jugées nécessaires et utiles à un nouvel élan de la création artistique et de la production culturelle québécoises. Ce mémoire rappelle que les arts et la culture représentent un secteur singulier et stratégique dont les dimensions collective et nationale dépassent de loin les seules réalités marchandes des industries culturelles. La prochaine Politique québécoise de la culture et son plan d'action ne pourront véritablement se déployer sans une « Politique économique pour la culture et les arts » d'envergure. Ainsi, la Coalition recommande d'augmenter progressivement la part du financement public en arts et en culture à 2 % du budget de l'État d'ici trois ans.

Les conclusions de ce mémoire ont été présentées le 2 février à la vice-première ministre et ministre de l'Économie, de la Science, de l'Innovation, madame Dominique Anglade, ainsi qu'au cabinet du ministre des Finances, monsieur Carlos J. Leitao, et ce, dans le cadre des consultations prébudgétaires. Il a été également adressé à la ministre de la Culture et des Communications, madame Marie Montpetit. En le rendant public, la Coalition espère contribuer à sensibiliser la population à l'état d'urgence que vivent les milieux culturels et artistiques et à l'importance de leur donner enfin un soutien financier à la mesure de leur apport socioéconomique autant qu'identitaire.

Memoire Consultation Prebudgetaire 2018.pdf

Source :
Le comité directeur de la Coalition La culture, le cœur du Québec

_________________________________________________________________________________________________________________

Appel à la mobilisation
30 janvier 2018




Rassemblement 14 février, 12h30, devant le Parlement à Québec
Confirmez votre présence avant le 10 février. 


Le Conseil québécois de la musique et les 45 membres de la Coalition La culture, le coeur du Québec appellent à un grand rassemblement dans la capitale nationale, le 14 février prochain, de 12h30 à 13h30 devant le Parlement à Québec. Au moment où les crédits budgétaires sont à l'étude en prévision de l'élaboration du Budget 2018-2019, il est plus qu'urgent de rappeler aux députés la nécessité d'un financement adéquat pour les arts ainsi que l'adoption d'un plan d'action en faveur des ressources humaines en arts et en culture.

Depuis février 2017, le directeur général du Conseil québécois de la musique fait partie du comité directeur de la Coalition, la culture le coeur du Québec. À l'aube de l'adoption d'une nouvelle politique culturelle et de son plan d'action, plusieurs actions pour rappeler l'importance de soutenir les ressources humaines en arts et culture ont déjà eu lieu : une manifestation en février 2017 pendant le sommet de l'emploi, la rédaction d'un plan d'action en faveur des ressources humaines en culture, la participation aux rencontres du comité de travail sur les conditions socioéconomiques des artistes et des travailleurs culturels mis en place par le ministre Fortin à l'automne dernier, la production d'un mémoire économique en prévision des consultations prébudgétaires 2018 ainsi que plusieurs représentations politiques dont auprès de la ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit.

C'est maintenant le temps de montrer que la communauté artistique est derrière la Coalition la culture, le cœur du Québec.

Musiciens du Québec rejoignez le CQM et la Coalition la culture, cœur du Québec au parlement, le 14 février !

Pour les Montréalais, des autobus assureront le transport au coût de 20$ aller-retour par passager. Rendez-vous à 8 h 30 pour un départ à 9 h à la gare d'autocars, rue Berri, coin Ontario. Le retour se fera à 14 h à partir du Parlement. Réserver votre place avant le 9 février auprès de Laura Uribe à projets@cqm.qc.ca ou au 514 524-1310 poste 226, en indiquant votre nom, vos coordonnées et le nombre de sièges à réserver. 

D'où que vous veniez, afin de connaître l'étendue de la mobilisation, merci de confirmer à projets@cqm.qc.ca que vous serez présents devant le Parlement de Québec le 4 février à 12h30 !
Solidairement,
Robert Leroux.
Président CQM


_________________________________________________________________________________________________________________

Nos souhaits de Noël 2017 !

Décembre 2017

 

C'est avec un plaisir saupoudré d'humour que l'équipe colorée du CQM

vous offre cette petite gâterie pour les fêtes!

Que souhaiter d'autre pour 2018?

Que vous goûtiez aux divers services du CQM

et savouriez tout au long de l'année les secrets de nos chefs

pour le succès de vos projets!

Joyeuses rencontres entre amis, collègues et famille !


 
Dominic, Filoftéia, Ève-Marie, Laura, Claudine et Danielle


 
 
 
 
 




__________________________________________________________________________________________________________________

Communiqué - Redistribution des surplus budgétaires
23 novembre 2017

Le Conseil québécois de la musique est membre de la Coalition la culture le coeur du Québec. Nous vous partageons ce communiqué sur la Redistribution des surplus budgétaires de plus de 2 G$, et combien pour les arts et la culture?

Cliquez ci-dessous pour lire le communiqué complet :


En savoir plus
__________________________________________________________________________________________________________________

Communiqués du MAL et de la Coalition de la culture sur la nomination de Marie Montpetit, ministre de la Culture et des Communications
16 octobre 2017

Le Conseil québécois de la musique est membre du Mouvement pour les arts et les lettres MAL et de la Coalition la culture le coeur du Québec. Nous vous partageons les communiqués sur la nomination de Marie Montpetit, ministre de la Culture et des Communications.

__________________________________________________________________________________________________________________

Communiqué du Mouvement pour les arts et les lettres MAL 


Le Mouvement pour les arts et les lettres réagit à la nomination d'une nouvelle ministre de la Culture et des Communications

(Montréal, 11 octobre 2017) – Le Mouvement pour les arts et les lettres souhaite la bienvenue à la nouvelle ministre de la Culture et des Communications, Mme Marie Montpetit, et lui offre sa collaboration pour faire avancer les dossiers le mieux et le plus rapidement possible. La nomination d'une nouvelle ministre survient en plein milieu du processus de renouvellement de la Politique culturelle du Québec débutée sous le leadership de la ministre Hélène David en 2015 et poursuivie par le ministre Luc Fortin.  

«  Nous souhaitons que la nouvelle ministre puisse prendre à pied levé le relais du ministre Fortin et poursuivre le travail avec une compréhension aussi poussée des enjeux des arts et de la culture que celle acquise par son prédécesseur. Le Mouvement craint que le changement de ministre n'entraîne un ralentissement considérable des travaux entourant le plan d'action devant accompagner la nouvelle Politique culturelle et ne nuise aux avancées souhaitées par les milieux artistiques, a fait valoir Fabienne Cabado, porte-parole du Mouvement. Plusieurs dossiers, notamment celui du sous-financement chronique du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), risquent d'être encore mis de côté pour plusieurs mois avant de connaître le déblocage tant attendu », craint-elle.

Le ministre Fortin avait annoncé le dépôt de son plan d'action et de ses engagements financiers pour le 8 décembre prochain. Le Mouvement pour les arts et les lettres encourage la ministre Montpetit à conserver cet agenda, les milieux artistiques s'attendant à des annonces significatives dans le budget 2018 du gouvernement Couillard, susceptibles de préfigurer les mesures importantes réclamées pour l'avancement des arts. Rappelons que le Mouvement pour les arts et les lettres évalue que le CALQ a besoin de 40 M$ supplémentaires afin de remplir sa mission correctement. 


À propos du Mouvement pour les arts et les lettres
Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe cinq organisations nationales et deux conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent des milliers d'artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels. 

Le Mouvement regroupe les organisations suivantes : Conseil québécois de la musique, Conseil des métiers d'art du Québec, Regroupement québécois de la danse, Regroupement des centres d'artistes autogérés du Québec, En Piste – le regroupement national des arts du cirque, ainsi que deux conseils régionaux de la culture, soit Culture Lanaudière et Culture Saguenay – Lac-Saint-Jean.

Source : Mouvement pour les arts et les lettres

Renseignements pour les médias : 
Sylvie Raymond
Mouvement pour les arts et les lettres
Portable : 450 880-2562
sylvieraymond@ordiamicus.com


__________________________________________________________________________________________________________________

Communiqué de la Coalition de la culture

Une nomination qui ne doit pas remettre le compteur à zéro!

Montréal, le 11 octobre 2017 – Réagissant au remaniement ministériel annoncé ce matin par le Premier ministre Couillard, la Coalition a tenu à saluer les grands chantiers de consultation mis de l'avant par le ministre sortant, M. Luc Fortin. « Malgré certaines hésitations au début de son mandat, nous avons apprécié l'écoute du ministre face à nos revendications, le soutien dont il a fait preuve pour les créateurs, artisans et travailleurs culturels notamment en mettant en place un comité ministériel sur nos conditions socioéconomiques qui doit remettre son rapport en début décembre, » ont déclaré les deux porte-parole de la Coalition, Mme Christine Bouchard de En Piste, le regroupement national des arts du cirque et M. Gilles Charland de l'Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l'image et du son (AQTIS).


Les quelque 176 000 artistes, artisans et travailleurs culturels du Québec qui représentent 3,7 % de la population active et génèrent environ 4 % du PIB, dont plusieurs sont sous juridiction des lois sur le statut de l'artiste, attendent beaucoup de ces travaux visant à améliorer les conditions d'exercice de leur art. C'est pourquoi les organisations qui les représentent sont inquiètes de ce changement de titulaire à la tête du ministère et demande instamment à la nouvelle ministre de prendre la balle au bond et de poursuivre dans la voie de reconnaître et valoriser les forces vives du milieu de la culture québécois notamment en appliquant les recommandations du plan d'action en ressources humaines déposé par la Coalition en juin dernier.


« Mme Marie Montpetit, c'est un cri du coeur que nous vous lançons en faveur d'un réinvestissement massif en culture, un secteur névralgique pour l'économie et le pilier fondateur de notre identité en tant que société francophone en Amérique du Nord. Pour que nos créateurs, artistes et artisans puissent continuer à produire tant ici qu'à l'étranger, il y a urgence à mieux les appuyer et à leur donner des conditions d'exercice à la hauteur de leur talent et de nos ambitions comme peuple, » ont indiqué, au nom de la coalition, les porte-parole.


Quelques mots sur la CCCQ

La Coalition La culture, le coeur du Québec est née des suites de la campagne La culture, le coeur du Québec – Pour des carrières durables en culture, lancée le 14 février 2017 pour protester du fait qu'aucun représentant de la culture n'était invité au Rendez-vous national de la maind'oeuvre ni à siéger à la Commission des partenaires du marché du travail. Menée par un comité directeur composé des représentants d'une dizaine d'organismes membres, elle regroupe à ce jour plus d'une quarantaine d'organismes. Par cette Coalition, le milieu culturel s'unit pour militer en faveur de meilleures conditions pour les ressources humaines en culture.

Pour renseignements :
Catherine Escojido : 514 927-8807 ou cescojido@aqtis.qc.ca

Source : Le comité directeur de la CCCQ

Gilles Charland | Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son
Louise Chapados | Conseil des métiers d'art du Québec
Dominic Trudel |Conseil québécois de la musique
Franck Michel | Culture Montérégie
Christine Bouchard| En Piste - regroupement national des arts du cirque
Bernard Guérin | Regroupement des artistes en arts visuels du Québec
Sonia Pelletier | Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec
Bastien Gilbert | Regroupement des centres d'artistes autogérés du Québec
Fabienne Cabado | Regroupement québécois de la danse
Stéphane Chagnon | Société des musées du Québec


__________________________________________________________________________________________________________________


Autres liens sur le sujet : 


L'actualité :

Remaniement ministériel: des changements de cap espérés par plusieurs


La Presse+ :

REMANIEMENT MINISTÉRIEL NOUVELLE MINISTRE DE LA CULTURE, LE MILIEU S'INTERROGE

ÉDITORIAL REMANIEMENT MINISTÉRIEL - LA CULTURE, BOF…


__________________________________________________________________________________________________________________


Nouvelle ministre de la Culture et des Communications
11 octobre 2017

Le Conseil québécois de la musique souhaite la bienvenue à la nouvelle ministre de la Culture et des Communications Marie Montpetit et se réjouit de voir la musique inscrite à son parcours personnel. En effet, madame Montpetit détient un diplôme Lauréat II de l'École Vincent d'Indy obtenu après 10 ans d'études en piano et en histoire de la musique. Elle a également étudié l’opéra.



Madame Montpetit est titulaire d’un baccalauréat en psychologie de l’Université de Montréal, d’un certificat en ressources humaines, d'une maîtrise en gestion de HEC Montréal et d'une maîtrise en sciences de l’environnement avec un profil en santé environnementale. Au sein du gouvernement elle a surtout contribué à des dossiers touchant à la Santé, notamment à titre d’adjointe parlementaire du ministre de la Santé et des Services sociaux de septembre 2015 à aujourd’hui.

Elle succède à Luc Fortin tout juste avant l’adoption prévue de la nouvelle politique culturelle et de son plan d’action. Le CQM espère que le changement de ministre titulaire du dossier de cet important projet gouvernemental ne viendra pas ralentir l’élan donné par le ministère de la Culture et des Communications jusqu’à maintenant.

Le CQM offre son entière collaboration à la nouvelle ministre pour l’avancement de la musique des arts et de la culture.

__________________________________________________________________________________________________________________

Projet de politique culturelle du Québec
Avis - Mouvement pour les arts et les lettres

5 septembre 2017

Dominic Trudel, directeur général du CQM, a pris la parole au nom du Mouvement pour les arts et les lettres lors des consultations publiques sur le projet de politique culturelle du Québec, le 5 septembre dernier.
Voici son allocution :

Le Mouvement regroupe également le Conseil des métiers d'art du Québec (CMAQ), le Regroupement québécois de la danse (RQD), le Regroupement des centres d'artistes autogérés du Québec (RCAAQ), En Piste - le regroupement national des arts du cirque, ainsi que deux conseils régionaux de la culture, soit Culture Lanaudière et Culture Saguenay - Lac-Saint-Jean.

Ces organismes regroupés sur une base volontaire sont également membre de la Coalition La culture, le coeur du Québec. D'entrée de jeu, tant le Conseil québécois de la musique que le Mouvement pour les arts et les lettres, à l'instar de la Coalition La culture, le coeur du Québec, croient que le renouvellement de la politique culturelle est l'occasion de reconnaître la culture comme un pilier de la société ainsi qu'un secteur stratégique.

Dans l'ensemble, nous sommes d'accord avec les quatre principes et les quatre orientations de la politique.

L'exercice de rédaction d'une telle politique n'est pas chose facile. Les termes utilisés sont lourds de sens. On souhaitera naturellement que tous se reconnaissent dans le terme «culture». Toutefois, aucune définition de la culture n'est offerte en préambule. C'est à la lecture de la politique que nous découvrons les éléments inclus dans ce terme générique : « culture ». Les arts y sont décrits, et je cite un extrait de la page 19, comme étant des « formes artistiques à la fois classiques, établies, émergentes, métissées, issues de pratiques traditionnelles ou qui n'entrent pas dans les catégories actuelles, comme l'improvisation théâtrale, les arts du cirque ou les oeuvres numériques. » Il faudra attendre la page 29, à l'objectif 3.7, pour voir les « catégories actuelles » énumérées, qui sont en fait les disciplines artistiques à titre de forces vives de la métropole.

Montréal est une métropole démographique, économique et, bien entendu, artistique. On souhaite qu'effectivement, elle puisse avoir les moyens de jouer son rôle de mentor et de rayonner à l'international. Toutefois, les arts ne sont pas que les forces vives de Montréal, ils sont les forces vives de tout le Québec. En proposant toutes ces formes artistiques que nous n'arrivons plus à contenir dans les limites de ce qui fut établi historiquement, le coeur créatif propulse le Québec vers son devenir. Oui, nous devons nommer les diverses formes d'art, qu'elles soient issues du patrimoine immatériel ou, à l'autre bout du spectre, des nouvelles technologies. Nous devons les nommer pour bien marquer leur importance dans la constitution même de la culture.

Le Mouvement pour les arts et les lettres a prêté un intérêt particulier à l'orientation #2 : Façonner un environnement propice à la création et au rayonnement de nos richesses culturelles, puisque les sept objectifs visent à soutenir le coeur créatif québécois. Le Mouvement espère que les cinq engagements du gouvernement énumérés à la page 23 se retrouveront dans le plan d'action gouvernemental. Pour le Mouvement, ces engagements sont essentiels à l'enrichissement collectif du Québec. Je cite :

• Augmenter son appui à l'excellence, à l'innovation et au renouvellement de la création et de la production culturelles sur l'ensemble du territoire ;
• Améliorer la circulation, la diffusion et la visibilité des contenus culturels québécois, particulièrement en français, au Québec, au Canada, sur la scène internationale et dans l'univers numérique ;
• Accroître son action pour améliorer la condition socioéconomique des artistes et des travailleurs culturels ;
• Poursuivre le développement de son réseau d'échanges culturels au Canada et à l'étranger ;
• Promouvoir l'inclusion, dans les accords de commerce, d'exceptions pour la culture et les industries culturelles.

Par conséquent, le Mouvement espère que ces engagements se traduiront par le renforcement des sociétés d'État qui soutiennent le coeur créatif et l'industrie qu'il génère, de même que les organismes de services, les regroupements et associations nationales et régionales qui leur viennent en aide.

Nous vous rappelons que le Mouvement a chiffré les besoins du CALQ à 40 M$ pour être en mesure de répondre à sa mission correctement.

Par ailleurs, afin que cette politique culturelle puisse s'incarner dans le respect de la vision que le gouvernement s'est donnée, les budgets du ministère de la Culture et des Communications dédiés aux arts et à la culture devront être augmentés de façon substantielle et indexés par la suite.

En introduction il est conclu en page 6, et je cite : « Que la politique québécoise de la culture implique de repenser les modes d'interaction des entités gouvernementales qui s'engagent activement en matière de culture avec les milieux, que ce soit sur une base territoriale ou sectorielle, en portant une attention accrue au service à la clientèle et aux attentes des citoyens et citoyennes. »

Il va de soi pour le Mouvement que cette volonté de repenser les façons d'agir et d'interagir, implique inévitablement un engagement et un apport accru des différents ministères concernés : éducation, travail emploi et solidarité sociale, finances, économies, etc. À cet effet, nous espérons que le plan d'action relevant de la politique culturelle proposera des actions concrètes qui engageront véritablement les divers ministères dans la consolidation, le développement et le rayonnement des arts et de la culture partout au Québec.
__________________________________________________________________________________________________________________

Augmentation des crédits du CALQ 2017-2018


À l'instar de ses collègues du Mouvement pour les arts et les lettres (MAL), le Conseil québécois de la musique est déçu de l'ajout de seulement 4 millions $ dans le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) annoncé samedi dernier par le ministre de la Culture et des Communications dans un article de La Presse.  Après la manifestation du 24 avril à la Place d'Armes, l'adoption d'une motion par l'Assemblée nationale en faveur d'un réinvestissement dans les budget du CALQ dès cette année et les démarches de représentation qui ont été réalisées auprès du ministère, la marge de manoeuvre dégagée par le ministère de la Culture et des Communications (MCCQ) est un pas dans la bonne direction. Elle est par contre bien insuffisante pour redresser la situation du CALQ en cette période importante d'attribution de subventions pluriannuelles visant à soutenir la mission des organismes artistiques.??Par ailleurs, l'enveloppe temporaire (5 ans) de 5 millions qui fut accordée au CALQ  l'an dernier pour soutenir les initiatives auprès du jeune public est maintenant pérennisée. Une part importante de cette enveloppe, 3,3 millions $, ne sera plus dédiée au jeune public, mais sera utilisée pour soutenir les nouveaux programmes. Il faudra évaluer l'impact de ce changement sur la situation des organismes de création jeunesse.??Le Mouvement pour les arts et les lettres poursuit le dialogue avec le MCCQ et souhaite que l'adoption de la nouvelle politique culturelle soit l'occasion d'assurer un financement durable du CALQ, à la hauteur des besoins du milieu.
COMITÉ DE TRAVAIL SUR L'AMÉLIORATION DES CONDITIONS SOCIOÉCONOMIQUES DES ARTISTES ET DES TRAVAILLEURS CULTURELS
18 août 2017

À la suite des représentations du Mouvement pour les arts et les lettres et du Conseil québécois du théâtre faites auprès du ministre de la Culture et des Communications, le CQM a été invité à participer à un comité de travail ad hoc portant sur l'amélioration des conditions socioéconomiques des artistes et des travailleurs culturels.  Ce comité de travail coordonné par le ministère de la Culture et des Communications (MCC) réunira plusieurs représentants des associations artistiques nationales autour de 4 thématiques : Soutien à la création, à son développement, à sa diffusion et à son rayonnement;  Emploi et rémunération; Filet social (volet économique); Filet social (volet social).

Les cinq rencontres échelonnées tout au long de l'automne permettront d'identifier les moyens déjà en place, les améliorations à y apporter ainsi que les nouvelles initiatives qui pourront contribuer à l'amélioration des conditions socioéconomiques des artistes et des travailleurs culturels qui devront s'inscrire dans le plan d'action visant la mise en oeuvre de la nouvelle politique culturelle. 

On souhaite que les travaux permettent également au ministre Fortin d'obtenir du Conseil du trésor les fonds nécessaires à la mise en oeuvre du plan d'action de la politique culturelle lors du prochain budget.

__________________________________________________________________________________________________________________

HORAIRE D'ÉTÉ DU CQM
21 juin 2017

Horaire allégé
À compter du 26 juin prochain, veuillez noter que le CQM sera partiellement ouvert, compte tenu des vacances des employés. En période estivale, il est nécessaire de téléphoner avant de se rendre à nos bureaux. Les Nouvelles brèves feront relâche et seront de retour en septembre 2017.

__________________________________________________________________________________________________________________

AUGMENTATION DES CRÉDITS DU CALQ 2017-2018
20 juin 2017

À l'instar de ses collègues du Mouvement pour les arts et les lettres (MAL), le Conseil québécois de la musique est déçu de l'ajout de seulement 4 millions $ dans le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) annoncé samedi dernier par le ministre de la Culture et des Communications dans un article de La Presse.  Après la manifestation du 24 avril à la Place d'Armes, l'adoption d'une motion par l'Assemblée nationale en faveur d'un réinvestissement dans les budget du CALQ dès cette année et les démarches de représentation qui ont été réalisées auprès du ministère, la marge de manoeuvre dégagée par le ministère de la Culture et des Communications (MCCQ) est un pas dans la bonne direction. Elle est par contre bien insuffisante pour redresser la situation du CALQ en cette période importante d'attribution de subventions pluriannuelles visant à soutenir la mission des organismes artistiques.

Par ailleurs, l'enveloppe temporaire (5 ans) de 5 millions qui fut accordée au CALQ  l'an dernier pour soutenir les initiatives auprès du jeune public est maintenant pérennisée. Une part importante de cette enveloppe, 3,3 millions $, ne sera plus dédiée au jeune public, mais sera utilisée pour soutenir les nouveaux programmes. Il faudra évaluer l'impact de ce changement sur la situation des organismes de création jeunesse.

Le Mouvement pour les arts et les lettres poursuit le dialogue avec le MCCQ et souhaite que l'adoption de la nouvelle politique culturelle soit l'occasion d'assurer un financement durable du CALQ, à la hauteur des besoins du milieu.
Communiqué de presse du MAL :  ICI
 
La Presse : Conseil des arts et des lettres: Québec bonifie le budget de 4 millions
 Le refinancement du CALQ déçoit le milieu artistique
?Le Devoir : Quatre millions au CALQ: trop peu, dénonce le Mouvement pour les arts

Communiqué de presse du MAL :  ICI
 
La Presse :  Le refinancement du CALQ déçoit le milieu artistique

Le Devoir : Quatre millions au CALQ: trop peu, dénonce le Mouvement pour les arts

__________________________________________________________________________________________________________________

CQM ET LA COALITION LA CULTURE LE COEUR DU QUÉBEC
5 juin 2017



Le Conseil québécois de la musique est fier d’être membre de la Coalition la culture le coeur du Québec et de dévoiler aujourd’hui le fuit du travail des dernières semaines : un plan d’action en faveur des ressources humaines des arts et de la culture.

__________________________________________________________________________________________________________________


LE CQM, LE JAZZ ET LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL

10 mai 2017



Le 27, 28, 29 et 30 avril derniers, notre directeur général Dominic Trudel a accompagné la délégation du Québec à Brême en Allemagne, au marché Jazzahead.

Ce salon professionnel international de musique est devenu le plus grand rendez-vous européen dédié au jazz en réunissant 125 exposants et 1200 participants provenant de 60 pays. Une opportunité pour rencontrer des producteurs, diffuseurs, maisons de disques, médias, artistes, groupes internationaux, etc.

La délégation du Québec 2017, coordonnée par Alain Bédard d'Effendi Records, était composée des Productions Yves Léveillé, Lunched Management & Booking, les Productions Yari, l'Agence d'artistes et de concerts Danielle Lefebvre, Boulev'art Agence d'artistes, le Festi Jazz international de Rimouski, les Productions CMFR, FamGroup, Free Run Artists et Emie Roussel Trio.

L'objectif du voyage pour le CQM était de se familiariser avec l'évènement et ses organisateurs afin de prendre la relève à la coordination de la délégation dès l'an prochain. Un grand merci à Alain Bédard qui a assuré la présence significative du Québec à ce marché au cours des 11 dernières années. C'est avec enthousiasme que le CQM reprend le flambeau. Des informations détaillées sur ce nouveau projet de promotion collective favorisant le développement international suivront plus tard ce printemps.

La représentation à l'international est l'un des axes d'intervention inscrits dans notre mission.

__________________________________________________________________________________________________________________

DES HUARDS POUR LES ARTS ! FINANCEMENT DU CALQ
10 mai 2017



Le 24 avril dernier, le CQM et plusieurs de ses membres se sont joints à plus de 500 travailleurs culturels lors du grand rassemblement organisé par le Mouvement pour les arts et les lettres et le Conseil québécois du théâtre (CQT) pour dénoncer le manque de financement au Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

Deux jours plus tard, l'Assemblée nationale a adopté une motion qui « demande » au gouvernement libéral d'octroyer à l'organisme subventionnaire «des sommes supplémentaires dès cette année ».

« C'est un développement très positif, a dit la porte-parole du Mouvement Fabienne Cabado. C'est un engagement, mais on espère maintenant que l'investissement sera à la hauteur de nos attentes, et qu'il aura lieu le plus rapidement possible. » 

Le Mouvement et le CQT souhaitent que le budget du CALQ passe de 89 millions à 135 millions. Bien que le ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin ait laissé entendre que son ministère disposait d'une marge de manoeuvre permettant d'allouer de nouveaux crédits aux programmes du CALQ, ni le montant ni le moment de ce nouvel investissement ne sont encore connus. 

Il faut rappeler que le CALQ procède actuellement à l'évaluation des demandes de financement reçues et devra attribuer, dans les prochaines semaines, les subventions visant à soutenir la mission des organismes culturels pour les quatre années à venir. 

Le Mouvement poursuit ses représentations auprès des instances concernées et espère un dénouement rapide qui permettrait au CALQ de mieux soutenir les organismes culturels dès le mois de juin. 

__________________________________________________________________________________________________________________

BUDGET PROVINCIAL 2017-2018 – Le milieu culturel insatisfait : 
11 avril 2017

Depuis la présentation du budget provincial, le 28 mars dernier, qui prête l'oreille peut facilement entendre le grondement sourd de l'insatisfaction du milieu culturel, et pour cause. Les musiques de concert ne font pas bande à part.

Bien que des mesures spécifiques au secteur de la musique ont été annoncées, ce qui est, en soi, une bonne nouvelle, les ressources qui y son investies apparaissent bien trop timides pour avoir un véritable impact sur la crise que traverse actuellement le milieu musical.

Si le budget global dédié à la culture augmente de 6 M$, on remarquera que les dépenses liées aux immobilisations ont augmenté, à elles seules, de 16 M$. Il manque donc 10 M$ pour maintenir la stabilité du budget de la culture. Des restrictions budgétaires sont imposées aux sociétés d'État, et on peut voir les millions coupés et retranchés des budgets d'exploitations.

Alors que le budget favorise l'éducation et l'éducation supérieure, le Conservatoire de musique, de son côté, se voit imposer des coupures. Est-ce à croire que l'éducation supérieure en musique est considérée comme étant une classe à part? Nous sommes en droit de nous poser la question.

Plus décevant encore, les impératifs du milieu culturel et les cycles de financement du CALQ n'ont pas été pris en compte dans le présent budget. Le ministre Fortin compte sur l'adoption du renouvellement de la politique culturelle prévue à l'automne 2017 pour délier les cordons de la bourse de l'état. Toutefois, c'est maintenant que le CALQ a besoin de fonds supplémentaires pour répondre au renouvellement du soutien pluriannuel qu'il accordera à la suite des évaluations ayant cours actuellement. Mais, là-dessus, on a fait la sourde oreille. Pourtant, qui prête l'oreille, peut facilement entendre la rumeur qui gronde.

Communiqué du Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) ICI
Entrevue accordée au Devoir par le directeur général du CQM pour le MAL ICI

__________________________________________________________________________________________________________________

Retour sur le budget fédéral :
23 mars 2017



La Coalition canadienne des arts remercie le gouvernement de s'être engagé à soutenir l'infrastructure culturelle. 

" La Coalition canadienne des arts est ravie de voir figurer dans le budget fédéral 2017 un investissement de 300 millions de dollars sur 10 ans dans le Fonds du Canada pour les espaces culturels ainsi qu'un investissement additionnel de 1,3 milliard de dollars sur 10 ans par le biais des ententes bilatérales. Les investissements du gouvernement fédéral dans l'infrastructure artistique et culturelle pourraient donner lieu à d'importants bienfaits sociaux, en plus de leur impact économique. Investir de façon soutenue dans le Fonds pour les espaces culturels du Canada permettra d'assurer une infrastructure culturelle qui répond aux besoins des collectivités et qui joue un rôle de point de confluence pour leurs résidents. Les meilleures infrastructures sont celles qui permettent de rejoindre un nouveau public, qui accommodent différentes communautés tels les réfugiés et qui offrent une programmation artistique communautaire." 

Pour lire le communiqué, cliquez ici

" Tel que mentionné à la fin du communiqué de la Coalition canadienne des arts, plusieurs dossiers demandent une attention soutenue de la part du milieu de la musique. Notamment la mise en oeuvre des nouveaux programmes qui visent les enjeux numériques et ciblent la littératie et l'intelligence numérique, l'accessibilité et l'engagement citoyen, ainsi que la transformation des organismes culturels." Dominic Trudel, directeur général du CQM

Le Conseil québécois de la musique est membre de la Coalition canadienne des arts. 

 

__________________________________________________________________________________________________________________


LA CULTURE, LE COEUR DU QUÉBEC - Appuyez la campagne

16 février 2017

POUR DES MESURES d'EMPLOI ADAPTÉES À NOTRE SECTEUR EN VUE DES INVESTISSEMENTS PRÉVUS PAR LE GOUVERNEMENT D'ICI 2020 !

Le Conseil québécois de la musique appuie la campagne « La culture, le coeur du Québec - Pour des carrières durables » organisée par plus de 50 associations et regroupements du secteur de la culture, pour obtenir des mesures d'emploi adaptées au secteur culturel et atypique en vue des investissements prévus par le gouvernement d'ici 2020.

Artisans, artistes, enseignants, formateurs, gestionnaires et travailleurs culturels : joignez-vous, vous aussi, à cette initiative !

»»» Aimez la page Facebook ICI

»»» Pour lire le communiqué, c'est ICI

Réagissez et partagez sur les réseaux sociaux avec le mot clic #culturecoeur

À lire dans les médias :

»»» Le Devoir ICI

»»» Le Soleil ICI

»»» Radio-Canada ICI

MÉMOIRE DU CQM SUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

Le 18 novembre dernier, le CQM a présenté son mémoire au ministre Sébastien Proulx dans le cadre des consultations publiques sur la réussite éducative menées par le ministère de l'Éducation du Sport et du Loisir.

Le CQM croit qu'il appartient au gouvernement du Québec de mettre en place les conditions qui favoriseront la réussite éducative et de reconnaître la contribution des arts et de la culture à l'éducation et à l'épanouissement des citoyens et ainsi, de participer activement à l'évolution de la société québécoise.

Le rôle de l'école est d'instruire, socialiser et qualifier les enfants pour les préparer à leur rôle de citoyen actif responsable. Les arts par l'appréciation esthétique, émotionnelle et intellectuelle d'uneoeuvre ont, eux aussi, le rôle d'instruire. Ils sont un puissant outil de socialisation et par la créativité, ils permettent à l'enfant de développer son plein potentiel. D'ailleurs de nombreuses études produites tant par des chercheurs, des praticiens que des pédagogues démontrent les bienfaits de l'apprentissage de la musique chez les enfants et les adolescents.

Puisque les démarches respectives du ministre de la Culture et des Communications pour le renouvellement de la politique culturelle du Québec et celle du ministre de l'Éducation du Loisir et du Sport sur la réussite éducative sont entreprises simultanément, il apparaît fort pertinent de rallier les efforts autour de préoccupations communes aux deux ministères.

»»» Pour le consulter c'est ICI


__________________________________________________________________________________________________________________

Retour sur le 28 septembre : Numérique, assemblée générale et planification stratégique
Plusieurs documents à lire !


L'Assemblée générale du Conseil québécois de la musique a eu lieu le 28 septembre 2016, à la Chapelle historique du Bon-Pasteur, 100, rue Sherbrooke Est, Montréal.

»»» La liste du conseil d'administration 2016-2017 se trouve ICI

»»» Pour consulter le rapport annuel c'est ICI

Voici les documents en lien avec la journée :

Planification stratégique du CQM 2016-2021  
»»» PDF à télécharger ICI 
Revue littéraire de Guillaume Sirois Le développement de contenus numériques dans le domaine de la musique de concert
»»» PDF à télécharger ICI


__________________________________________________________________________________________________________________


MÉMOIRE SUR LA POLITIQUE CULTURELLE


Suite aux consultations qui se sont échelonnées jusqu'à la fin du mois d'août, le CQM a déposé son mémoire le 26 août dernier.

»»» Pour le lire c'est ICI

__________________________________________________________________________________________________________________

FIN DE LA PROGRAMMATION PROFESSIONNELLE AU THÉÂTRE CENTENNIAL


C’est avec une grande tristesse que le CQM a appris la décision de l’Université Bishop’s d’éliminer la programmation professionnelle du Théâtre Centennial de ses opérations. La situation financière de l’Université est à l’origine de cette décision prise par son administration. 

La programmation en musiques de concert du Centennial était l’une des plus importantes au Québec avec trois séries annuelles de cinq spectacles en jazz, en musique du monde ainsi qu’en musique classique et contemporaine. C’est donc un joueur majeur sur le territoire québécois qui disparaît. 

Le professionnalisme de Luce Couture et de son équipe a fait du Centennial un lieu accueillant et particulièrement bien adapté aux musiques de concert qui y étaient présentées.

Nous saluons le travail de madame Couture qui depuis 30 ans a contribué à la diffusion, la promotion et au développement de public des musiques de concert. Son dévouement a été particulièrement apprécié de ses partenaires et collaborateurs. Elle a notamment participé à l’établissement de la plateforme de circulation de la musique du Québec développée par le CQM et collaboré plus d’une fois à convaincre d’autres diffuseurs de programmer des concerts de musique classique, jazz, du monde et contemporaine.

Le CQM est cosignataire, avec des musiciens qui se sont produits ou qui devaient se produire lors de la prochaine saison au théâtre Centennial, d’une lettre adressée aux membres du conseil d’administration de l’Université Bishop’s pour déplorer leur décision qui aura de fâcheuses répercussions sur le milieu de la musique et sur la communauté Sherbrookoise.

»»» Pour lire la lettre du CQM ICI 


Revue de presse :


Théâtre Centennial : une triste perte soutient la directrice Luce Couture, Radio-Canada, 21 avril 2016

Terminés les spectacles professionnels au Théâtre Centennial, Radio-Canada, 18 avril 2016

Centennial: des conséquences dramatiques pour le milieu de la danse, La Tribune, 18 avril 2016

Pas de saison professionnelle au Centennial en 2016-2017, La Tribune, 18 avril 2016

Le Théâtre Centennial ferme le rideau, Le Sherbrooke Express, 18 avril 2016

Communiqué du conseil d'administration de l'Université Bishop's, 18 avril 2016


____________________________________________________________________________________

SONDAGE SUR LES ATELIERS ET CONCERTS JEUNE PUBLIC DES MEMBRES DU CQM, SAISON 2015-2016. 


CLIENTÈLE CIBLE: Ce sondage s'adresse aux membres du CQM qui offrent des ateliers et des concerts jeune public. Si vous n'offrez aucun atelier ou concert jeune public, merci de ne pas répondre.

TEMPS REQUIS: 5 minutes 

Répondez au meilleur de votre connaissance. 

Vos réponses demeureront confidentielles. 

RÉPONDEZ AU SONDAGE 

____________________________________________________________________________________

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LE RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE CULTURELLE

Les organismes et les individus qui désirent présenter un mémoire dans le cadre de la consultation publique sur le renouvellement de la politique culturelle, à Montréal les 2 et 3 mai 2016, ont jusqu’au 8 avril 2016 pour déposer leurs documents. Pour tous les détails et les dates des autres consultations, c'est ICI 

Si vous ne désirez pas prendre la parole lors des séances de consultation, votre mémoire devra être transmis au Ministère au plus tard le 26 août 2016.

____________________________________________________________________________________

NOUVELLES DU M.A.L.


Portrait du soutien financier gouvernemental aux organismes en arts et lettres au Québec.

NOUVELLES DU M.A.L.

Portrait du soutien financier gouvernemental aux organismes en arts et lettres au Québec.

Au cours des derniers mois, le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ) a mené une étude intitulée "Portrait du soutien financier gouvernemental aux organismes en arts et lettres au Québec ». Le ministère vient de déposer le rapport final de l'étude sur son site web.

L'étude peut être consultée ICI.
Le Mouvement pour les arts et les lettres, dont le CQM fait partie, a été invité à collaborer à la cueillette des données nécessaires à la réalisation de cette étude. Il en retient qu'elle démontre, une fois de plus, la fragilité du milieu des arts et des lettres. Elle remet en évidence la précarité des emplois (déjà bien connue) et donne un aperçu partiel des effets collatéraux des coupes des dernières années. Nous espérons que certains de ses constats contribueront à convaincre le gouvernement du Québec de renforcer le financement public des arts et des lettres.

Dans le même esprit, à la suite des dernières élections générales au niveau fédéral - et à l'engagement du nouveau gouvernement de doubler le budget du Conseil des arts et des lettres du Canada - , le Mouvement a écrit au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, pour qu'il reconnaisse à son tour le sous-financement du CALQ et le besoin de hausser  son budget à 135 millions de dollars.

La lettre envoyée au premier ministre peut être lue ICI.
Des représentants du Mouvement ont aussi participé  à des consultations pré-budgétaires au niveau fédéral, notamment à une rencontre avec le ministre, M. Bill Morneau.


____________________________________________________________________________________



DIFFUSION ET PROMOTION DE LA MUSIQUE CLASSIQUE – Suivi des travaux du CQM
Un document pour alimenter la réflexion


Télécharger le document (mis à jour le 4 mars 2016)  ICI

Le CQM invite ses membres à prendre connaissance du document de consultation sur la diffusion et la promotion de la musique classique rédigé dans le cadre des travaux de la table de concertation. Tous les constats, pistes de réflexion et propositions que contient ce document sont le résultat de consultations auprès d’intervenants (producteurs, artistes) du milieu de la musique classique et ne sont publiés qu’à des fins de discussions et de réflexion.

On comprendra également que, bien que ces premiers travaux portent sur la musique classique, c’est tout le milieu de la musique de concert qui se trouvera à terme concerné par ceux-ci.

Bonne lecture et surtout, n’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de vos réflexions.

Parmi les rendez-vous à venir dans le pilotage du dossier, notons plus spécifiquement :


  • Jusqu’à juin 2016 : poursuite des démarches de concertation (rencontres des tables et groupes de travail)
  • 12 et 13 mai 2016 : le Forum « Droit d’auteur à l’ère numérique : enjeux et perspectives », organisé par le ministère de la Culture et des Communications
  • 2 juin 2016 : table ronde sur le numérique lors des Grands Rendez-vous du CQM : rapport du Groupe de travail
  • Septembre 2016 rapport sur le suivi des démarches
  • En continu : partage d’informations auprès des participants à la démarche et des membres du CQM.
____________________________________________________________________________________

Le CQM et La diffusion de la musique de concert à l’ère numérique 

Au printemps 2015, le Conseil québécois de la musique (CQM) a été interpellé par ses membres afin de réagir à l’annonce de la réduction des budgets dédiés à la captation de concerts par Radio-Canada. Une importante réflexion s’est alors amorcée, engageant le CQM, ses membres et ses partenaires, dont Ici Musique et la Guilde des musiciens.

À l’automne 2015, après avoir mené un exercice de consultation du milieu, un constat s’est rapidement imposé : la problématique de la diffusion de la musique de concert au Québec dépasse largement les impondérables soulevés par la capacité financière de Radio-Canada de réaliser des captations de concerts. À l’ère du numérique et de la multiplication des plateformes, une réflexion s’impose sur la capacité des organismes musicaux à développer des stratégies de diffusion et de développement de public, tout en respectant une équitable rémunération des musiciens.

Je vous livre dans les lignes qui suivent la position et le rôle qu’entend jouer le CQM dans le dossier de la diffusion de la musique de concert, tels que souhaités par son conseil d’administration.

Pour le CQM, le « numérique » ne peut se réduire à la seule question de la diffusion via les différentes plateformes de la musique de concert. Les contenus numériques s’inscrivent plutôt au sein d’une stratégie globale de mise en valeur de la musique de concert et des organismes qui la produisent, et idéalement, contribuent à l’augmentation de la fréquentation des concerts.

Le CQM est conscient que des acquis majeurs, sur le plan de la rémunération des musiciens, ont été perdus avec la diminution draconienne des captations de concerts à la Société Radio-Canada. Toutefois, sur cette question de la rémunération, le CQM représente des individus et des organismes qui pourraient avoir des intérêts divergents à cet égard. Aussi, par ses actions, le CQM souhaite encourager et favoriser le dialogue afin que les diverses instances concernées développent des modèles à la fois flexibles et adaptés tant aux besoins des individus qu’aux conditions qui prévalent présentement au sein des organismes. Il va de soi que, en raison de son mandat de diffuseur public, la Société Radio-Canada, avec ses multiples plateformes, doit demeurer un acteur important et un partenaire essentiel dans le domaine de la diffusion de concerts.

Par ailleurs, le CQM s’engage à poursuivre ses démarches de concertation afin que les organismes subventionneurs continuent d’allouer des sommes importantes aux individus et organismes qui souhaitent se doter d’une stratégie numérique forte ou développer les mécanismes dont ils se sont déjà pourvus. Ces sommes devront émaner d’enveloppes distinctes plutôt que de provenir de fonds alloués à des enveloppes déjà existantes.

Finalement, le CQM se donne pour mandat dans ce dossier d'informer ses membres sur la diversité des modes de diffusion des différents contenus dans le cadre d’une stratégie numérique globale ; sur les pratiques culturelles web des publics de la musique de concert et, s'il y a lieu, l’impact de ces pratiques sur la fréquentation des concerts ; sur les différents modèles de production et d’utilisation de contenus numériques présentement à l’œuvre dans le monde, autant sur le plan de la diffusion, que de la mise en marché, de la médiation culturelle, etc.

C’est sur cette voie que se lance, à présent, le CQM. Le « dossier numérique » s’ajoute à notre plan d’action et de multiples actions en ce sens s’articuleront au cours des prochains mois. Activités de consultation, de réflexion et de concertation, travail de documentation, partage d’information et mise en commun de l’expertise sont, en ce moment, sur notre table à dessin.

J’espère que vous serez nombreux, musiciens, organismes et partenaires, à prendre part à nos activités, car, pour assurer la viabilité de la musique de concert dans l’univers numérique, nous nous devons de partager notre compréhension de ce monde en pleine évolution et de développer une vision commune.

Robert Leroux, président

Télécharger le communiqué en PDF
____________________________________________________________________________________